Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 18 avril |
Saint Parfait de Cordoue
home iconDécryptage
line break icon

La France confinée, un an déjà

Pascal Deloche / Godong | Ref:114

Plusieurs pays d'Europe ont prévu un déconfinement progressif des lieux de culte, en même temps que les commerces et les écoles.

Agnès Pinard Legry - Publié le 15/03/21

Il y a un an, le 16 mars 2020, un scénario que personne n’avait jusqu’alors vraiment envisagé s’est soudainement – et brutalement – imposé aux Français. Confinés chez eux pour endiguer la propagation du Covid-19, ils ont dû revoir et adapter ce qui faisait jusqu’alors leur quotidien. Un réajustement auquel n’a pas échappé la pratique religieuse. Entre privation et renouveau, chronique d’une vie spirituelle bouleversée.

Il y a eu un avant et un après qui n’en finit pas. Il est un peu plus de 20h ce lundi 16 mars 2020 lorsque le couperet tombe. Emmanuel Macron annonce la mise en place d’un confinement national pour lutter contre l’accélération de l’épidémie de Covid-19 lors d’une allocution télévisée. « Nous sommes en guerre », martèle-t-il gravement. Un an après, la pandémie, qui a déjà fait en France 90.000 morts, est loin d’être terminée et le système de santé reste sous tension malgré le début de la campagne de vaccination. Si toutes les dimensions qui composent une vie ont été bouleversées, Aleteia a choisi de s’arrêter sur la vie spirituelle. Loin d’être une parenthèse, ce confinement a privé les fidèles de choses dont ils ne pensaient pas pouvoir manquer. Il les a contraints à s’adapter, à s’interroger et à développer de nouveaux moyens pour vivre leur foi.

Dès la veille de l’annonce du confinement, le 15 mars 2020, le gouvernement annonce la suspension des célébrations religieuses dans les lieux de culte. Pour la toute première fois de son histoire, la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre ferme ses portes. Mais si les églises ferment leurs portes aux fidèles pour les célébrations publiques, face aux ravages du coronavirus, plusieurs évêques et prêtres ont décidé de bénir leur ville. Un geste fort, tant spirituellement que symboliquement, qui est aussi un signal réconfortant envoyé aux milliers de croyants qui ne peuvent plus assister à la messe.




Lire aussi :
Coronavirus : il est venu le temps des bénédictions

C’est donc derrière leurs écrans ou grâce à des célébrations de la Parole à réaliser chez soi que les catholiques ont suivi la messe du troisième dimanche de carême. Et toutes les autres jusqu’à début juin. Dès le début, prêtres et communautés religieuses ont ainsi redoublé d’efforts afin de diffuser les messes en direct sur les réseaux sociaux. L’émission le « Jour du Seigneur » affiche des audiences records.

Conscient des difficultés à venir, le pape François a ces paroles rassurantes lors de l’Angélus du 15 mars 2020 : « Unis avec le Christ, nous ne sommes jamais seuls, nous formons un seul corps dont Il est la tête ». « Dans cette situation épidémique, où nous nous trouvons plus ou moins isolés, nous sommes invités à redécouvrir et à approfondir la valeur de la communion qui unit tous les membres de l’Église ». Cette valeur de la communion, les fidèles ont pu la comprendre tout au long de ces semaines de confinement. Nombreux sont ceux à avoir (re)découvert la communion spirituelle. « Il s’agit, quand on ne peut pas communier sacramentellement, de s’unir spirituellement au Christ, présent dans l’hostie, dans un acte de désir, un acte de foi et un acte de charité », expliquait sur Aleteia le père Michel Martin-Prével. Une communion que chacun a pu vivre depuis chez lui en récitant une prière spécifique. Privés d’eucharistie, les catholiques ont éprouvé dans leur cœur cette communion. Souffrance d’en être privés physiquement mais aussi joie et impatience de la retrouver.

Au-delà de la messe dominicale, les fidèles ont également modifié leur vie de prière à domicile utilisant ce temps contraint pour déployer une spiritualité familiale, propre à chaque foyer. Personne seule, couple, famille, certains ont réinventé lors du confinement une manière de prier ensemble. Dans des agendas désorganisés en raison des fermetures d’école, la prière familiale a finalement trouvé une place de choix chez certains. Ainsi, en mars, cette mère de famille de cinq enfants invitait sur Instagram à s’unir au chapelet qu’ils récitaient chez eux tous les matins, à 8h30.

Qui dit vie de foi ne dit pas uniquement vie de prière mais aussi actions concrètes. À Redon puis à Rennes, des paroisses ont mis en place lors du premier confinement un service d’anges gardiens. Le principe : inviter les paroissiens à appeler les personnes âgées ou isolées, à prendre de leurs nouvelles et pourquoi pas à leur proposer de l’aide pour une course ou un besoin précis. Cette attention aux plus fragiles, aux plus isolés, nombre de paroisse l’ont concrétisé de manière plus ou moins visible.




Lire aussi :
Au temps du coronavirus, les catholiques ne manquent pas d’imagination

« Beaucoup en ce temps redécouvrent la « communion spirituelle », la « contrition parfaite », le « baptême de désir », ces expériences sacramentelles authentiques à distance des sacrements célébrés mais avec le désir d’y participer pleinement », a rappelé avec justesse l’évêque de Nanterre, Mgr Rougé. « Ces redécouvertes ne relativisent pas les sacrements eux-mêmes mais disposent en réalité à en accueillir les fruits avec davantage de profondeur le jour où il sera à nouveau possible de nous rassembler ». Alors que les mesures sanitaires – déjà strictes – pourraient à nouveau se durcir prochainement, la vie spirituelle, déjà perturbée, pourrait l’être à nouveau. Mais malgré un contexte sanitaire difficile, son cœur demeure intact : l’espérance.


EGLISE VIDE

Lire aussi :
Ces trésors spirituels que la pandémie a permis de redécouvrir

Tags:
ConfinementCoronavirusMesse
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
3
La rédaction d'Aleteia
Il y avait-il un saint à bord du Titanic ?
4
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
5
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
6
Marzena Devoud
Les six choses (importantes) à savoir sur les funérailles du prin...
7
POmpier Notre Dame de Paris
Timothée Dhellemmes
« D’en haut, on entend les chants » : des pompiers raconten...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement