Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 16 avril |
Saint Benoît-Joseph Labre
home iconSpiritualité
line break icon

Dire que Jésus est Dieu, une folie ?

LA TRANSFIGURATION

© Manuel Cohen / Aurimages

Père Pierre Vivarès - Publié le 26/02/21

Oser dire radicalement que Jésus est Dieu, même si c’est une folie pour le monde, est aujourd’hui nécessaire pour être entendu.

L’Évangile de ce dimanche nous donne à contempler la Transfiguration de Jésus (Mc 9, 2 -10) et nous entendons encore cette parole du Père : « Celui-ci est mon fils bien aimé, écoutez-le ! » Jésus est le fils bien aimé du Père et Jésus dit : « Le Père et moi nous sommes un » (Jn 10, 30), ce qui conduira certains auditeurs à ramasser des pierres pour le lapider. La divinité de Jésus est la pierre d’achoppement de beaucoup. Que Jésus ait été un prophète puissant, que son enseignement nouveau ait réjoui des milliards d’êtres humains, qu’il soit passé en faisant le bien tout au long de sa vie, que sa puissance thaumaturgique ait été reconnue et admirée, tout le monde l’accepte.

Aucun historien digne de ce nom ne saurait remettre en cause l’existence de Joshua Ben Ioussef, prophète galiléen du Ier siècle. Que Jésus soit une personne attachante en raison de sa non-violence, de ses discours de paix et de miséricorde, en raison aussi de son statut de victime crucifiée à l’issue d’un procès injuste, tout le monde le reconnaît. Mais, entre nous, des braves types non-violents qui ont fait le bien tout au long de leur vie et qui ont été victimes de la folie des hommes, l’histoire de notre humanité en compte des millions.

La Parole de Dieu lui-même

Nous ne suivons pas un maître de sagesse, une philosophie, un système moral ou dogmatique. Nous suivons Dieu qui s’est fait homme, homme au milieu des hommes, Dieu au milieu des hommes. Lorsque nous entendons Jésus qui nous parle, c’est Dieu lui-même qui nous parle. Lorsque nous recevons le Corps du Christ, nous recevons Dieu lui-même qui se donne. Notre annonce de l’Évangile serait moins dogmatique et donc moins suspecte d’être un produit parmi d’autres si nous ne l’annoncions pas comme un système parmi d’autres, comme une philosophie parmi d’autres, comme une morale parmi d’autres.




Lire aussi :
Pourquoi la Transfiguration de Jésus a-t-elle été si brève ?

Il n’est pas ici question d’étaler sa marchandise dans le supermarché du bien-être spirituel tels que les rayonnages de grandes librairies nous le proposent avec des articles « spiritualité » ou « mieux vivre ». Nous annonçons la parole de Dieu lui-même, qui agit dans les cœurs avant même que n’ayons parlé, qui continuera à agir après que nous avons parlé, que nous devance, nous enserre et nous suit.

La radicalité de l’annonce

Alors oui, si nous disons « Je suis chrétien parce que je crois que Jésus est Dieu » et que « Jésus est né, a vécu, est mort et qu’il est ressuscité », certains vont nous regarder en disant : « Ce type est dingue ! » Scandale pour les Juifs, folie pour les païens écrivait saint Paul, il n’y a rien de nouveau sous le soleil mais peut-être aujourd’hui n’osons nous plus dire que Jésus est Dieu. Nous réduisons le christianisme à un système qui a autant d’aura que tous les autres systèmes anciens de notre monde et qui ont vocation à être remplacés par de prétendues nouveautés. Une certaine radicalité de l’annonce — qui ne peut jamais être aliénation de la liberté de l’autre ou menace — est aujourd’hui nécessaire pour faire entendre le message. Dieu le Père nous appelle à écouter son Fils Jésus, à le suivre et à devenir ses disciples car il est doux et humble de cœur. Ce n’est pas un piège, un enfermement ou un endoctrinement, c’est la possibilité pour tous d’avoir la vie et de l’avoir en abondance. « Malheur à moi si je n’annonce pas l’Évangile » (1 Co 9, 16) : cet Évangile est que Dieu s’est fait l’un de nous et nous a annoncé lui-même la bonne nouvelle du salut.

Disons simplement quand on nous questionne que Jésus est Dieu et que sa parole est vérité. On passera peut-être pour des dingues, mais on donnera la vie. La vérité ne s’impose que par la force de la vérité elle-même, encore faut-il la dire !


TRINITE

Lire aussi :
Un Dieu Trinité, qu’est-ce que cela change ?

Tags:
DieuFoi
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
2
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
3
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
4
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
5
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
6
WEB2-CHURCH-SAINTJOSEPHDESNATIONS-WEB2-CHURCH-SAINT-JOSEPH-DES-NATIONS-Eleonorede-Vulpillieres.jpg
Eléonore de Vulpillières
Paris : le tabernacle de Saint-Joseph des Nations forcé par des m...
7
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement