Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 10 mai |
Saint Jean d'Avila
home iconBelles Histoires
line break icon

Hermenégilde, le prince martyr qui fit l’Espagne catholique

Domaine public

Détail du Triomphe d'Hermenegilde (1654), de Francisco Herrera el Mozo, Musée du Prado.

Anne Bernet - Publié le 17/04/21

À quoi tient parfois le destin d’une nation ? À une histoire d’amour… Celle de la princesse franque Ingonde et du prince wisigoth Hermenégilde a sombré dans l’oubli. Tragique à souhait puisqu’elle condamna ses protagonistes à un sort funeste, elle a pourtant ramené l’Espagne au catholicisme. Le roi martyr est fêté le 13 avril.

Tout commence comme un conte de fées. En 580, une arrière-petite-fille de Clotilde et Clovis, la princesse Ingonde d’Austrasie, partie du royaume franc à cheval sur le Rhin, épouse le prince Hermenégilde de Tolède. Elle a 13 ans, lui 25. En réalité, il s’agit d’un calcul politique. Par sa mère, Brunehaut, Ingonde est elle-même issue de la famille royale wisigothe d’Espagne et sa grand-mère, Goïswinthe, à la mort du roi son époux, s’est maintenue au pouvoir en épousant Léovigild, son successeur. Marier sa petite-fille franque au fils de son second époux, c’est ramener la couronne dans son lignage. 

Cette stratégie familiale implique que la princesse Ingonde renonce à la foi catholique pour se convertir à l’hérésie arienne, niant la divinité du Christ, qui prévaut dans le monde wisigoth. Dans l’idée de sa mère et de sa grand-mère, deux têtes politiques froidement opportunistes et dénuées de toute conviction religieuse, il s’agit d’une formalité sans importance. Pas pour Ingonde. Élevée dans le souvenir de son aïeule, la grande Clotilde, de ses tantes, Clotilde la Jeune, Berthe, Clodoswinthe, ces « nouvelles Esther » mariées à des souverains païens ou hérétiques afin de les convertir au catholicisme, et qui l’ont parfois payé très cher, Ingonde n’est pas décidée à abjurer. Avec un courage et une détermination au-dessus de son âge, malgré son isolement à la cour de Tolède, la princesse tient bon et, arguant des clauses de son contrat de mariage, qui prévoient le respect de ses convictions, elle refuse obstinément le baptême arien.

Une parodie de baptême

Par chance pour elle, Hermenégilde, son mari, la soutient. Ce prince, et son frère cadet, Reccared, sont nés de la première union du roi Léovigild avec une aristocrate hispano-romaine ; Théodosia, issue d’une grande famille catholique, était la sœur de trois futurs saints prélats, Léandre, Isidore et Fulgence et c’est dans le catholicisme que leur mère les avait d’abord élevés. Après sa mort, on les avait contraints à devenir ariens. Hermenégilde en souffrait sans le dire. 

Le courage de sa toute jeune femme lui fait honte de sa propre faiblesse. En ce printemps 582, Ingonde attend leur premier enfant et cette grossesse est cause de querelles familiales. Dans l’arianisme, l’on ne baptise qu’à Pâques. Si Ingonde n’abjure pas avant la fête, l’héritier du trône naîtra d’une mère catholique, ce que la reine Goïswinthe ne saurait tolérer. Alors, elle en vient aux voies de fait et, poussant sa petite-fille dans le bassin de l’atrium, avec l’aide de complices, elle lui maintient la tête sous l’eau, dans une parodie de baptême, la sommant d’abjurer le catholicisme ou de mourir. Et elle la noierait tout de bon si Hermenégilde et son père, attirés par les hurlements de la jeune femme, n’arrivaient à temps pour l’arracher aux mains de ses tortionnaires.

Il meurt en pardonnant

Convaincu que l’on en veut à la vie de sa femme, qu’il aime éperdument, Hermenégilde, la nuit suivante, prend une décision radicale : quitter Tolède et se réfugier avec elle à Séville, ville dont son oncle Léandre est évêque. À peine en sécurité là-bas, le prince annonce son retour au catholicisme, à la fureur de Goïswinthe qui pousse son mari à partir en guerre contre le fils « rebelle ». Du coup, Hermenégilde est obligé de lever des troupes contre son propre père… Il s’en désole et, lorsque son jeune frère, Reccared, se présente en ambassadeur dans une tentative de réconciliation familiale, il a la faiblesse d’y croire et le suit à Tolède, où il est aussitôt arrêté et emprisonné. Pendant plus d’un an, l’on va, par tous les moyens, tenter de lui faire abjurer la foi de Rome. Il tient bon, content de savoir, du moins le croit-il, Ingonde et leur fils en sécurité sous la protection de l’empereur byzantin. Un peu avant Pâques 586, le 13 avril, exaspéré, le roi Léovigild, sous la coupe de la terrible Goïswinthe, fait finalement décapiter son aîné qui meurt en pardonnant à ses bourreaux et à ses persécuteurs, toujours fidèle au catholicisme malgré toutes les promesses de grâces multipliées s’il abjurait.

Son frère se convertit

Ingonde, restée veuve à 18 ans, mourra quelques mois plus tard à Palerme, hôte forcée d’un pouvoir byzantin toujours désireux de s’assurer des pions dans son jeu de stratégie compliqué de reconquête de l’Europe. Son fils, le petit prince Athanagild, conduit à Constantinople, y sera élevé en vue d’une éventuelle déstabilisation des puissances franque et wisigothe aux couronnes desquelles il pourrait prétendre ; il y mourra, seul, au seuil de l’adolescence.

Herménégilde
Le Triomphe d’Hermenegilde (1654), de Francisco Herrera el Mozo, Musée du Prado.

L’histoire semble donc bien mal se terminer. Sauf que, en 586, le vieux roi Léovigild, père persécuteur et assassin, meurt et laisse la couronne à Reccared. Ce prince, complice involontaire de l’arrestation et de la mort de son frère, ne se l’est pas pardonné. Le martyre de son aîné a réveillé sa foi catholique. À peine sur le trône, il annonce sa conversion officielle, entraînant du même coup, selon l’usage germanique, celle de la noblesse wisigothique et du peuple. Le sang d’Hermenégilde n’a pas coulé en vain. L’Espagne est revenue à la foi de Rome.

Tags:
conversionespagne
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
2
Mathilde de Robien
Ces cadeaux de confirmation auxquels vous n’aviez pas pensé
3
MADAME ELISABETH
Mathilde de Robien
Que faut-il encore pour qu’Elisabeth de France soit déclarée bien...
4
WEB2-INDIA-FUNERAL-COVID-AFP-075_makhija-notitle210430_npA5k.jpg
Agnès Pinard Legry
Inde : les « anges de la miséricorde », un rempart de dignité fac...
5
Agnès Pinard Legry
Enlèvements à Haïti : « Un des ravisseurs nous a demandé de prier...
6
Mathilde de Robien
Les trois résolutions de sainte Thérèse à la veille de sa premièr...
7
Mgr Dieudonné Nzapalainga - archevêque de Bangui
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Le combat du « cardinal courage » pour la paix en Centraf...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement