Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 07 octobre |
Notre-Dame du Rosaire
Aleteia logo
Culture
separateurCreated with Sketch.

La musique, talent méconnu de sainte Hildegarde

hildegarde-de-bingen-1.jpg

CC/Wikimedia

Marzena Devoud - publié le 03/02/21 - mis à jour le 01/12/21

Le pape François a décrété son inscription au calendrier romain le 2 février dernier. Abbesse, naturopathe avant l'heure, poétesse… sainte Hildegarde de Bingen, figure importante du XIIe siècle, était aussi une compositrice bien connue des amateurs de musique sacrée.

Canonisée en 2012 par le pape Benoît XVI et nommée la même année docteur de l’Église, Hildegarde de Bingen — dont la mémoire facultative sera dorénavant célébrée le 17 septembre — reste, près de neuf siècles après sa mort, une source d’inspiration infinie et un sujet fascinant pour les hagiographes, historiens, mais aussi pour les musicologues. Alors que la musique était le privilège des moines et des troubadours, Hildegarde a composé quelque 70 chants liturgiques pour ses sœurs bénédictines et compte, à ce titre, comme l’une des premières compositrice de l’Histoire !

Ses compositions se distinguent notamment par la subtilité des enrichissements ajoutés à la ligne mélodique, et par leurs envolées invitant à la méditation. « La musique peut aussi guérir tes blessures. Elle soigne ton âme », disait-elle. Ses œuvres musicales sont regroupées en deux recueils : la Symphonia harmoniae caelestium revelationum (symphonie de l’harmonie des révélations célestes) et un drame liturgique intitulé Ordo virtutum (le jeu des vertus) composé de 82 mélodies.

« Dieu doit être loué avec tous les instruments de musique »

À l’époque, on lui a d’ailleurs reproché l’utilisation systématique du chant et de la musique. Or, l’emploi des instruments de musique pendant les offices était interdit : il ne fallait pas que leurs sons empêchent les fidèles de se concentrer sur les paroles des textes. De plus, cette animation musicale proposée par la future sainte était assurée par des religieuses. Cependant, à cette époque, les femmes n’étaient pas autorisées à chanter dans les églises, même si pour les religieuses, les règles étaient plus souples dans certains monastères et couvents. Face aux critiques, la réponse d’Hildegarde de Bingen était claire : « Dieu doit être loué avec tous les instruments de musique que les hommes sensés et ingénieux ont inventé ».


Lire aussi :
Qui sont les quatre seules femmes à être déclarées docteurs de l’Église ?

À son époque, la notation musicale était sommaire : pas d’indication de tempo, d’intention, de dynamique. Les partitions de l’abbesse conservées jusqu’aujourd’hui peuvent donc être interprétées de différentes manières. Au cours des vingt dernières années, certaines ont fait l’objet d’enregistrements comme ces Chants de l’extase, chants liturgiques interprétés avec une qualité rare par l’ensemble Sequentia :


Lire aussi :
Hildegarde de Bingen, la messagère de Dieu

Lire aussi :
Jeûne hildegardien : une cure pour régénérer l’organisme
Tags:
MusiqueSaintSainte Hildegarde
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement