Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 18 mai |
Saint Eric de Suède
home iconTribunes
line break icon

Elle s’appelait Stéphanie

rambouillet

© Bertrand GUAY / AFP

Père Christian Venard - Publié le 26/04/21

Le meurtre atroce de Stéphanie, policière à Rambouillet, appelle avant tout une reconstruction morale. C’est ce dont nos forces de l’ordre et le pays tout entier ont besoin.

Elle s’appelait Stéphanie, originaire de Coutances en Normandie. Elle avait 49 ans. Mère de famille. Policière à Rambouillet. Elle est morte. Assassinée par un Tunisien en situation irrégulière depuis environ dix ans, bénéficiaire depuis peu d’une carte de séjour. D’une certaine manière, peu importe l’individu qui l’a sauvagement égorgée. Car, même pour les siens, il n’est que le bras armé d’une idéologie meurtrière et folle. Stéphanie est morte d’avoir rencontré sur son chemin l’islamisme conquérant, actualisé en un homme qui, selon l’habituelle rengaine, était un homme gentil, affable, sans problème, toujours prêt à rendre service, discret, peut-être un peu trop isolé… 

Une idéologie mortifère

« Un peu trop isolé… » Personne n’ose quand même plus sortir la thèse du fameux « loup solitaire ».  Il est vrai que, depuis Mohammed Merah en 2012, ça fait quand même un sacré troupeau de « loups solitaires » ! On n’enchaîne plus beaucoup non plus sur les « individus touchés par une crise de folie »… parce qu’au final, cela finissait par donner l’image d’une France devenue un véritable hôpital psychiatrique, empli de dangereux psychopathes.

Stéphanie est morte autant de la rage meurtrière d’un « radicalisé » de l’islam, que de l’immense lâcheté de la plupart de nos responsables politiques et des « intellectuels » médiatisés.

Alors que reste-t-il pour apporter aux Français quelques explications ? Pas grand-chose semble-t-il, tant les gouvernants ont du mal à nommer « l’ennemi ». À ce titre Stéphanie est morte autant de la rage meurtrière d’un « radicalisé » de l’islam, que de l’immense lâcheté de la plupart de nos responsables politiques et des « intellectuels » médiatisés. En dépit de la « bienpensance », il reste dans le tableau une idéologie mortifère, l’islamisme. Une idéologie qui ne connaît aucune frontière à sa violence. Une idéologie qui se sert des ressorts internes de l’islam pour faire régner la peur chez l’immense majorité de ses coreligionnaires. Une idéologie qui prétend être, elle, le véritable islam. Face à cela, nous ne pouvons guère agir de l’intérieur : ce n’est ni notre religion, ni notre système culturel. Tout au plus, pouvons-nous tenter d’appuyer ceux qui, à l’intérieur de l’islam, tentent d’humaniser le « dogme » islamique, et particulièrement, comme chrétiens, offrir des possibilités de dialogue et d’échanges entre croyants — le plus bel exemple étant celui du PISAI-Institut pontifical d’études arabes et d’islamologie, à Rome.

Répondre par la pensée

À une idéologie, on répond d’abord par la pensée. L’État français pourra toujours multiplier le nombre de gendarmes et de policiers, il restera impuissant face aux modalités multiformes du terrorisme islamiste. C’est avant tout une reconstruction morale dont nos forces de l’ordre et le pays tout entier ont besoin. Qu’au même moment sorte la tentative des « États généraux de la laïcité », montre, par l’absurde, l’incapacité de la République d’apporter une juste réponse. 

En effet, à une idéologie qui s’appuie sur une transcendance (certes en la manipulant monstrueusement), on ne saurait répondre par le vide, le néant, la négation de la transcendance, qu’est devenue la « laïcité à la française », véritable cheval de Troie de l’athéisme d’État. Ce n’est pas en gesticulant et en agitant les petits drapeaux des « valeurs républicaines » que l’on affermira la nécessaire volonté de vaincre un ennemi aussi redoutable que le terrorisme islamiste… d’autant plus qu’au milieu desdites « valeurs républicaines » traînent ici ou là de graves dérives idéologiques. Ce n’est pas tant de pouvoir d’achat, de sécurité sanitaire, de lois sociétales hystériques et clivantes, de « communication politique », dont ont besoin les Français, que de se réapproprier leur propre histoire quasi bimillénaire, ancrée dans le christianisme et ses valeurs. La partie n’est pas gagnée au moment où le Président, en anglais dans un média étranger, appelle de ses vœux la « déconstruction » de l’histoire de la France.

Tags:
Islamterrorisme
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
2
The Agonie of the garden
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
La dernière prière de Jésus
3
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
4
PRAY
Mathilde de Robien
Les cinq étapes indispensables d’une prière réussie
5
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
6
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
7
DIVINE MERCY
Philip Kosloski
Le pouvoir de la prière de 15h à la Divine Miséricorde
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement