Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 15 avril |
Sainte Anastasie
home iconBelles Histoires
line break icon

Ils vivent l’esprit « Fratelli Tutti » dans une cité à Marseille

Le Rocher

Geoffroy et Camille vivent depuis deux ans et demi dans le quartier de Campagne Lévêque, au nord de Marseille.

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 30/03/21

Geoffroy et Camille Moreau vivent depuis deux ans et demi dans le quartier de Campagne Lévêque, au nord de Marseille. Là-bas, au contact des autres habitants, ils découvrent de façon très concrète ce que signifie le mot “fraternité”.

« L’amour brise les chaînes et ces cœur à cœur permettent de lever des freins », lance Geoffroy Moreau, père de famille de 31 ans. Avec sa femme Camille, 29 ans, et leurs trois enfants de 2 à 5 ans, il habite depuis deux ans et demi à Campagne-Lévêque, au nord de Marseille, un quartier prioritaire de 4.000 âmes réparties en 37 blocs. La famille est en mission avec l’association Le Rocher Oasis des Cités, présente dans neuf quartiers urbains en difficulté en France. 

Depuis le bloc 29 où ils résident, Geoffroy et Camille ont vue sur la barre d’en face. Ici, leur vie n’a rien à voir avec celle qu’ils menaient avant à Paris. Au milieu des blocs de béton, loin des terrasses et des plaisirs parisiens, ils vivent à 100% la fraternité promue par le pape François dans son encyclique Fratelli Tutti au côté des nombreux Algériens, Comoriens, gitans qui peuplent les immeubles voisins. Ils rencontrent de nombreux primo-arrivants qui débarquent dans la cité phocéenne à leur arrivée en France. “Nous ouvrons les yeux sur les procédures et les galères traversées par les gens qui n’ont pas de papiers”, note Camille. “Quand on est sans papier, on est déconsidéré”. Le quotidien de Geoffroy et Camille n’est pas de leur fournir un logement ou des papiers d’identité mais de construire un lien de confiance, de restaurer la dignité abîmée, de se connaître et de faire des petits pas ensemble. Tout cela de façon gratuite. “Nous sommes avec des personnes à qui, osons le dire, nous n’apportons rien en apparence”, lance Camille du tac au tac, montrant ainsi que l’essentiel de leur mission est la rencontre, qui se vit au milieu des activités proposées – sorties, repas festifs, visites à domicile – mais ne se mesure pas. “Au contraire il se passe beaucoup !”, intervient Geoffroy qui renchérit en expliquant que la relation est au cœur de ce “rien” et qu’ils ne raisonnent pas en termes de résultat et d’attente en retour. “Nous sommes venus les aimer… et nous n’avons que cela à faire”, renchérit Camille. “Et puisque nous n’avons à penser qu’à cela, nous le faisons très spontanément. Le “vivre avec”, pour moi, c’est la solution à tout. Il reste encore des disparités mais nous partageons le même quotidien et nous faisons tout ensemble”.

« Tout de suite elle m’a appelée “ma sœur” »

Dans ce quartier très majoritairement musulman, le dialogue interreligieux est un véritable enjeu. “Il y a un grand respect de la foi de chacun. Nous parlons de Dieu sans trop entrer dans les débats et en sachant que l’autre est différent. On ne nie pas les différences. Dieu est présent, il rassemble. L’enjeu, c’est d’être en dialogue”, soutient Geoffroy. D’ailleurs, le couple a de nombreux amis musulmans. À commencer par Aïcha, une voisine algérienne du septième étage, grande amie de Camille. Elle a dix ans de plus qu’elle mais qu’importe, la fraternité ne compte pas les années ! “Tout de suite elle m’a appelée “ma sœur””, se réjouit Camille, qui ajoute qu’ici, “on s’envoie du “mon frère, ma sœur” dans l’ascenseur” régulièrement. “On fait nos courses ensemble, on se raconte nos galères et nos joies, on se garde les enfants…”. Et pourtant, elles n’ont pas grand-chose en commun dans leurs histoires de vie. 

De son côté, Geoffroy évoque Alain, un gitan de 56 ans qu’il croise le samedi matin quand il promène son pitbull. “Il a vécu énormément de galères dans sa jeunesse : la drogue, la prison, la rue, les ruptures, les petits boulots… On a appris à se connaître au fil du temps. Cela s’est fait doucement, d’abord dans la rue, puis chez lui. C’est un petit rendez-vous fidèle du samedi matin”. “Dans Fratelli Tutti, on parle du prochain”, ajoute-t-il. Ce prochain, ce peut être  le préfet qui vient en visite, un membre de l’équipe ou un étranger. “L’idée”, conclut le jeune père de famille, “c’est qu’on ne va pas attendre de savoir qui est notre prochain, mais qu’on se fait le prochain de l’autre« .

En partenariat avec

Tags:
Fratelli tuttiMarseille
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
2
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
3
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
4
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
5
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
6
Mathilde de Robien
La Trinité le dimanche, son ange gardien le mardi. Chaque jour de...
7
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement