Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 01 mars |
Saint Aubin d'Angers
home iconDécryptage
line break icon

Y a-t-il des preuves de l’existence de Dieu ?

CREATION OF ADAM

Domaine Public

Avant la Renaissance, Dieu le Père était le plus souvent représenté avec une main sortant des nuages. Dans la chapelle Sixtine, Michel-Ange peint Dieu le Père avec un corps fort et puissant, une longue barbe, ce qui est une nouvelle tendance de l’art chrétien et qui renvoie à l’image du dieu Jupiter de la Grèce antique.

Mgr Denis Biju Duval - Publié le 27/01/21

Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être connu avec certitude par la lumière naturelle de la raison humaine, à partir des choses créées.

Une connaissance directe de Dieu à partir du monde créé n’est logiquement pas possible puisque, s’il existe, le créateur transcende la création. Le créateur est avec sa création dans le même rapport que le potier avec ses productions : en regardant dans les pots, on ne peut pas voir le potier.

Une connaissance indirecte

Cependant, le Dieu invisible se rend visible par ses œuvres de manière indirecte, comme une cause peut parfois se faire connaître de manière certaine par ses effets. Il s’agit là d’une connaissance véritable à partir du principe de causalité : il ne peut pas y avoir d’effet sans cause. Il y a ainsi deux grands types de démonstrations de l’existence d’un Dieu créateur : premièrement à partir du principe de causalité appliqué à l’être même de tout ce qui existe, au niveau métaphysique ; deuxièmement, à partir du principe de causalité appliqué à l’œuvre de la création, car l’artiste se révèle dans son œuvre : l’ordre, la grandeur et la beauté du cosmos nous parlent de la sagesse et de la gloire infinie du Créateur.

Les démonstrations philosophiques

On ne saurait prouver l’existence de Dieu de l’intérieur des sciences expérimentales : la notion de Dieu est hors de leur champ propre d’investigation. Ce sont des démonstrations philosophiques inductives qui permettent de découvrir son existence. Cependant, les sciences expérimentales conduisent elles aussi à des résultats bien réels. Si elles ne sont pas de nature scientifique au sens moderne du terme, ces démonstrations philosophiques peuvent très bien s’appuyer sur les découvertes scientifiques. Du reste, les sciences d’aujourd’hui donnent de plus en plus de matière pour cela.

Dieu comme « cause première »

Quelles sont ces démonstrations possibles de l’existence de Dieu ? La première et la plus fondamentale répond au questionnement métaphysique. Elle considère Dieu comme « cause première » de tout ce qui existe. Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Les choses qui existent aujourd’hui n’ont pas l’existence par elles-mêmes. Elles proviennent d’autres causes, qui elles-mêmes doivent avoir d’autres causes. Et comme on ne peut pas remonter à l’infini dans l’ordre des causes, il est nécessaire qu’il y ait une « cause première » par elle-même existante. C’est elle qui donne l’existence à tout ce qui existe dans l’univers. On parle ici de « preuve par la contingence ». Notons que cette « cause première » est indépendante de la question de l’origine temporelle de l’univers, qui elle aussi renvoie à Dieu, mais d’une autre manière. Même si l’univers n’avait pas de début temporel, il faudrait, hors du temps, un Dieu pour le créer, c’est-à-dire pour lui donner d’exister indéfiniment, lui et les causes qui l’habitent.

L’ordre de l’Univers

La preuve par l’ordre de l’universest elle aussi très ancienne. Elle a été pourtant été considérablement renforcée ces derniers temps par les extraordinaires découvertes scientifiques modernes. Celles-ci montrent à la fois la stupéfiante complexité de l’univers, et l’improbabilité de la vie. Elles mettent aussi en lumière ce que l’homme a d’unique.


CREATION OF ADAM

Lire aussi :
Faut-il encore prouver l’existence de Dieu ?

Ainsi, l’existence de Dieu est accessible à tous dans la contemplation de la création qui révèle le Créateur. Une intelligence infinie, qui nous dépasse complètement, se révèle dans la conception d’un grain de blé ou d’une cellule vivante. Un simple brin d’herbe est plus complexe et plus génial qu’une centrale nucléaire. Une technologie inouïe se manifeste dans le fonctionnement d’un œil ou d’un cerveau. Il y a un ordre supérieurement intelligent qui se révèle au cœur du réel, et qui m’oblige à reconnaître dans un flocon de neige ce que les Grecs appelaient un logos, un élément intelligent, rationnel, règle, dirige et anime le cosmos, et qui fait que ce cosmos n’est pas chaos. « L’univers m’embarrasse et je ne puis songer que cette grande horloge existe et n’ait pas d’horloger », disait déjà Voltaire à une époque où on sous estimait pourtant complètement la complexité de l’horloge en question.

Un réglage incroyablement fin

Les grandes constantes physiques qui régissent l’univers (on en dénombre une quinzaine) sont réglées de manière extrêmement fine. Ce réglage imprévisible est indispensable pour que la vie soit possible. Pour tenter de répondre, des athées en viennent à défendre une « hypothèse désespérée » : la théorie des « multivers ». Elle ne repose sur aucune donnée scientifique, car par définition, les multiples univers qu’elle imagine sont hors du champ des sciences expérimentales. Et même si existait une infinité d’univers, il faudrait encore expliquer leur existence et leur ordre. À vrai dire, le seul fondement réel de cette hypothèse est le désir d’échapper à la conclusion que Dieu existe. Beaucoup de découvertes scientifiques récentes confortent la vision créationniste du monde : le Big Bang, l’évolution stable en espèces, l’unicité du genre humain, l’expansion accélérée de l’univers qui marche vers une fin, la prise de conscience de l’incroyable complexité du monde et du vivant, etc.

La beauté de la création

En plus de ces deux voies vers Dieu que sont la question de l’origine de l’être et celle de l’ordre de l’univers, beaucoup sont sensibles à la beautéde la création, qui touche le cœur en profondeur. Une harmonie étonnante nous est offerte par exemple dans un coucher de soleil sur l’océan, dans les couleurs de la nature, dans la beauté d’une rose ou d’un papillon. Il ne s’agit pas ici seulement d’une émotion affective : découvrir qu’une réalité est belle est une expérience profonde qui fait discerner en elle un mystère qui dépasse sa seule complétion matérielle. Ce n’est pas intellectuel, mais c’est intelligent : en effet, si cette expérience de la beauté rend les hommes plus humains, elle ne peut être une illusion.

Le mystère de l’homme

Le mystère de l’homme conduit lui aussi à Dieu quand on le scrute attentivement. D’où vient la dignité de la personne humaine ? D’où vient son caractère unique et irremplaçable dont nous avons tous l’intuition ? La personne, sujet « individuel de nature rationnelle » (Boèce), est plus qu’un simple amas de cellules. Si tout était matériel, on n’aurait rien à objecter à Staline ou Hitler, ni à tous les athéismes. Les pires dictateurs, qui revendiquaient l’omniscience et l’infaillibilité, se sont logiquement révélés les plus grands massacreurs de l’histoire, très loin devant les guerres religieuses, parce qu’en niant Dieu, ils ont aussi renié à la personne son caractère sacré d’image de Dieu.

Son existence ne s’oppose pas aux sciences : bien au contraire, il les rend possibles en créant le monde et ses lois.

Autre piste : pourquoi est-ce moi qui existe et pas un autre ? Si c’est un pur hasard, alors mon identité personnelle, comme celle de mon prochain, sont un non-sens, et nos liens une illusion. C’est ainsi que l’on entrevoit le mystère d’une paternité : le mystère d’un Dieu qui a voulu que j’existe, moi et pas un autre. Finalement, si le cosmos est son propre absolu, il n’y a aucune différence de nature entre un homme et un moustique : ils ne sont que des sous-produits temporaires de la matière et de l’énergie. Il n’y a donc pas de bien et de mal, il n’y a pas de valeurs morales objectives : que l’on écrase un enfant ou un moustique, ce n’est rien de plus qu’une réorganisation de la matière qui les constituait. De même, les relations humaines ne sont que des illusions transitoires, de simples phénomènes hormonaux et neuronaux. Mais nos expériences quotidiennes, nos rencontres, notre désir d’être respecté et notre respect d’autrui, nous enseignent que ce n’est pas vrai.

Le message des cultures

Tout ceci explique pourquoi toutes les culturesont finalement un sens du divin. C’est également le message de la Bible et de l’Église : l’homme et l’univers ne sont pas advenus tous seuls. Dieu est la source de tout être. Son existence ne s’oppose pas aux sciences : bien au contraire, il les rend possibles en créant le monde et ses lois. Il est cette intelligence infinie qui transparaît dans les merveilles de l’univers. Il est celui qui a conçu ce « programme » extraordinaire qui a permis l’évolution depuis le Big Bang jusqu’au vivant, dans toute sa complexité et sa variété. Il est la source de la beauté et de l’harmonie du cosmos. Il donne le sens profond de nos expériences humaines les plus fortes : l’amitié, l’amour, le service aux plus pauvres, etc.

Une rencontre personnelle

Dieu est accessible par la lumière naturelle de la raison humaine, et il est accessible au sens commun. Mais on peut aussi le connaître mieux et même l’aimer grâce à sa Révélation —qui est tout au long de l’histoire, une autre preuve de son existence. On peut le rencontrer personnellement dans sa vie. Cette rencontre peut avoir un caractère tellement puissant qu’elle donne alors une certitude et une force extraordinaires, comme cela a été le cas pour tant de martyrs, de témoins de la foi et de serviteurs des plus pauvres. Dieu existe et on doit en recevoir une très grande espérance, car s’il est la source de notre existence, il n’y a qu’avec lui que le mal et la mort peuvent ne pas avoir le dernier mot.


TELESCOPE

Lire aussi :
« Dieu ne recule pas devant les avancées de la science »

Tags:
DieuQuestions de fondsciences
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Philip Kosloski
La prière à l’Esprit saint que Jean Paul II récitait tous l...
2
Cerith Gardiner
En cas de besoin, la très efficace prière de 5 secondes de mère T...
3
BABY BOY
Mathilde de Robien
Ces prénoms de garçons qui portent en eux le sceau de Dieu
4
Ange gardien
Isabelle Cousturié
La prière à son ange gardien pour déjouer le mal
5
Guilhem Lignon
Timothée Dhellemmes
Vidéo : abandonné par Dieu ? La leçon de foi édifiante de Guilhem
6
Christine Pellen
GPA : mère génétique de 10 enfants, elle ne compte pas s’arrêter ...
7
WOMAN
Anna Ashkova
Une prière à lire dès le réveil pour offrir sa journée à Dieu
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement