Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 19 juin |
Saint Jude
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

À quoi ressemblait le carême dans l’Église primitive ?

PREACHING

Fr Lawrence Lew, O.P. | Flickr CC by NC ND 2.0

Philip Kosloski - publié le 24/02/21 - mis à jour le 26/02/24

Il a fallu plusieurs siècles avant que le carême que nous connaissons ne devienne ce qu’il est aujourd’hui.

Le carême a-t-il toujours duré quarante jours ? Les apôtres sont-ils à l’origine de cette tradition ? Sinon, qui donc ? À l’aube de l’Église des premiers siècles, les chrétiens étaient souvent persécutés. Il était difficile pour les évêques de créer un calendrier liturgique. De manière générale, c’était à eux de guider les chrétiens de leur église dans leurs dévotions. Chaque église avait sa manière propre à elle de vivre le carême. À la fin du IIe siècle, saint Irénée, deuxième évêque de Lyon, écrit au pape pour lui parler des différents jeûnes pratiqués avant Pâques. “Il n’est pas seulement question du choix du jour de Pâques, écrit-il, mais aussi de la pratique même du jeûne. Certains pensent qu’ils doivent jeûner un seul jour, d’autres deux, et d’autres plus encore. Certains, en outre, comptent jusqu’à quarante heures dans leurs jours de jeûne”. Il refuse de voir dans cette variété de pratiques une dilution de celles des tout premiers chrétiens.

“Il est probable que ceux-ci n’aient pas suivi ces pratiques au pied de la lettre, avance-t-il, et ils ont donc développé leurs propres coutumes pour leur postérité selon leur mode de vie”. Avant de conclure : “Nous vivons aussi en paix les uns avec les autres. Notre désaccord concernant le jeûne confirme que nous sommes unis dans la foi”. Autrement dit, les premiers chrétiens s’accordaient pour dire qu’un jeûne devait précéder Pâques, mais la durée de quarante jours n’était pas encore définie.

L’origine des quarante jours de Carême

Les spécialistes ont découvert que certains chrétiens dans le désert égyptien organisaient un jeûne post-Théophanie de quarante jours. La fête de la Théophanie honorait le baptême de Jésus et était traditionnellement célébrée le 6 janvier. Ces chrétiens entamaient donc leur jeûne après la Théophanie pour imiter le Christ qui s’est rendu dans le désert pendant quarante jours après son baptême. Ce jeûne ne prenait pas fin à Pâques mais se concluait avec une cérémonie baptismale pour les nouveaux convertis à la foi. Certains spécialistes pensent que la tradition du jeûne post-Théophanie s’est ensuite mêlée à d’autres traditions pour devenir le carême que nous connaissons aujourd’hui. Ce n’est qu’au concile de Nicée en l’an 325 que le carême a été établi comme jeûne de quarante jours. L’édit de tolérance de Milan par lequel l’empereur Constantin légalise le christianisme (313) permettait depuis quelque temps les célébrations publiques et les évêques ont enfin pu unifier les chrétiens sous l’évêché de Rome. Si le carême a évolué depuis l’aube de l’Église, son instauration trouve ses racines dans les plus anciennes traditions de la chrétienté.

Tags:
CarêmeTraditions
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement