Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 16 septembre |
Saints Corneille et Cyprien
home iconArt & Voyages
line break icon

L’incroyable renaissance de la chapelle de la Catho de Lille

© Gautier Deblonde

Caroline Becker - Publié le 27/04/21

Édifiée au cœur de l’université, la chapelle de la catho de Lille a fait l’objet d’une importante réhabilitation, aboutissement de quinze mois de travaux, qui a permis de replacer la liturgie au cœur de l’édifice et surtout contribuer à un "catholicisme actif" au service des étudiants.

Le 3 février dernier, Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille et chancelier de la Catho de Lille, consacrait le nouvel autel de la chapelle de l’université, marquant ainsi la fin d’un long chantier initié en 2016. Édifice emblématique du campus construit en 1911, la chapelle est l’une des grandes fiertés de l’université. Mais depuis de nombreuses années, elle était surtout utilisée comme salle d’examens et accueillait uniquement cinq messes par an. Désirant redonner à ce lieu de culte sa splendeur d’antan et surtout « contribuer à un catholicisme actif ouvert à la société », l’université a donc décidé d’engager un grand projet de rénovation pour remettre la célébration liturgique et la prière au centre de la vie étudiante.

Si la chapelle continue d’accueillir des forums, des conférences et même des concerts, son aménagement s’est concentré avant tout sur le « Christ qui nous appelle et nous rassemble », témoigne Anne da Rocha Carneiro, responsable de la Commission diocésaine d’art sacré de Lille qui a apporté son expertise durant toute la durée du projet. Fédérer les étudiants autour des célébrations liturgiques et offrir un lieu de paix prompt au silence et à la prière, voilà tout l’enjeu de cet ambitieux projet.

Une chapelle aussi grande qu’une église paroissiale !

Achevée en 1924 par l’architecte Jean-Baptiste Maillard, cette chapelle construite dans une style néo-gothique est singulière. D’une superficie de 928m2, elle s’apparente quasiment, par ses dimensions, à une église paroissiale ! Composée d’une immense nef, son choeur est surplombé par un calvaire qui attire tous les regards. Depuis son édification, la chapelle n’avait pas fait l’objet d’une sérieuse restauration. Par endroit, les matériaux se dégradaient, la toiture n’était plus assez solide et les vitraux n’étaient pas bien protégés. Autant de raisons qui ont poussé l’université à lancer un vaste projet de rénovation en collaboration avec les étudiants de l’aumônerie mais aussi la Commission diocésaine d’Art sacré de Lille qui a assuré le rôle de conseiller artistique et liturgique. Exclusivement financé par des dons et des legs, le chantier a été aussi l’occasion de faire appel à de nombreux artisans spécialisés dans l’art liturgique. 

le calvaire
Le grand calvaire placé au fond du chœur a été rehaussé à la feuille d’or.

Une chapelle rehaussée de couleurs

À l’origine entièrement peinte en blanc, la chapelle est désormais rehaussée de délicates tonalités rouge, beige et or. Des couleurs qui rappellent le sacrifice du Christ et le feu divin par lequel celui-ci s’est manifesté. « Nous nous sommes inscrits dans la tradition des églises et cathédrales médiévales qui étaient entièrement peintes à l’intérieur comme à l’extérieur, avec des décors dorés à la feuille d’or, explique Anne da Rocha Carneiro. Au XIXe siècle, on retrouve d’ailleurs ce goût pour la couleur et l’or dans les édifices de culte néogothiques ». La grande croix, la frise du retable et quelques éléments architecturaux ont été ainsi soulignés par des lignes d’or pour manifester la présence divine.

Le mobilier liturgique a été réalisé par l’artiste Nicolas Alquin.

En parallèle, mobiliers liturgiques et vitraux ont également été entièrement repensés. C’est Nicolas Alquin, artiste profondément marqué par la foi, qui a été choisi pour réaliser le mobilier liturgique dans des matériaux nobles, le bois de chêne, dont l’autel qui accueille les reliques de sainte Claire et de saint Benoît-Joseph Labre. Pour s’adapter aux différentes fonctions du lieu, le mobilier peut être déplacé facilement. L’autel peut ainsi être poussé, mais seulement sur son axe, afin d’être placé au fond du chœur. « Il est important qu’il soit toujours visible pour rappeler que le Seigneur a toujours sa place en ces lieux, quelle que soit l’activité qui s’y tient », explique la responsable de la Commission diocésaine d’Art sacré. 

« L’art sacré est, depuis toujours, un moyen d’entrer dans l’Évangile »

Une symbolique omniprésente et essentielle qui rappelle que chaque élément de la liturgie est là pour donner du sens et y exprimer l’Invisible. En témoigne encore le tabernacle, également confié aux mains de Nicolas Alquin, et qui prend place au pied du calvaire. « En disposant la réserve eucharistique en dessous du crucifix, nous rappelons le principe théologique de l’unité du sacrifice du Christ sur la croix et du sacrifice de l’Eucharistie », explique Anne da Rocha.

nicolas alquin
Nicolas Alquin.

À ces objets liturgiques s’ajoutent de belles verrières colorées et figuratives imaginées au début du siècle par le recteur de l’époque, Mgr Émile Lesne. Désireux de proposer aux étudiants une catéchèse en lumière, il avait prévu de restituer toute la vie du Christ de la Nativité à la Pentecôte. Réalisé par le maître-verrier lillois Pierre Turpin et le dessinateur Henry Morin ce grand projet n’a, malheureusement, jamais été achevé. Pour compléter les verrières existantes, deux artistes contemporains ont été retenus dans le cadre d’un concours. Alexandra Giès, meilleur ouvrier de France, a ainsi réalisé « Les saisons de l’Être », une œuvre qui évoque la Création et la Résurrection. Françoise Burtz a, quant à elle, illustré des scènes de la Genèse mais également une grande croix comme symbole d’arbre de vie. D’autres vitraux, provenant de la chapelle du collège Saint-Paul de Lille qui va faire l’objet d’un réaménagement, complètent l’ensemble. 

Les vitraux d’origine ont été complétés par des verrières contemporaines.

« L’art sacré est, depuis toujours, un moyen d’entrer dans l’Évangile, d’entrer dans le mystère de la foi. La beauté d’un lieu, lorsqu’il laisse entrer harmonieusement la lumière, et qu’il respecte l’architecture et la vérité des matériaux, nous ouvre à la recherche du sens », conclue Anne da Rocha qui espère que cette chapelle, nouvellement rénovée, parlera à tous les étudiants, croyants ou non, et les invitera à s’approcher du Mystère. 

Tags:
art sacréchapelleLillerestauration

Soutenez Aleteia !

A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Jean-Michel Castaing
Les sept grâces à recueillir des sept douleurs de Notre-Dame
2
Isabelle du Ché
Les incroyables fruits de la vidéo du père Aymar avec Tibo InShap...
3
Agnès Pinard Legry
Jessie, Jestonie et Jerson, trois frères ordonnés le même jour au...
4
WEB2-SAINTE MONIQUE-GODONG-FR560945A
Anne Bernet
Comment sainte Monique se libéra de son addiction à l’alcool
5
Soeur Nulla
Marzena Devoud
Le miracle qui va faire du cardinal Wyszynski un saint
6
WEB2-Jonathan Goodall-CC BY-SA 4.0
La rédaction d'Aleteia
Un évêque anglican devient catholique « après une longue période ...
7
WEB2-OBSEQUES-BELMONDO-000_9MK748.jpg
La rédaction d'Aleteia
Document : l’homélie des obsèques de Jean-Paul Belmondo
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement