Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 18 septembre |
home iconTribunes
line break icon

L’étrange acharnement de l’obsession euthanasique

euthanasie

© Patrick Thomas - shutterstock

Père Christian Venard - Publié le 22/03/21

La peur de la mort, de la faiblesse et de l’inutile va souvent de pair avec une obsession de la mort. Avec l’euthanasie, le refus des limites veut s’affranchir de toutes les limites.

Il fut un temps lointain, où la mort était un horizon quotidien auquel tout être humain se trouvait confronté, quel que fût son âge. Passée l’Antiquité, le christianisme, irriguant toute la société médiévale, avait développé un respect de l’individu — de la personne — qui interdisait, normalement, qu’on le privât du bien le plus précieux : la vie. Cela n’allait pas sans difficultés, sans de nombreuses infractions, mais celles-ci étaient de plus en plus sévèrement condamnées par la justice civile comme ecclésiastique. « Tu ne tueras pas », exigeait le cinquième commandement de Dieu, reçu des leçons millénaires de la Torah et repris, assumé, à la suite de Jésus par la foi catholique. 

Prendre la vie d’autrui était condamnable, sévèrement. Pour autant l’horizon de la mort était si familier, qu’elle semblait une compagne intimement mêlée à la vie. En ces temps, dits barbares par notre époque, la mort chrétienne était d’abord vue comme un passage, comme la possibilité enfin ouverte d’accéder à l’au-delà, et dans ce nouveau monde, à vivre la rencontre avec son Créateur. 

L’ultime compagne

« Amis dont mon cœur se déprend
Je suis par la mort pourchassé
Vostre amitié fut plus qu’un chant
Plus que tout je vous ai aimés
Je vous emporte en mon voyage
Vous serez mon livre d’images
Mes porte-bonheur et la clef
Que Pierre va me demander. »

Ainsi s’exprimait le grand François Villon. Poètes, peintres, sculpteurs, érudits, tous évoquaient la mort, malgré ses hideux apanages, comme l’ultime compagne, dont les effets, certes pénibles car issus des condamnations dues au péché originel, sont déjà réduits à néant par la victoire du Ressuscité. La foi éclairant la mort la rendait acceptable, au même temps qu’elle en interdisait l’usage violent contre les personnes — c’est d’ailleurs une des raisons qui poussa l’Église à fonder le droit dans la guerre puis le droit de la guerre.

Le tabou de la mort

Puis la mort est devenue l’ennemie du genre humain, au point qu’avec le XIXe siècle, l’athéisme et le positivisme pensaient pouvoir, grâce à la science, l’éradiquer un jour. Les horreurs barbares de la mort industrialisée au XXe siècle (guerres mondiales, nazisme et communisme, terrorisme…) ont ruiné cette utopie. La mort devint alors un « tabou », exclue du champ de vision de l’homme contemporain. Cette effrontée ne devait pas, par sa présence, empêcher les idéologies dites de progrès dans leur domination intellectuelle.

C’est sans doute ce qui pousse l’immense majorité des gouvernants dans leur « luttes guerrières », leurs « combats », contre la Covid-19. Plutôt ruiner des économies entières, plutôt priver de liberté des citoyens abasourdis, plutôt mettre en péril la santé psychique des individus, que de reconnaître les limites de la puissance de l’homme face à la Création. Qu’en ce moment précis, les tenants d’une idéologie mortifère centrés sur l’euthanasie, s’évertuent à vouloir modifier la loi, voilà qui relève de l’aberration. Alors que tous sont lourdement contraints, pour lutter contre l’éventuelle mortalité de la Covid-19, « Mort, mort, mort », telle est la lugubre et médiatique litanie des tenants du « progrès ».  Ils semblent n’avoir que ce mot, que ce programme, que cette vision pour notre monde : mort ! Mort de l’embryon, qui ne naîtra pas victime de l’égoïsme d’une société hédoniste. Mort du bébé à terme, qui ne correspondra pas — ou plus — au « projet d’enfant » de parents irresponsables. Mort de l’enfant porteur de trisomie, interdit de voir le jour parce que « différent ». 

Mort pour les fatigués de la vie

Et maintenant que toutes ces morts prématurées sont entrées dans les mœurs, au point de vouloir créer un prétendu « droit à l’avortement », mort pour les malades incurables, mort pour les vieillards refusant le déclin de la vie en eux, mort pour les « fatigués de la vie », mort pour ceux que l’on estimera « inutiles » ou « trop chers » pour la société. Alors que nous souffrons tous, d’une manière ou d’une autre, de la crise sanitaire, l’indécence médiatique et institutionnelle des promoteurs de l’euthanasie démontre la folie, l’incohérence et l’inanité de leurs pensées.

Tags:
euthanasiemort

Soutenez Aleteia !

A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Top 10
1
Jean-Michel Castaing
Les sept grâces à recueillir des sept douleurs de Notre-Dame
2
Isabelle du Ché
Les incroyables fruits de la vidéo du père Aymar avec Tibo InShap...
3
La rédaction d'Aleteia
Union européenne, vaccination… ce que François a dit dans l’avion...
4
WEB2-Jonathan Goodall-CC BY-SA 4.0
La rédaction d'Aleteia
Un évêque anglican devient catholique « après une longue période ...
5
WEB2-SAINTE MONIQUE-GODONG-FR560945A
Anne Bernet
Comment sainte Monique se libéra de son addiction à l’alcool
6
Agnès Pinard Legry
Jessie, Jestonie et Jerson, trois frères ordonnés le même jour au...
7
Isabelle Cousturié
Devant le Christ en croix, la prière qui protège de tous les malh...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement