Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 24 juillet |
Sainte Christine l'Admirable
home iconSpiritualité
line break icon

Marie, la compagne parfaite du temps pascal

Walter A. Aue CC

Père Pierre Vivarès - Publié le 09/04/21

Pour comprendre le sens de la Résurrection de Jésus dans nos vies, rien de tel que la compagnie de sa Mère, à qui il est permis de penser qu'elle dût être la première à le voir vivant.

Dans les différents récits de la résurrection, il y a un passage qui manque : celui de la rencontre de Jésus, vivant, avec sa mère. Nous aimerions savoir comment cela s’est passé, ce qui a été dit et contempler la joie de Marie. Nous savons que Marie était à Jérusalem lors des événements de la Passion. Le sabbat ne lui aurait pas permis de se rendre dans une autre ville et elle a dû passer le samedi saint à Jérusalem. Elle était donc présente ce dimanche matin et suivant la parole de Jésus elle devait demeurer avec Jean à qui elle avait été confiée pendant la Passion.

Or l’autre disciple, celui que Jésus aimait, part de grand matin avec Pierre pour le sépulcre après que Marie-Madeleine leur a annoncé que le tombeau est vide. Marie a-t-elle entendu de Marie-Madeleine l’annonce du tombeau vide ? Ou le savait-elle déjà ? Ignace de Loyola dans les Exercices spirituels a cette remarque étrange : « Il apparaît à la Vierge Marie ; ce qui, bien qu’on ne le dise pas dans l’Écriture, est considéré comme sous-entendu quand celle-ci dit qu’il est apparu à tant d’autres. Car l’Écriture suppose que nous avons de l’intelligence, selon ce qui est écrit : « Êtes-vous, vous aussi, sans intelligence ? » » (Exercices, 299). Serions-nous sans intelligence si nous pensons que la Christ n’est pas apparu à sa mère, et en premier ? Laissons Dieu nous révéler cela en son temps.

Dieu ne lui pas épargné les souffrances

La joie d’une mère qui retrouve son fils vivant est semblable à la joie du Père qui voit revenir son fils en bonne santé. « Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé ! » (Lc 15, 32.) Jésus pensait-il à sa future rencontre avec sa mère lorsqu’il racontait la parabole du Fils prodigue ? A-t-il pensé à la joie de sa mère au matin de Pâques lorsqu’il a ressuscité le fils de la veuve de Naïm ? « Voyant celle-ci, le Seigneur fut saisi de compassion pour elle et lui dit : Ne pleure pas » (Lc 7,13). Nous pouvons méditer sur ces passages et reprendre tous les récits évangéliques à la lumière de la résurrection. C’est bien ce que le Seigneur nous enjoint de faire lorsqu’il dit à ses apôtres de le rejoindre en Galilée : c’est là que tout a commencé et ils doivent reprendre tout l’enseignement de Jésus à partir de cet événement inouï. Comme pour les disciples d’Emmaüs, l’ensemble des Écritures ne se comprend qu’avec la résurrection.

Que dire alors sur Marie qui a été le témoin privilégié de tous les événements depuis l’Annonciation jusqu’à la Pentecôte ? L’Évangile nous dit qu’elle méditait tous ces événements dans son cœur. Le matin de Pâques, tout lui revient et une compréhension plus profonde encore de toute l’Écriture et de toute la vie de Jésus lui est donnée. Sa foi et son espérance ne l’ont pas empêchée de passer par la souffrance et le glaive qui lui a transpercé l’âme. Dieu ne lui a pas épargné les épreuves de la vie mais elle peut les relire à la lumière de la résurrection de son Fils et du salut dont elle a été une des figures essentielles.

Un regard pascal sur le monde

Aussi Marie est-elle la compagne parfaite pour ce temps pascal : comme elle, nous pouvons relire l’Évangile avec la clé de compréhension qui ouvre à toute l’intelligence des Écritures. Nous pouvons aussi relire notre propre existence à la lumière de notre propre résurrection. Par le baptême, nous avons été ensevelis dans la mort avec le Christ pour ressusciter à une vie nouvelle et notre existence ne prend tout son sens, dans ses souffrances et ses échecs, dans ses réussites et ses joies, que dans la résurrection promise. Toute cette vie du Christ doit irriguer notre réflexion et nos actions, sinon nous restons dans la perspective de la mortalité et de la finitude de tout que nous voyons chaque jour. Demandons à Marie d’avoir un regard pascal sur le monde, notre vie et sur nos proches. Alors nous pourrons comprendre vraiment le sens des choses et aurons le cœur brûlant comme les disciples d’Emmaüs tandis que Jésus leur expliquait les Écritures.

Tags:
la résurrection du Christoctave pascalePâquesVierge Marie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
2
PASS SANITAIRE
Lauriane Vofo Kana
Pass sanitaire : une jauge de 50 personnes fixée dans les églises...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en oeuvre du pass sanitaire dans les lieux de cu...
4
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
5
WEB2-FAMILEO
Agnès Pinard Legry
L’incroyable succès de Famileo, la startup qui rapproche les fami...
6
MARIE MADELEINE MARSEILLE
Timothée Dhellemmes
[VIDEO] Comment Marie-Madeleine a débarqué et passé la fin de sa ...
7
Messe latin
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les neuf questions posées à tous les évêqu...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement