Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 15 avril |
Sainte Anastasie
home iconBelles Histoires
line break icon

La rencontre qui a décidé Don Bosco à consacrer sa vie à l’éducation des enfants

Philippe Lissac / Godong

Une peinture de la vie de Don Bosco au Sanctuaire de Marie Auxiliatrice, à Turin.

Aliénor Goudet - Publié le 30/01/21

On se souvient de Don Bosco (1815-1888) comme le brillant prêtre italien qui a tout fait pour aider les garçons des quartier pauvres de Turin par l’éducation et le catéchisme. Selon le saint lui-même, c’est la rencontre avec Barthélemy Garelli, le premier de ses petits voyous, qu’est né le désir de secourir ces jeunes.

Turin, 8 décembre 1841. Il reste une demi-heure avant la messe. Alors que le sacristain s’occupe de préparer l’église de Saint-François d’Assise pour les fidèles, Jean relit la parole du jour. Du moins, c’est ce qu’il semble faire, assis dans la sacristie. Mais si ses yeux passent et repassent sur les mots de la Bible sur ses genoux, l’esprit de Jean est ailleurs.

Aujourd’hui encore, sur son chemin de l’église, il a vu un groupe d’enfants chaparder dans les rues du quartier Valdocco. Leur nombre semble s’accroître de jour en jour, ce qui attriste et inquiète fortement le jeune prêtre. Lui qui veut se dévouer à l’éducation et le catéchisme, ce genre de chose le trouble au plus haut point. Qui donc s’occupe de ses pauvres gamins orphelins qui pour la plupart ne peuvent que voler pour survivre ? Bon nombre d’entre eux ont déjà atterri plusieurs fois en prison et sont jugés comme des bons à rien par la population locale. Une voix forte tire soudainement Jean hors de sa pensée. Le sacristain tient par le bras un jeune garçon de 15 ou 16 ans qui semble tétanisé.

– Pourquoi reste-tu planté là sans rien faire ? Qu’attends-tu pour servir la messe de monsieur l’abbé ?

– Mais je ne sais pas faire… répond le garçon.

– Alors que fais-tu ici, vaurien ? Fiche le camp avant de tâter de mon balais !

Le lascar effrayé détale. Jean s’empresse de réprimander le sacristain. N’a-t-il pas honte de chasser ainsi un enfant de la maison de Dieu ? Il lui ordonne de rappeler le garçon sur le champ. Stupéfait, le sacristain obéit et ramène le garçon, tout aussi confus que lui.

– Bonjour l’ami, salue Jean en souriant. Je ne te ferais pas de mal. Comment t’appelles-tu ?

– Barthélémy Garelli, m’sieur…. M’sieur l’abbé, répond le garçon encore tremblant.


TRY

Lire aussi :
Donner l’exemple, puissant moteur de l’éducation

Au bout de quelques questions, Jean comprend que le garçon est un orphelin. Âgé d’à peine 16 ans, il travaille comme apprenti maçon pour un salaire de misère. Encore un enfant livré à lui-même. Lorsque le prêtre lui demande s’il sait lire et écrire, Barthélémy rougit de honte. Il n’est jamais allé à l’école. Jean lui demande alors s’il sait chanter et siffler.

– Ah, ça oui ! s’exclame Barthélemy, alors tout sourire.

– Eh bien, tu vois que tu sais faire des choses.

– C’est vraiment utile de savoir chanter ?

– Bien sûr ! Le chant apporte la joie et la bonne humeur.

Comme Jean le pensait, Barthélemy est loin d’être sot. Maintenant que la glace est brisée, il se révèle être fin d’esprit, joyeux et très débrouillard. Il paraît également être le meneur de sa bande d’amis. Mais le plus plaisant reste l’honnêteté du garçon, lorsqu’il avoue être entré dans la sacristie en partie pour se réchauffer. Mais ce que Jean entend dans cette confession, c’est que c’est la curiosité qui l’a en partie poussé à entrer.

– Dis moi Barthélemy, vas-tu au catéchisme ?

– Je n’ose pas. Même les plus petits en savent bien plus que moi.

– Et si moi je t’enseigne le catéchisme, viendrais-tu ?

La perspective semble réjouir Barthélemy. Cette première leçon dure un petit quart d’heure, le temps que les paroissiens arrivent. L’orphelin repart le sourire au lèvres. Le dimanche suivant, Barthélemy frappe à la porte du presbytère. Une bande de garçons le suit.

– Bonjour Don Bosco, s’exclame-t-il lorsque Jean lui ouvre. Voilà les copains !

Suite à cette rencontre, Jean Bosco se dévoue corps et âme à secourir la jeunesse abandonnée de Turin. Il leur enseigne le catéchisme, leur apprend à lire écrire et divers métiers. Il devient vite l’ami de ses jeunes qui affluent vers lui par centaine. Malgré la désapprobation des forces de l’ordre, les tentatives d’assassinat et même l’opposition de certains supérieurs, c’est à ces jeunes qu’il donnera toutes sa vie.

Saint Jean Bosco est canonisé le 1er avril 1934 par le pape Pie XI. Non content d’être un éducateur de choc, il est également fondateur de l’ordre de Saint-François de Sales, bâtisseur d’église et d’école, et grand orateur. Il est le saint patron des éducateurs, apprentis et… prestidigitateurs.


Margaret Occhiena

Lire aussi :
La maman de Don Bosco en route vers la canonisation ?


SAINT FRANCIS SALES

Lire aussi :
Sous la plume de saint François de Sales, la genèse d’un best-seller

Tags:
Éducationsaint jean boscoVie de saint
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
2
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
3
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
4
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
5
Mathilde de Robien
La Trinité le dimanche, son ange gardien le mardi. Chaque jour de...
6
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
7
Mathilde de Robien
Brésil : une statue du Christ plus haute que celle du Rédempteur
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement