Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mardi 28 juin |
Saint Irénée de Lyon
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Au Soudan du Sud, le poignant appel au pardon d’un évêque

PEOPLE

Anita Kattakhuzy-Oxfam-(CC BY-NC-ND 2.0)

Agnès Pinard Legry - publié le 16/03/21 - mis à jour le 16/03/21

Alors que les violences quotidiennes imputables à des groupes armés et des milices se multiplient au Soudan du Sud, Mgr Barani Eduardo Hiiboro Kussala, évêque de Tombura-Yambio, appelle au pardon. "Construire la paix au travers de la réconciliation constitue le seul chemin", alerte-t-il.

Le Soudan du Sud a été le théâtre pendant six ans d’une guerre civile qui a fait au moins 380.000 victimes et qui s’est officiellement terminée en février avec la création d’un gouvernement d’union nationale. Malheureusement, les violences perpétrées dans le pays n’ont pas disparu, simplement changé de forme. Si la violence directement imputable aux factions de la guerre civile a reflué, d’autres intercommunautaires ont liées à des milices, ont explosées.

Il s’agit de l’une des périodes les plus difficiles de notre histoire.

« L’ampleur et l’échelle de la violence dépassent de loin la violence entre 2013 et 2019 », a dénoncé la Commission des droits fondamentaux au Soudan du Sud, Yasmin Sooka, dans une note publiée en février 2021.Très souvent, les milices sont organisées et mobilisées selon « des lignes ethniques, souvent avec le soutien des forces armées de l’État et de l’opposition ».

« Il s’agit de l’une des périodes les plus difficiles de notre histoire », a reconnu auprès de l’agence Fides Mgr Barani Eduardo Hiiboro Kussala, évêque de Tombura-Yambio (Soudan du Sud). « La population a choisi la paix et non pas la violence, l’amour et non pas la haine et l’inanition, la vérité et non pas le mensonge. Nous avons vu que les nombreuses décennies d’effusion de sang et le recours à la violence dans notre nation toute nouvelle n’ont jamais porté à aucun bénéfice ».


Protest Kinshasa

Lire aussi :
En Afrique, « l’Église catholique se trouve du côté de l’homme »

Des paroles d’autant plus fortes que l’insécurité et la peur règnent dans le pays. « En ce temps sacré du carême j’exhorte chacun d’entre nous à nous engager dans le dialogue et à prier pour la fin définitive de cette période sombre qui voit impliquée notre région et l’ensemble du Soudan du Sud », reprend le prélat avant de conclure : « Construire la paix au travers de la réconciliation constitue le seul chemin ».

Tags:
conflitPardonsoudan du sud
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement