Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 12 avril |
Saint Jules Ier
home iconActualités
line break icon

400.000 marins victimes d’une crise humanitaire invisible

© Avigator Fortuner - shutterstock

Agnès Pinard Legry - Publié le 07/04/21

Alors que de nombreux gouvernements empêchent les bateaux d’accoster dans leurs ports afin de limiter la propagation du Covid-19, plus de 400.000 marins se trouveraient actuellement coincés sur des navires malgré l’expiration de leur contrat initial, dénonce la Commission internationale catholique pour les migrations (ICMC).

« Sans les gens de la mer, de nombreuses région du monde mourraient de faim », rappelait avec justesse le pape François en août dernier. Parce que 90% du commerce mondial se fait par voie maritime, le rôle de ces « gens de la mer » est essentiel. Malheureusement, ils se retrouvent une nouvelle fois oubliés de la crise sanitaire.

Alors que de nombreux gouvernements empêchent les bateaux d’accoster dans leurs ports afin de contenir la propagation du Covid-19, plus de 400.000 marins se sont retrouvés coincés sur des navires longtemps après l’expiration de leur contrat initial, dénonce la Commission internationale catholique pour les migrations (ICMC). Beaucoup souffrent de traumatismes graves ainsi que de problèmes de santé mentale et physique.

Impossibilité de changer les équipages

En temps normal, les navires adoptent une politique de « changement d’équipages ». Tous les quatre à dix mois, l’équipage d’un navire est ainsi remplacé par un autre afin d’éviter l’épuisement de l’équipage et leur permettre de retrouver leurs familles jusqu’à leur prochain contrat. Malheureusement, avec cette impossibilité pour de nombreux cargos d’accoster dans les ports, ce changement d’équipage n’a pas lieu et les marins se retrouvent souvent contraint de continuer à travailler « sans contrat valide et au-delà de la limite de 11 mois en mer prescrite par le droit international ».

Dans le même temps, les marins nouvellement recrutés en attente de monter à bord d’un navire se retrouvent bloqués dans des hôtels et des dortoirs souvent précaires sans possibilité de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille.

Tags:
Coronavirusmertransports
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Agnès Pinard Legry
Non-respect des mesures sanitaires : le diocèse de Paris ouvre un...
2
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
3
Attentat Indonésie
Agnès Pinard Legry
Attaque de la cathédrale de Makassar : le geste héroïque de Kosma...
4
WEB2-CONVERSION-SYRIE-SAINT-CHARBEL-Nadine-Sayegh.jpg
Nadine Sayegh
Témoignages : ces musulmans syriens convertis au christianisme
5
Agnès Pinard Legry
Une proposition de loi sur l’euthanasie, ultime ligne rouge éthiq...
6
Mathilde de Robien
Confinement, épreuve, traumatisme… comment favoriser la résilienc...
7
VISITING GRAVE
Mathilde de Robien
Perte d’un enfant : comment garder une mémoire « juste » ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement