Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 19 avril |
Saint Expédit
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

Sainte-Cécile-du-Trastevere, en l’honneur de la patronne des musiciens

SAINTE CECILE DU TRASTEVERE

Antoine Mekary | ALETEIA

Basilique Sainte-Cécile-du-Trastevere à Rome.

Marinella Bandini - publié le 02/03/21

Pour le carême, Aleteia vous propose de (re)découvrir l'ancienne tradition des chrétiens de Rome en cheminant à travers les "églises stationnaires". Un pèlerinage artistique et spirituel à vivre chaque jour jusqu'au 11 avril. Aujourd'hui la basilique Sainte-Cécile-du-Trastevere.

Sainte Cécile, martyr du IIIe siècle et célèbre patronne des musiciens, a été immortalisée par l’artiste Stefano Maderno (1576-1636) dans une sculpture visible sous l’autel de la basilique qui lui est dédiée à Rome. La jeune martyre est représentée dans la position dans laquelle elle a été trouvée lors de l’ouverture de sa tombe en 1599, le corps presque intact.

La position de la sainte est étonnante. Allongée sur le côté, le visage tourné vers le sol, son corps alangui, enveloppé dans une tunique aux plis délicats, témoigne de la souffrance de son martyre. Sur son cou, la ligne profonde rappelle la violence de sa mort, la gorge tranchée. Autre détail d’importance : ses mains liées dont la position n’est pas anodine. Sa main droite, dont les deux derniers doigts sont repliés, indique le chiffre trois, symbole de la Trinité. Un détail discret qui rappelle subtilement la foi ardente qui l’a amenée jusqu’au supplice.

La basilique Sainte-Cécile-du-Trastevere remonte au IXe siècle. Sa construction a été ordonnée  par le pape Pascal Ier à la suite d’un rêve : Cécile lui serait apparu en songe et lui aurait indiqué le lieu de son enterrement dans les catacombes de Saint-Calixte. Une fois le corps retrouvé, la dépouille est transférée dans le quartier Trastevere où l’on construit la basilique. C’est ici que les religieuses bénédictines, présentes depuis 1527, perpétuent une touchante tradition. Avec la laine des agneaux, elles tissent le pallium, l’étole que le Pape donne aux archevêques métropolitains, nommés au cours de l’année. Il est le symbole du mouton sauvé par le Bon Pasteur et de l’Agneau crucifié pour le Salut du monde.

Ainsi, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude. (Mt 20, 28)

Pour découvrir les richesses de la basilique Sainte-Cécile-du-Trastevere, cliquez sur le diaporama : `




Lire aussi :
Sainte-Balbine, celle qui trouva les chaînes de saint Pierre




Lire aussi :
Saint-Clément-du-Latran, lieu de repos du 4e pape




Lire aussi :
Sainte-Marie in Domnica, une église liée aux Médicis

Tags:
BasiliqueCarêmeRome
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement