Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 08 mars |
Saint Jean de Dieu
home iconTribunes
line break icon

Le carême, la seule impatience digne de foi

ASH FRONT

© Philippe Lissac I Godong

Mgr Benoist de Sinety - Publié le 14/02/21

Le carême qui débute est une chance pour sortir de nos impatiences capricieuses. Le temps du jeûne et du renoncement nous permet d’ouvrir davantage nos vies à Dieu, sans retour en arrière.

Que nous arrive-t-il ? Il y a un an, il ne se passait rien, ou presque : les vacances de février battaient leur plein. Les plus chanceux partaient pour les pistes de ski ou des voyages lointains. Mais chacun était bien persuadé que le monde était sur sa lancée. Et bien peu s’interrogeaient alors à haute voix sur le rythme et la finalité de celle-ci. Il y a onze mois, après la sidération de voir que le virus chinois devenait mondial, les querelles se succédèrent : sur les masques, sur les règles de confinement, sur les masques, sur les Ehpads, sur les masques, sur les blouses, sur les masques encore…

« Tout, tout de suite »

Et puis les vaccins firent leur apparition au moment où l’été s’achevait et ce qui était annoncé comme le second confinement commençait. On s’aperçut alors qu’il s’agissait en fait du deuxième, tout en découvrant dans le même élan les variants qui évoquaient des voyages que nous ne pouvions plus faire : Angleterre, Brésil, Afrique du Sud… Les querelles reprirent autour des vaccins, de leur efficacité, de leur disponibilité, de leur répartition, des seringues, des mains qui les maniaient, des épaules qui les recevaient… Et tout cela en un an !

Nous ne supportons pas l’attente et nous en repoussons l’idée même.

Nous avons vécu cette succession frénétique d’évènements en à peine douze mois. Et nous continuons de nous impatienter. Sommes-nous devenus fous ou d’indécrottables capricieux ? Sans doute sourient-ils, nos voisins africains, de nous entendre hurler ainsi et protester avec virulence sur les incertitudes qui planent autour de nos élixirs distillés à coups de milliards, eux qui attendent depuis toujours que l’on daigne développer des campagnes de prévention et de soin à la hauteur contre le paludisme par exemple. Le « tout, tout de suite » qui est la marque de fabrique de notre civilisation ultra-technologique ne peut que nous mener à une impasse. Figés dans une crise de nerfs permanente, dans une sensibilité d’écorchés vifs, nous ne supportons pas l’attente et nous en repoussons l’idée même.

Une chance qui nous est donnée

Pas de chance ! Nous voici ramenés par le calendrier liturgique à un jeûne de quarantaine. Ce carême qui débute est une chance qui nous est donnée : comprendre que la seule impatience qui soit digne de notre foi, est celle d’ouvrir davantage nos vies à Dieu. En nous abandonnant absolument à sa Providence tout en coopérant de toutes nos forces à son œuvre. Jeûnons de nos recherches à tous crins de boucs émissaires et regardons ce qui doit en urgence être convertis en nos vies. Acceptons, enfin, d’engager nos existences dans cette foi que nous annonçons sans en attendre ni reconnaissance ni estime de quiconque, car nous savons que le Bien semé portera du fruit.




Lire aussi :
Vivre le carême comme un appel de Dieu

Renonçons au monde d’avant pour découvrir ainsi la manière dont le Christ nous invite à construire le monde d’aujourd’hui. Dans bien des récits fondateurs, celui qui regarde en arrière est condamné à mort, ou se fige en statue : c’est le risque, au sens propre, que nous courons si nous continuons à vivre et à revendiquer à tue-tête nos modes de vie d’il y a un an. Si nous refusons de remplir notre mission prophétique, nous devenons comme ce sel qui n’a plus de goût et dont l’Évangile dit qu’il n’est bon qu’à être foulé aux pieds. Oui, il est grand temps d’accepter de marcher dans ce désert où nous presse Celui qui veut y faire alliance avec chacun de nous. Alors que l’Eglise fête la saint Valentin le 14 février, il est bon de chercher à ouvrir nos vies pour de bon à Son Amour, qui est la seule urgence qui doit mobiliser tous nos désirs et toutes nos énergies.


Ash Wednesday

Lire aussi :
Carême : l’imposition des cendres se fera sans contact

Tags:
CarêmeConfinementconsommationpatience
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Bérengère Dommaigné
Tibo InShape récidive avec une vidéo chez les sœurs de Boulaur
2
Arthur Herlin
En Irak, le pape François bouscule les lignes
3
La rédaction d'Aleteia
EN DIRECT – « L’Irak restera toujours avec moi dans m...
4
Rachel Molinatti
Irak : chaque matin, Sara, musulmane, va prier devant la Vierge d...
5
La rédaction d'Aleteia
Rencontre d’Ur : la belle prière des enfants d’Abraha...
6
NEWBORN
Mathilde de Robien
Dix prénoms féminins dérivés de Joseph
7
LA BONNE MORT
Père Nathanaël Pujos
Que se passe-t-il au moment de la mort ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement