Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 octobre |
Bienheureuse Emeline
Aleteia logo
home iconDécryptage
line break icon

Délit d’« écocide » : l’homme, coupable ou victime ?

PARALAXIS / Shutterstock

Christine Pellen - Gènéthique - Publié le 01/05/21

Le 17 avril, les députés ont voté la création d’un « délit d’écocide ». Un vote qui interroge sur la place de l’homme, entre biosphère et technosphère.

Changement climatique, pollution… L’homme est accusé de mettre en péril le fragile équilibre de la nature. À l’occasion du débat du projet de loi « portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets », les députés ont voté la création d’un « délit d’écocide » le 17 avril. Un délit qui viendra sanctionner « la pollution intentionnelle des eaux, de l’air et des sols ». Des députés, de même que la Convention citoyenne pour le climat, demandaient la criminalisation. Finalement il ne sera question « que » de pénalisation, mais les peines encourues peuvent tout de même aller jusqu’à 10 ans de prison et 4,5 millions d’euros d’amende.

Écocide : qui est la victime ?

Écocide, le terme est fort et interroge. Un « barbarisme », mélange du grec oikía, la maison, et du latin caedo qui veut dire tuer, clarifie Dominique Folscheid, professeur émérite de philosophie morale et politique à l’Université Paris-Est. Il aurait été plus correct de parler d’« écothanasie » corrige-t-il. Mais le néologisme n’est pas innocent. Calqué sur « génocide », il est inspiré pour le fond par la notion de crime contre l’humanité, transposée au droit de l’environnement, décrypte le philosophe. « Avec la notion d’écocide, on tente de légaliser, de faire passer dans le droit un discours moralisateur », analyse Dominique Folscheid, qui rappelle qu’on ne cesse de nous recommander des « comportements vertueux ». 

Dans le délit d’écocide, qui est la victime ?

Avec le délit d’écocide on humanise la nature, une nature « fantasmée ». Car dans le délit d’écocide, qui est la victime ? Quelle est cette « maison » à laquelle on attente ? La biosphère ? Pourtant « l’homme n’habite pas la nature », rappelle Dominique Folscheid. « Une femme met un enfant au monde, pas à la nature. » Mais le monde que nous habitons a besoin de la nature, en laquelle il s’inscrit. Et quand les eaux, l’air et les sols sont souillés, c’est l’humanité elle-même qui est en péril.

Préservation ou transformation de la nature : le conflit

Hasard du calendrier peut-être, le vote du délit d’écocide intervient la semaine où deux équipes internationales, dont l’une française coordonnée par un chercheur de l’Inserm, ont annoncé avoir fabriqué des chimères singe-homme. Des recherches qui ont pu être menées en profitant d’un flou juridique de la loi française. Quelques semaines auparavant, des chercheurs israéliens divulguaient avoir cultivé des embryons de souris dans un « utérus artificiel » pendant plusieurs jours. Avec, à suivre, l’expérimentation chez l’homme. On retrouve ici l’ambivalence de la technoscience, qui permet d’envisager la transformation du vivant par la technique, dans une perspective transhumaniste, comme de faire avancer la recherche en faveur de la connaissance et des thérapies à venir. 

Mais l’ambivalence devient contradiction devant un autre hasard du calendrier, pointe Dominique Folscheid. Les 23 et 24 septembre 2019, en même temps que Greta Thunberg et le président français, Emmanuel Macron, plaidaient à l’ONU en faveur de la protection de l’environnement et de la lutte contre le réchauffement climatique, s’ouvrait en séance publique le débat du projet de loi de bioéthique à l’Assemblée nationale. « Une loi de technicisation de la procréation humaine, sa transformation en reproduction techniquement surveillée, souligne le professeur, avec en arrière-plan non pas l’AMP (assistance médicale à la procréation)pour toutes, mais l’AMP pour tous, déjà pratiquée dans bien des pays. »

Et l’homme dans tout ça ?

D’un côté la biosphère est quasiment sacralisée, quand de l’autre on est totalement sous l’emprise de la technosphère, dénonce Dominique Folscheid. Une technosphère qui « a pris le pouvoir sur la procréation » : en amont par toutes les techniques de contraception, en aval par la sélection opérée durant les grossesses via le dépistage prénatal ou la production d’embryons in vitro. La grande oubliée, c’est l’anthroposphère, le monde qu’habite l’homme, où la nature est domestiquée et jardinée. Avec les risques que cela implique pour la nature tout court, si l’on dépasse certaines limites. Le vote par les députés du délit d’écocide interroge donc le rapport de l’homme à la nature, mais aussi à lui-même. Quand il s’agit de manipuler la nature, l’homme pourrait bien être à la fois le coupable et la victime.

Tags:
BioéthiqueÉcologieenvironnementeuthanasiePolitique
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
2
BENEDICT XVI
Marzena Devoud
« L’art de bien mourir » selon Benoît XVI
3
Maria Paola Daud
Pourquoi Michel-Ange n’a-t-il jamais terminé cette Pietà ?
4
I.Media
Le pape François révèle les pays qu’il visitera dans les prochain...
5
SANDRA SABATTINI
Mathilde de Robien
Les magnifiques intuitions de la nouvelle bienheureuse Sandra Sab...
6
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
7
FELIX AND ELISABETH LESEUR
Theresa Civantos Barber
Ce couple est la preuve qu’un mariage sans enfants peut être fruc...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement