Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 28 mai |
Saint Germain de Paris
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

Atteinte d’une tumeur, elle diffère sa chimio et tombe enceinte naturellement

femme enceinte

© Blue Planet Studio - shutterstock

Henrianne de Pontbriand - Gènéthique - publié le 23/04/21

Atteinte d’une tumeur au cerveau diagnostiquée, Carly Beasley a vu son projet de fonder une famille contrarié. Mais en faisant le choix de différer de quelques mois sa chimiothérapie, elle a eu le bonheur de tomber enceinte naturellement.

Diagnostiquée à 33 ans d’un cancer incurable, Carly Beasley voit s’évanouir ses projets de fonder une famille. Une grosse tumeur au cerveau lui est découverte deux mois après son mariage. Il s’agit d’une tumeur cérébrale à croissance lente, un oligodendrogliome. Carly subit immédiatement une première opération, qui permet de retirer 90% de la tumeur. Au vu de la croissance lente de cette tumeur, les médecins lui laissent la possibilité de différer la suite de ses traitements. Tout en précisant que son espérance de vie n’excèdera pas quatorze ans, quels que soient les traitements et opérations dont elle pourrait bénéficier à l’avenir. 

Les médecins m’ont demandé si je voulais fonder une famille.

Depuis son mariage avec Kris en 2018, elle espère en vain une grossesse. D’après les oncologues, les traitements de radiothérapie et de chimiothérapie dont elle a besoin « la laisseront incapable de concevoir naturellement ».Ils lui conseillent de procéder à un prélèvement d’ovocytes en vue d’une FIV post-traitements [1]. Kris et Carly font le choix de différer les soins, et partent en voyage. “C’était exactement ce dont nous avions besoin à ce stade, pouvoir nous détendre et nous changer les idées.” Ils parcourent le monde, visitent plusieurs pays pour que Krys puisse “vivre sa vie pleinement” tant qu’elle se “sent bien” et tant que les examens de contrôle montrent une progression minimale de la tumeur.

Fin 2020, cependant, les médecins alertent : une nouvelle opération ne peut plus attendre. Chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie sont programmées à partir du mois de février 2021. “J’essaie de me concentrer sur les aspects positifs et les soins que j’ai reçus ont été incroyables”, explique-t-elle. “Nous avons essayé d’avoir un bébé l’année dernière mais cela ne s’était pas produit. Je ne voulais plus attendre et si je dois avoir un enfant naturellement, cela arrivera.” Et l’incroyable s’est produit, puisque le 1er janvier, à peine quelques semaines avant la date de l’opération, Kris et Carly ont appris qu’ils attendaient un enfant.

“C’était la meilleure façon de commencer 2021. Quand j’ai vu le résultat du test de grossesse, j’étais si heureuse !” L’opération de retrait de la tumeur cérébrale peut se faire pendant la grossesse, mais une IRM précisera si elle peut attendre la naissance, prévue en septembre prochain. “Ce que j’ai appris au cours de tout ce processus, c’est que la meilleure façon de faire face aux situations c’est d’aborder les difficultés une par une”, conclut la future maman, dont le bébé est en bonne santé. 

Pour en savoir plus : Gènéthique.

Atteinte d’une tumeur, elle diffère sa chimio et tombe enceinte naturellement

[1]En réalité, il existe plusieurs techniques de préservation de la fertilité en cas de cancer. Parmi celles-ci, la cryoconservation de tissu ovarien (CTO) permet d’envisager une conception naturelle sans recours à la FIV. Un prélèvement de tissu ovarien est réalisé avant les traitements gonadotoxiques. Les fragments prélevés, contenant de nombreux follicules immatures, sont congelés. À l’issue des traitements contre le cancer, une autogreffe du tissu ovarien est effectuée. On note une reprise de l’activité ovarienne dans plus de 90 % des cas, avec un taux de grossesse de 30 % dont environ 50 % de grossesses spontanées. Cette technique est également utilisable chez les jeunes filles prépubères. L’opération de retrait de la tumeur cérébrale peut se faire pendant la grossesse, mais une IRM précisera si elle peut attendre la naissance, prévue en septembre prochain. « Ce que j’ai appris au cours de tout ce processus, c’est que la meilleure façon de faire face aux situations c’est d’aborder les difficultés une par une » conclut la future maman, dont le bébé est en bonne santé. 

Tags:
cancerFamilleGrossesse
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnairePOP-2.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement