Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 29 février |
Saint Auguste Chapdelaine
Aleteia logo
Art & Voyages
separateurCreated with Sketch.

Une pierre portant l’inscription « Christ, né de de Marie » retrouvée en Israël

Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority

Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority

John Burger - Caroline Becker - publié le 24/01/21

L'Autorité des antiquités d'Israël a annoncé, le 20 janvier dernier, avoir retrouvé une pierre à l'entrée d'un bâtiment dans la ville de Taiba, au nord d'Israël. Dessus est gravé en grec : "Christ, né de Marie".

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour qu'Aleteia reste gratuit et pour faire rayonner l’espérance qui est en vous,
faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec déduction fiscale)

C’est une découverte qui vient confirmer les hypothèses des archéologues. Dans la ville de Taiba, au nord d’Israel, les équipes ont retrouvé une pierre gravée à l’entrée d’un bâtiment richement décoré, construit très certainement à la période byzantine ou du début de l’islam. Cette pierre, d’usage secondaire, provient certainement d’une ancienne église chrétienne comme en témoigne l’inscription : « Christ, né de Marie ».

« La découverte de cette inscription est majeure car, jusqu’à présent, nous ne savions pas avec certitude qu’il y avait des églises de cette période dans la région », a déclaré l’archéologue de l’Autorité des antiquités israéliennes, Walid Atrash. « Il y a de nombreux signes d’une vie chrétienne ancienne dans la région mais c’est la première preuve de l’existence de l’Église byzantine dans le village de Taiba », ajoute l’archéologue.

Une inscription pour se protéger du mal

Sur la pierre, on peut lire en grec : « Le Christ, né de Marie. Cette œuvre de l’évêque le plus pieux et le plus pieux [Theodo]sius et le misérable Th[omas] a été construit à partir de la fondation – Quiconque entre devrait prier pour eux. »

Cette pierre, qui devait très certainement être placée à l’entrée de l’église, au niveau du linteau, était destinée à protéger le fidèle des forces du mal. Une expression courante utilisée dans les inscriptions et les documents de cette époque a indiqué Leah Di-Segni, chercheuse à l’Institut d’archéologie de l’Université hébraïque de Jérusalem. « L’inscription salue ceux qui entrent et les bénit », ajoute-t-elle. « Il est clair que le bâtiment est une église et non un monastère. Les églises accueillaient les croyants à leur entrée, alors que les monastères avaient tendance à ne pas le faire. »


MACHAERUS

Lire aussi :
Les archéologues pensent avoir retrouvé le lieu de l’exécution de saint Jean Baptiste

Tags:
Archéologie
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement