Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconTribunes
line break icon

Le corps du Christ est toujours présent dans le corps du pauvre

Hôtel-Dieu-de-Tonnerre-.jpg

© Philippe Lissac / Godong

Père Pierre Vivarès - Publié le 03/04/21

En vénérant, comme nous le faisons en ces jours saints, le corps du Christ en sa Passion et sa résurrection, nous nous rappelons aussi que ce corps est toujours présent au milieu de nous.

« Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, et, quand vous le voulez, vous pouvez leur faire du bien ; mais moi, vous ne m’aurez pas toujours » (Mc 14, 7). Cette phrase du Christ que nous avons entendue lors de la lecture de la Passion le dimanche des rameaux est terrible à maints égards.  Elle est une vérité à accueillir sur l’incapacité d’un système politique, économique, social ou philosophique à éradiquer la pauvreté. Beaucoup se sont levés pour annoncer le grand soir, le règne de la justice et de la paix. 

Beaucoup ont échafaudé des théories qui prétendaient éradiquer la pauvreté, la souffrance et la guerre. Les utopistes de toutes époques et de toutes doctrines ont pensé assainir nos sociétés définitivement, par la seule force des lois ou de l’éducation. Aucun n’y est arrivé et, pire encore, ceux qui étaient les plus convaincus de leurs théories une fois arrivés au pouvoir les ont appliqués avec force et n’ont apporté que misère et malheur, génocide et exclusion. 

Croire que l’État peut tout

Il s’agit là d’une nécessaire humilité sur la nature humaine et son péché. C’est aussi un critère de discernement sur les théories que l’on voudrait nous vendre. Celui qui prétend que, grâce à lui ou ses idées, tout ira mieux, tout sera résolu ou que la pauvreté sera éradiquée doit être regardé et écouté avec précaution. Il y a fort à parier que derrière ce système se cache une exclusion masquée ou affirmée (racisme, xénophobie, eugénisme) ou une suppression programmée des libertés individuelles d’une partie de la population. 

On peut regarder vers « en haut », vers les gouvernements et les Constitutions, mais il faut d’abord regarder vers « en bas », vers ceux qui souffrent quotidiennement sans espérance.

Il peut cependant exister des prises de consciences sociales, des efforts collectifs, des nouvelles lois pour plus de justice mais il restera toujours une part irréductible de pauvreté qui devient une interrogation posée à chaque personne. Que doit-on faire pour celui qui est exclu de nos systèmes de soins, de prévention, d’égalité sans se dire trop facilement que l’État peut tout, doit tout ou que l’État doit changer pour que tout cela puisse enfin fonctionner ? Nous ne pouvons pas nous cacher derrière la puissance publique, derrière les régimes et les décrets. Parce que la pauvreté sera toujours présente, la liberté de la charité sera toujours convoquée. On peut regarder vers « en haut », vers les gouvernements et les Constitutions, mais il faut d’abord regarder vers « en bas », vers ceux qui souffrent quotidiennement sans espérance. Si un système est parfait sur le papier cela signifie qu’il est violent dans les faits.

Une question de liberté

Cette phrase veut-elle dire aussi que le christianisme est un système qui n’éradiquera jamais la pauvreté ou bien que la prédication du Christ est sans effet et que le commandement de la charité ne sera en fait jamais appliqué ? Là aussi il est question de liberté. Dieu ne contraint pas : il invite à la conversion individuelle. Le christianisme n’est pas un « système » mais une religion au sein de laquelle, individuellement et collectivement, nous entendons une parole qui nous invite à agir sans nous contraindre, une morale à laquelle nous devons intérieurement acquiescer sans qu’elle puisse nous être imposée.  

L’on peut aussi méditer sur le fait que le corps du Christ n’est plus là et nous ne pouvons plus lui verser un parfum de grand prix en signe de respect ou d’amour. En revanche le corps du pauvre lui sera toujours présent et le pauvre, quelle que soit la pauvreté, est le visage du Christ aujourd’hui. En vénérant, comme nous le faisons en ces jours saints, le corps du Christ en sa Passion et sa résurrection, nous nous rappelons aussi que ce corps est toujours présent au milieu de nous. « Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 40). En discernant, à travers l’Eucharistie et le corps du Christ qu’est l’Église, la présence du Christ ressuscité nous apprenons aussi à discerner son corps dans le pauvre, pauvre souvent invisible au milieu de nos sociétés parce que nos cœurs sont fermés. Puissions-nous avoir comme les disciples d’Emmaüs au soir de Pâques le cœur brûlant lorsque le Christ nous partage les Écritures et continuer en chaque lieu de chaque époque de soigner le pauvre qui sera toujours présent. 

Tags:
la passion du christla résurrection du ChristSemaine sainte
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
3
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
4
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
5
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
6
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
7
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement