Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 20 octobre |
Saint Isaac Jogues
Aleteia logo
home iconDécryptage
line break icon

Loi euthanasie : le renoncement à l’accompagnement en fin de vie ?

UMIERANIE

cmp55 | Shutterstock

Christine Pellen - Gènéthique - Publié le 09/04/21

La proposition de loi d’Olivier Falorni visant à légaliser l’euthanasie n’a pas été adoptée par les députés ce jeudi. Un répit temporaire puisque Jean-Louis Touraine est l’auteur d’une proposition de loi identique. Malgré ce qu’en disent ses promoteurs, la légalisation de l’euthanasie ne représente-t-elle pas un danger pour les soins palliatifs ?

« Ce soir je suis triste car si les soins palliatifs étaient plus développés on n’en serait pas là […] j’ai peur que les malades se sentent un poids, peur de notre capacité à prendre soin les uns des autres, à accepter la vulnérabilité. » C’est par ces mots que Bénédicte Pételle (LREM) concluait les débats de la Commission des affaires sociales mercredi 31 mars. Bien que certains députés aient rappelé l’importance des soins palliatifs, ou, comme Emmanuelle Ménard, aient appelé à « répondre à la souffrance par la vie et non pas par la mort », les débats en séance ne lui auront pas donné tort, tant certains députés semblent associer dignité et capacité physique. Comme si la dignité de l’homme n’était pas inhérente au seul fait qu’il soit homme.

Pourtant le Dr Claire Fourcade, présidente de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (SFAP) avait prévenu : la loi « envoie un message« . Ainsi, « avec cette loi, on court le risque de voir beaucoup de patients refuser d’être soulagés et orientés d’emblée vers une assistance à mourir », alerte-t-elle. N’est-ce pas paradoxal alors que le gouvernement a annoncé la mise en place d’un plan triennal de développement de soins palliatifs et d’accompagnement de la fin de vie ?

Les soins palliatifs en France : une marge de progrès significative

En matière de soins palliatifs beaucoup de progrès restent à faire. Sarah Dauchy, présidente du conseil d’orientation stratégique du centre national des soins palliatifs et de la fin de vie (CNSPFV) l’a expliqué au Sénat lors de son audition le 7 avril. En France, on recense 1.880 lits de soins palliatifs répartis au sein de 164 unités, soit 2,8 lits pour 100.000 habitants. Une offre de soins « en dessous des objectifs fixés par le plan de 2018 « . La conséquence : moins de la moitié des patients décédés en 2014 ont pu bénéficier de soins palliatifs en fin de vie. La France se positionne au 5e rang mondial pour la qualité de ses soins, mais seulement au 22e en ce qui concerne l’accès aux soins, précise Sarah Dauchy. On ne trouve aucune unité de soins palliatifs dans 26 départements.

Pourtant, cet accompagnement est réclamé par les Français. En effet, interrogés dans le cadre d’une étude réalisée par l’Ifop, plus de la moitié d’entre eux soulignent l’accompagnement comme étant la priorité en fin de vie. Quand seuls 24% réclament l’accès à l’euthanasie.

« Ce que nous observons, c’est que, si tant est qu’ils y aient pensé, très peu expriment encore une volonté d’en finir après 2 ou 3 jours en soins palliatifs, parce que leurs douleurs physiques et psychiques sont soulagées et qu’ils ont compris qu’ils seraient accompagnés jusqu’au bout », témoigne le collectif francilien des soins palliatifs. Alors « comment la transgression, même exceptionnelle, de l’interdit de tuer, pourrait-elle être sans effet sur ceux dont la mort approche et sur ceux qui les accompagnent ? », interroge Claire Fourcade. Légaliser l’euthanasie, n’est-ce pas compromettre l’essentiel ? En délaissant les plus vulnérables, les patients en fin de vie, au moment où ils ont le plus besoin d’être accompagnés.

Pour en savoir plus : Gènéthique.

logo genethique
Tags:
Assemblée nationaleeuthanasie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
3
Bracelet Marie-Antoinette
Marzena Devoud
L’émouvante histoire du bracelet de Marie-Antoinette
4
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
5
Mathilde de Robien
Rapport Sauvé : au cœur de la souffrance, des témoignages chargés...
6
Père Jacques de Longeaux
La réponse de Jésus à la tentation du pouvoir
7
Bérengère Dommaigné
Tibo InShape à la rencontre de sœur André, la doyenne des Françai...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement