Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 03 décembre |
Saint François-Xavier
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

En Nouvelle-Zélande, la GPA agit comme un incubateur de drames familiaux

femme enceinte

© Blue Planet Studio - shutterstock

Camille Yaouanc - Gènéthique - publié le 06/02/21 - mis à jour le 05/02/21

La pratique de la Gestation pour autrui (GPA) confirme régulièrement les difficultés et les souffrances auxquels s’exposent les parents qui y ont recours, sans parler des enfants.

En Nouvelle-Zélande, Anna et Mark sont confrontés à la souffrance de l’infertilité. Après une fausse couche, ils décident d’avoir recours à la « gestation par autrui » (GPA). Ils se rapprochent d’une clinique de fertilité et « suivent le processus », mais leurs tentatives se soldent par des échecs. « Blasés », ils décident de se passer d’un intermédiaire officiel : une de leur connaissance sera la « mère porteuse » de leur enfant. Une sorte d’ »arrangement entre amis », sans contrat, « altruiste ».

C’était censé être notre bébé et nous l’avions prévu.

Toutefois à quelques semaines du terme, la « mère porteuse » coupe les ponts. Elle finit par réclamer la garde de l’enfant. Après une médiation, elle accepte une garde partagée à 50% . « Nous ne comprenons pas. » « C’était censé être notre bébé et nous l’avions prévu. » Les commanditaires, devenus « victimes », eux qui avaient tout planifié, se retrouvent « piégés ».

Incubateur de problèmes

L’histoire de cette famille est rapportée par le New Zealand Herald, fin janvier. Comme de nombreuses autres, elle illustre les difficultés qu’entraîne la GPA, au détriment des enfants. Des déchirements entre parents commanditaires et mères porteuses à l’abandon de ces enfants, en passant par les réclamations des donneurs de gamètes pour obtenir un droit de visite, la GPA agit comme un incubateur de problèmes relationnels, de drames familiaux.




Lire aussi :
Alice Ferney : « J’ai découvert avec sidération un marché des ventres »

Cette histoire révèle aussi le manque de réalisme humain des futurs parents, incapables de compatir à la souffrance d’une femme devant abandonner l’enfant qu’elle a porté. Dans l’expression « mère porteuse », la « mère » demeure. Certains préfèrent déjà parler de « femme porteuse », quand d’autres cherchent à faire advenir l’ »utérus artificiel ». Dans ces deux cas, la « mère » qui s’occupera de l’enfant à partir de sa naissance mais sans l’avoir porté se retrouve délibérément amputée des neufs mois de grossesse et des débuts de cette relation, irremplaçables.

Les effets de la procréation sans amour

Dans une société « purement technologique, totalement désacralisée, et libérée de tous les tabous », le mot « mère » devient imprononçable, prédisait Aldous Huxley dans le Meilleur des Mondes. « Que la maternité devienne l’obscénité, le mal absolu, qu’on ait à ce point renversé toutes les valeurs, puisqu’elle était la seule dans laquelle les hommes avaient vraiment confiance », voilà la menace contre laquelle l’écrivain mettait en garde. « Si vous séparez l’amour de la procréation, alors oui, la maternité deviendra l’obscénité même », expliquait déjà il y a quarante ans le vénérable Jérôme Lejeune.

Pour en savoir plus : Généthique.

logo genethique
Tags:
BioéthiqueGPA
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement