Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 25 octobre |
Saints Crépin et Crépinien
Aleteia logo
home iconSpiritualité
line break icon

Le Centre Le Pèlerin, une formation qui rayonne dans le monde entier

Cours videoconférence

fizkes / Shutterstock

Timothée Dhellemmes - Publié le 13/04/21

Le Centre Le Pèlerin, à Montréal (Québec), accueille entre 120 et 150 auditeurs par session en formation à l’accompagnement spirituel. Sa méthode, qui repose sur un cheminement humain et spirituel de l’accompagnant comme de l’accompagné, attire de plus en plus de personnes.

C’est une formule qui a fait ses preuves, si l’on en croit les témoignages des anciens participants. Dispensée depuis le Québec mais ouverte à des étudiants du monde entier grâce à la visio-conférence et une plateforme d’enseignement à distance, la formation à l’accompagnement spirituel du Centre Le Pèlerin fête cette année ses vingt ans d’existence. Elle avait été créée à la demande du diocèse de Montréal en 2001, afin d’aider les prêtres, religieux, religieuses ou laïcs à se former à l’accompagnement spirituel en cernant mieux leurs charismes mais aussi leurs limites.

Réaliser son propre cheminement

Pas uniquement basée sur des leçons théoriques, la formation du Centre Le Pèlerin se déroule volontairement sur un temps long : quatre, voire même cinq années pour ceux qui le souhaitent. Pour le directeur de la formation, Stéfan Thériault, cela répond à la nécessité de laisser à chacun le temps de vivre sa propre « transformation », avant de se lancer dans l’accompagnement : « Si l’on veut aider quelqu’un, il faut déjà avoir réalisé son propre cheminement, à la fois humain et spirituel. Le risque est de reproduire inconsciemment les blessures que l’on a connu dans notre propre histoire, et d’enfermer la personne que l’on veut aider dans ses blessures. Or, l’accompagnement spirituel doit être un lieu de libération », explique-t-il à Aleteia.

« Cela a complètement changé ma vie »

Parmi les laïcs, le Centre Le Pèlerin trouve particulièrement écho chez les personnes qui exercent une profession en lien avec les sciences sociales. « Grâce à ce parcours, j’ai vraiment goûté à la présence de Dieu au fond de moi. Cela a complètement changé ma vie, à tous les niveaux : personnel, relationnel, spirituel », raconte à Aleteia Gladys El Helou, une infirmière québécoise, mariée et mère de trois enfants. Aujourd’hui, elle accompagne trois personnes, ainsi qu’un groupe de neuf personnes. « Cela m’a aidé à redécouvrir à quel point ma vocation de baptisée est d’être fille de Dieu », témoigne de son côté sœur Bénédicte You, moniale bénédictine française vivant en Terre Sainte. Elle termine au mois de mai ses quatre années de formation à distance.

Des modules de quinze semaines

Si les deux premières années sont particulièrement axées sur la découverte de soi, les étudiants reçoivent également de nombreux outils de communication, allant des techniques d’écoute aux cours de reformulation. « Nous apprenons également comment poser les bonnes questions pour aider la personne à avancer, sans l’orienter dans un sens ou dans un autre (…). Dans l’accompagnement, nous ne sommes que l’instrument de l’Esprit saint », explique sœur Bénédicte. La formation est organisée sous forme de modules de quinze semaines, avec une leçon en vidéo par semaine, disponible à la demande, sur une plateforme. À cela s’ajoutent les cours « pratiques », en visio-conférence, environ une fois par mois. En troisième et quatrième année, les stages permettent de pratiquer l’accompagnement. Chacun est supervisé, c’est-à-dire qu’il échange avec les professeurs sur ce qui est dit lors de chaque séance, sans jamais trahir l’engagement d’anonymat de la personne concernée.  « La supervision nous montre que nous ne sommes pas tout-puissants, qu’il faut y aller avec délicatesse. Cela nous donne un vrai cadre, et nous accompagne pour bien comprendre la personne dans toute son entièreté », précise sœur Bénédicte.

Au terme de la formation, les étudiants du Centre Le Pèlerin reçoivent un diplôme universitaire, grâce à un partenariat avec le collège dominicain d’Ottawa. Mais comme l’explique Gladys El Helou, l’essentiel est ailleurs : « Ce qui m’importe, c’est que je peux désormais marcher avec l’autre dans son cheminement, puisque j’ai moi-même vécu ce parcours de conversion et de transformation intérieure, propre à l’accompagnement spirituel ». 

En partenariat avec

https://www.lepelerin.org/portail/
Tags:
canadacoursformation chretienneQuébec
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
2
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
3
WEB2-MISSEL-FORMATION-ABBENICO.jpg
Agnès Pinard Legry
Les prêtres se préparent à un grand changement
4
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
5
Maria Paola Daud
Pourquoi Michel-Ange n’a-t-il jamais terminé cette Pietà ?
6
I.Media
Le pape François révèle les pays qu’il visitera dans les prochain...
7
La rédaction d'Aleteia
[VIDEO] Un jeune enfant handicapé monte au côté du Pape au début ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement