Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 28 février |
Saint Romain
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

Les catholiques impatients d’assister à la Vigile pascale au petit matin

WEB2-VIGILE-PASCALE-GODONG-FR265897S.jpg

Sébastien Désarmaux / Godong

Bérengère Dommaigné - Agnès Pinard Legry - publié le 02/04/21

Avec le maintien du couvre-feu de 19h à 6h, de nombreuses paroisses proposent une Vigile pascale dimanche juste avant l'aube. Un format inédit qui séduit de nombreux catholiques. Témoignages.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

Le couvre-feu imposé de 19h à 6h du matin sur l’ensemble du territoire national ne privera décidément pas les catholiques de la Vigile pascale. De nombreuses paroisses ont prévu de célébrer la veillée pascale au petit matin de Pâques en faisant commencer l’office entre 6h et 7h du matin. Cette formule reste finalement assez fidèle au rituel car les paroissiens, qui arriveront de nuit à l’église, en ressortiront en plein jour, en pleine lumière de Pâques, et vivront donc ce passage des ténèbres à la lumière. Une proposition liturgique qui suscite l’engouement de nombreux catholiques.

Des ténèbres à la lumière

« Je ne suis pas particulièrement matinal mais j’ai hâte de me lever dimanche matin pour la Vigile pascale ! ». L’enthousiasme de Pierre, 32 ans, est communicatif. Apprenant que sa paroisse, Notre-Dame de Clignancourt (XVIIIe arrondissement) proposait une Vigile pascale à 6h30 dimanche 4 avril, il n’a pas hésité une seconde. « C’est une belle manière de remettre en perspective la signification de Pâques : on commence dans la nuit et on termine en plein jour, pour la Résurrection ! ». Et puis, confie-t-il dans un sourire, « Ce n’est pas tous les jours que l’on a l’occasion de réveiller en même temps le corps, l’esprit et l’âme ! ». C’est dans cet esprit que Christine, une paroissienne de Rouen, envisage également de vivre cette Vigile pascale. « On nous dit que le Christ est ressuscité au matin de Pâques, je trouve donc cela très beau de faire comme les femmes dans la Bible, qui arrivèrent tôt au tombeau. Cela sort de nos habitudes certes, mais cela bouscule aussi notre foi, et je suis très reconnaissante à nos prêtres d’organiser cela ».

Même son de cloche pour Thomas et Clémence, un jeune couple de lyonnais. « Nous attendons notre premier enfant pour le mois de juin, on se dit que l’année prochaine ce sera peut-être plus compliqué d’assister aux offices du Triduum pascal alors on profite de cette formule que l’on trouve très belle. On va se lever tôt pour le Christ, je pense que cela va modifier notre façon de vivre la journée ensuite et d’être pleinement dans la joie de Pâques », confie Clémence, 28 ans. Des témoignages de paroissiens contents de cette proposition de vigile pascale à 6h30, le père Yves en a reçu beaucoup autour de lui. « Nous verrons bien si nos paroissiens viennent nombreux, car c’est vrai ils devront se lever tôt, mais nous n’avons reçu que des bons échos de cette proposition, il y a une grande attente », constate ce prêtre du diocèse de Lyon. 

La symbolique liturgique est si belle !

Dans le Val-de-Marne, plusieurs paroisses ont annoncé des Vigiles pascales à 7h du matin. Et les prêtres se réjouissent d’une telle formule. « La symbolique liturgique est si belle », s’enthousiasme ce jeune curé. « Si nos paroissiens et les prêtres s’y retrouvent, peut-être que nous proposerons à nouveau ce format dans les années à venir ! ».  À celles et ceux qui craignent de ne pas retrouver la Vigile pascale telles qu’ils en ont l’habitude, qu’ils se rassurent. Si la bénédiction du feu sera adaptée en fonction des possibilités pour les églises d’allumer un feu en extérieur, la célébration est bien composée d’une liturgie de la Parole (qui peut être éventuellement raccourcie), d’une liturgie baptismale et d’une liturgie eucharistique.

Si l’organisation d’une vigile pascale très tôt le matin est malheureusement plus délicate en milieu rural où les paroissiens habitent généralement plus loin, une chose est néanmoins est certaine, l’attente est immense chez l’ensemble des fidèles. « Tous nous ont dit qu’ils voulaient bien tout accepter, que ce soient les changements d’horaires ou le cérémonial, tant qu’ils pouvaient venir à l’église pour Pâques ! », assure le père Nicolas, vicaire à Redon, paroisse de 9.000 âmes. « Ils ont beaucoup souffert l’année dernière de n’avoir pu vivre les offices physiquement ».

Tags:
MessePâquesVeillée pascale
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement