Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 13 avril |
Sainte Ida de Louvain
Aleteia logo
Belles Histoires
separateurCreated with Sketch.

“N’oubliez pas la Syrie”, le cri de soeur Annie

Soeur-Annie-Demerjian-AED.jpg

AED

Sœur Annie Demerjian alerte sur la situation du peuple syrien pendant la pandémie de Covid-19 et invite à ne pas l'oublier.

Fionn Shiner - AED - publié le 05/02/21

Sœur Annie Demerjian, engagée auprès du peuple syrien, affirme que l'épidémie de Covid-19 a littéralement interrompu le redressement du pays.

 “La Syrie est un peu comme une personne qui doit se rétablir après une importante opération médicale et qui brusquement n’a plus le temps de le faire, analyse soeur Annie, partenaire de Aide à l’Église en détresse (AED) dans le pays. Le monde commence à oublier la Syrie et c’est douloureux”. La religieuse est catégorique, alors que les habitants commençaient tout juste à reconstruire leur vie, la pandémie leur a porté un coup très dur : “Tout le monde sait que nous sortons d’une situation très difficile, d’une guerre civile. Les gens commençaient à respirer, les chrétiens encore présents commençaient à se relever. Puis la pandémie est arrivée et les gens se sont effondrés. C’est malheureux ! Il n’y a pas de travail, pas d’emploi”.

Des gens “qui n’ont rien à manger”

Sœur Annie souligne que la conjugaison de la guerre civile, de la pandémie et des nouvelles sanctions économiques contre le gouvernement plonge de nombreuses personnes dans une pauvreté terrible : “La vie sans électricité et sans gaz est très difficile, et c’est à cause des sanctions. Nous n’avons qu’une heure d’électricité toutes les deux heures, ce qui n’est pas suffisant pour chauffer une maison. De plus, il n’y a pas assez de gaz pour cuisiner”. Soulignant la pauvreté endémique, la religieuse déplore : “Nous recevons souvent des appels de gens qui ont faim, qui n’ont rien à manger”.


WEB2-SYRIA-CONFINEMENT-CORONAVIRUS-AFP-000_1qx0e9.jpg

Lire aussi :
Le Liban et la Syrie s’enfoncent dans la famine

L’AED a aidé sœur Annie à fournir des anoraks à plus de 26.000 enfants pour les mois d’hiver, durant lesquels les températures peuvent descendre en-dessous de zéro. “Un père ne peut pas acheter un anorak à son enfant, parce que son prix correspond à son salaire mensuel, voire plus. Notre campagne s’adressait aux familles qui se trouvaient dans l’impossibilité d’équiper leurs enfants. Vous ne pouvez pas imaginer la joie sur leurs visages et dans leurs yeux quand ils ont reçu les anoraks.” Cette campagne pour les anoraks a également permis de fournir des emplois sur place. “Nous essayons de soutenir l’économie. 40 magasins et usines ont fabriqué ces anoraks, ce qui a créé des emplois par la même occasion”


WEB2-SYRIA-CONFINEMENT-CORONAVIRUS-AFP-000_1qx0e9.jpg

Lire aussi :
Les pays du Proche et Moyen-Orient, bombes à retardement de la pandémie ?

Tags:
Chrétiens en SyrieCovidPauvretéSolidarité
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement