Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 26 février |
Saint Alexandre
home iconDécryptage
line break icon

Le genre à l’assaut du monde

MĘŻCZYZNA I KOBIETA

Pexels | CC0

Agnès Pinard Legry - Publié le 29/01/21

Alors que la question du genre s’impose de plus en plus dans les débats de société, sa compréhension et ses contours demeurent, pour beaucoup, particulièrement flous.

Entre les récents décrets de Joe Biden sur les personnes transgenres et le prochain recensement de la population britannique qui posera la question de l’identité de genre pour la première fois cette année, la question du genre s’impose dans nos sociétés sans quasiment de possibilité de la contester. Un assaut qui s’est fait frontal dans les premières années et diffus par la suite. Mais constant. En France, c’est un numéro de l’émission « Zone interdite » diffusée le 10 janvier tentant d’appréhender cette ‘révolution’ de l’identité qui a remis le genre au goût du débat ainsi que ce chiffre tiré d’un sondage Ifop pour Marianne : 22% des 18-30 ans disent ne pas se reconnaître dans les deux catégories de genre homme ou femme.

C’est pourtant une distinction que l’on pensait fondamentale, inébranlable. Naître fille et devenir une femme ou naître garçon et devenir un homme, voilà les deux seules possibilités qui s’offraient à l’être humain à sa naissance. Mais aux États-Unis, au début des années 1970, prenant le contre-pied de ce qui apparaissait jusqu’alors l’ordre naturel des choses, la gender thory (théorie du genre) se développe, rapidement reprise et traduite dans d’autres pays dont la France. « La théorie du genre est le contre-pied absolu d’une théorie considérée par ceux qui en sont à l’origine comme latente dans la vie des sociétés antérieures selon laquelle le corps détermine l’identité sexuée et la sexualité », explique à Aleteia le pédopsychiatre et psychanalyste Christian Flavigny, auteur de La querelle du genre. « Cette théorie faisait du corps le destin obligé : on naît garçon pour devenir père et on naît fille pour devenir mère. Les homosexuels, qui subissaient à cette époque de violentes discriminations aux États-Unis, se sentaient à raison exclus de cette vision qui revenait à faire de leur orientation sexuelle une déviance ».


KIDS,OVERLOOK,CITY

Lire aussi :
Comment se poursuit l’expansion de la théorie du genre à l’école

Les tenants de la théorie du genre ont donc décidé de renverser la table en partant du principe que ce n’est pas le corps mais le ressenti qui définit l’identité. « Ils sont partis du principe qu’assigner un sexe à l’enfant en s’appuyant sur le corps était arbitraire. Et ont donc réclamé la liberté de s’en émanciper au regard d’une norme sociale jugée oppressive », reprend le pédopsychiatre. Au fil du temps, le terme de genre est venu valider, à tort, cet ‘abus’ de la société « et la violence faite à un individu ressentant une réalité différente de celle imposée par son corps ».

Nous sommes aujourd’hui englués dans une théorie très militante et réductrice.

Parce que les sociétés occidentales défendent – à juste titre – la liberté d’être soi et se veulent garantes de l’accueil de chacun dans sa diversité et sa différence, dont sexuelle, « la théorie du genre est devenue le totem, l’étendard de minorités », reprend Christian Flavigny. « Et la remettre en cause, ne pas vouloir en faire la nouvelle norme revient à renvoyer l’image de quelqu’un qui s’oppose à cet accueil de la différence ».

Pour lui, cette théorie est d’autant plus redoutable « qu’elle passe à côté de la sexualisation et qu’elle disqualifie tout ce qui existait jusque-là, dont un cadre fondamental et un accompagnement nécessaire des enfants qui se posent des questions ». « Au lieu d’essayer de comprendre et d’accompagner ces enfants qui se sentent de l’autre sexe, on leur présente ce qu’on appelle la transition – que l’on effectue avec la chirurgie et des hormones – comme la réponse ultime », regrette-t-il. « On finira par payer le fait que ce sont des leurres ».


Boy and Girl on Lake

Lire aussi :
Théorie du genre : l’Église souhaite ouvrir une « voie de dialogue »

« Nous sommes aujourd’hui englués dans cette théorie très militante et réductrice », assure encore Christian Flavigny. « On peut comprendre ce discours chez celles et ceux qui sont dans la souffrance et qui ne cherchent pas d’explication mais dans la bouche de professionnels c’est tout simplement scandaleux : il y a toujours eu, de tout temps, des enfants qui ne se sentaient pas en accord avec leur corps. Mais devenir garçon ou fille est un processus affectif complexe. L’accompagnement et le questionnement a malheureusement laissé la place à une réponse clef en main inadaptée et au militantisme ».

Tags:
genre
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Philip Kosloski
La prière à l’Esprit saint que Jean Paul II récitait tous l...
2
ANMOL RODRIGUEZ
Ewa Rejman
Défigurée à l’acide, mannequin, Anmol livre une fabuleuse l...
3
Les moines bénédictins
Père Christian Venard
Une nouvelle abbaye bénédictine en France !
4
ANGELS
Marzena Devoud
Comment les anges communiquent-ils entre eux ?
5
Cerith Gardiner
En cas de besoin, la très efficace prière de 5 secondes de mère T...
6
BABY BOY
Mathilde de Robien
Ces prénoms de garçons qui portent en eux le sceau de Dieu
7
La rédaction d'Aleteia
Le pape François accepte la renonciation du cardinal Sarah
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement