Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 08 mars |
Saintes Perpétue et Félicité
home iconAu quotidien
line break icon

Et si votre effort de carême était de cuisiner dans la joie ?

COOKING

Shutterstock | lightwavemedia

Bénédicte de Saint-Germain - Publié le 16/02/21

La cuisine quotidienne est répétitive. Souvent, elle nous pèse. Et si le carême était l’occasion de revisiter les tâches qui nous ennuient et d’en découvrir le sens profond ? Voici cinq astuces pour cuisiner dans la joie.

Oui, c’est dur de prévoir et préparer les repas deux fois par jour, sept jours sur sept et toute l’année. Que l’on vive seul ou en famille, il est impossible d’échapper au diktat de l’intendance. Pourtant, se nourrir est loin d’être une corvée. C’est un plaisir du corps qui ravit aussi l’âme. En mangeant, nous retrouvons des forces et de l’énergie. La détente du corps nous rend disponibles à l’écoute, à la relation, à l’autre. En faisant la cuisine, nous nourrissons des corps mais aussi des échanges et du partage. Puisque cette année nous passons plus de temps chez nous, le Carême nous offre une occasion en or de mettre de la joie dans les tâches quotidiennes, à commencer par la cuisine.

Vivre la cuisine comme un langage d’amour

COOKING
Shutterstock | iko

Jeanne n’étale pas ses sentiments, d’ailleurs, elle n’a jamais appris. Ses mots d’amour et d’affection, ce sont ses plats. Pour Jean, son petit-fils, elle prépare sa soupe préférée, bien épaisse. Quand elle va voir son mari à la maison de retraite, elle lui apporte du riz au lait. Il ne parle plus, mais ce dessert qu’il affectionne crée entre eux de la complicité, comme à la maison. Lorsque, malgré la fatigue, nous avons râpé quelques légumes frais pour réaliser une salade de crudités colorée, nous avons signifié à nos convives que nous les aimions. Ce n’est pas magique mais ce temps donné nous a permis de sortir de nous, de nous donner. Et le don crée la joie.

Suggestion de Carême : pendant les courses et à la cuisine, j’essaie de penser à ceux que j’aime. J’essaie aussi d’être disponible pendant les repas (même si cela me demande d’en faire-moins, de lâcher prise et d’être moins perfectionniste), d’en faire une occasion de me donner.

Faire une cuisine Laudato Si, respectueuse de l’homme et de l’environnement

GOTOWANIE
Pinkyone | Shutterstock

Esaü donna son droit d’aînesse pour un plat de lentilles. Et si nous l’imitions en achetant moins de produits transformés de l’industrie agro-alimentaire et plus de produits basiques dont nous connaissons l’origine ? Des lentilles du Puy par exemple. Respecter la nature dans la cuisine implique souvent une véritable conversion. Elle passe par le choix des produits et la manière de les préparer sans les gaspiller tout en économisant les ressources (eau, énergie).

Suggestion de Carême : je décide de passer un peu plus de temps que d’habitude à préparer les repas. J’achète des produits simples et je les transforme moi-même. Au bout de 40 jours, je note les économies réalisées et je les donne à une œuvre de charité.

Varier les couleurs et les goûts

Shutterstock-Lisavetta
Verduras

Les cuistots du quotidien ont un véritable pouvoir magique : celui de nourrir l’humeur des convives. En appliquant quelques formules magiques, on casse l’uniformité : varier les produits tout en respectant les saisons, varier les assaisonnements (huiles, épices, herbes aromatiques…), varier les couleurs (qui a dit que les carottes étaient orange, alors qu’on en trouve des violettes et des blanches ?), varier les modes de préparation (pommes de terre vapeur, sautées, en gratin, en robe des champs, en omelette, en rösti…).

Suggestion de Carême : pour changer de mes recettes habituelles, je demande aux voisins, aux amis, à la famille comment ils préparent les plats du quotidien. En réalisant leur recette, je rends grâce pour eux, je demande au Seigneur de les bénir et d’exaucer leurs prières.


young woman cooking in the kitchen

Lire aussi :
Les vertus du « batch cooking », ou l’art de préparer ses plats à l’avance

Ne pas supporter seul la charge des repas

© Pressmaster/SHUTTERSTOCK

Chez Antoine et Marine, tout le monde est responsable des repas. Les parents veillent à ce que les placards soient remplis. Chaque jour à l’heure dite, tout le monde se retrouve à la cuisine, fait l’inventaire des denrées disponibles et décide du menu. Cette démocratie, peu viable avec des enfants petits, montre cependant un chemin. Chacun peut prendre sa part, à sa mesure. En impliquant chacun, l’œuvre devient commune. La déguster devient un plaisir réellement partagé.

Suggestion de Carême : impliquer la maisonnée dans la préparation des repas. La participation peut être symbolique (faire la décoration d’un plat en disposant par exemple du persil ciselé sur des pommes de terre sautées) mais elle allège considérablement la charge mentale. Et n’est-ce pas à la cuisine, quand chacun s’affaire, que les confidences et les fous rires surgissent ?

En faire une occasion de prier

lenetstan - Shutterstock

Notre vie est tissée de nombreuses tâches que nous n’avons pas choisies. Nous pouvons les accomplir le plus vite possible ou en râlant. Pourtant, elles sont aussi un lieu où nous pouvons choisir d’être présents au Seigneur. Il ne nous est pas demandé d’être en prière constante ou de réciter des oraisons tout en tournant une sauce. Mais nous pouvons nous unir à Dieu par des petites oraisons, lui confier ceux pour qui nous préparons le repas (sans nous oublier !), nommer des personnes pour lesquelles nous voulons prier, chanter, écouter de la musique, rendre grâce pour ses bienfaits.

Suggestion de Carême : laisser entrer la lumière de Dieu à la cuisine. En étant appliqué à ce que nous faisons, laisser le Seigneur réjouir notre cœur.


cuisine cuisiner père enfants famille

Lire aussi :
Cuisiner pour les autres fait du bien !

Tags:
Carêmecuisinelaudato si
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Bérengère Dommaigné
Tibo InShape récidive avec une vidéo chez les sœurs de Boulaur
2
Rachel Molinatti
Irak : chaque matin, Sara, musulmane, va prier devant la Vierge d...
3
La rédaction d'Aleteia
EN DIRECT – « L’Irak restera toujours avec moi dans m...
4
WEB2-IRAK-IMEDIA
Hugues Lefèvre
Les cinq choses à savoir sur le voyage du pape François en Irak
5
LA BONNE MORT
Père Nathanaël Pujos
Que se passe-t-il au moment de la mort ?
6
Ziggurat of Ur
Caroline Becker
Irak : la visite du Pape, véritable pèlerinage en Terre sainte
7
Guillaume et Dorota Andrieu
Marzena Devoud
« Notre challenge ? Faire découvrir aux fiancés que l’on do...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement