Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 18 avril |
Saint Parfait de Cordoue
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Faut-il mieux offrir sa journée à Dieu le matin ou le soir ?

enfant en train de prier

© New Africa - Aleteia

Jean-Michel Castaing - publié le 24/01/21 - mis à jour le 11/05/23

Les chrétiens peuvent offrir leur journée à Dieu soit le matin, soit le soir. Ces deux moments de la journée conviennent l’un et l’autre pour faire monter vers Dieu notre quotidien en sacrifice fécond en fruits spirituels.

La foi pousse beaucoup de chrétiens à offrir leur journée à Dieu en signe de confiance, de reconnaissance de Sa providence et d’amour envers Lui. Par ce geste, le fidèle s’en remet à son Créateur avec la pensée qu’Il connaît mieux que lui ce qui lui sera profitable. Parmi les personnes qui pratiquent cette dévotion, il y a ceux qui remettent leur journée à Dieu le matin et ceux qui la Lui offrent le soir. Lequel de ces deux moments de la journée est le plus bénéfique spirituellement pour poser une telle offrande ? Analysons brièvement les avantages et les inconvénients de chacune de ces deux dispositions.

Offrir sa journée à Dieu le matin

Le premier avantage spirituel du choix d’offrir sa journée à Dieu le matin réside dans l’ignorance où nous sommes de ce dont elle sera faite. C’est là une marque évidente de remise confiante de soi entre les mains de Dieu. Par avance, nous choisissons de n’effectuer aucun tri entre événements heureux et événements désolants, entre épreuves et moments qui seront motifs de satisfaction.

Nous offrons tout indifféremment à Celui dont nous savons qu’Il peut tout faire tourner, même le mal, à notre avantage. D’ailleurs, ce qui nous arrivera de pénible aujourd’hui sera bénéfique à notre purification, ou bien s’inscrira dans le cadre plus large d’une mission dont nous ignorons encore la portée dans la communion des saints ainsi que la signification exacte dans la pensée du Très-Haut — signification qu’Il ne manquera pas de nous révéler ultérieurement.

Quelque que soit le moment que nous aurons choisi, l’essentiel reste de vivre sous le regard de Dieu et de faire de notre quotidien une éternelle offrande à Sa gloire.

Acquiescer d’avance à ce que nous vivrons, et dont nous restons dans l’ignorance, traduit chez le croyant une foi similaire à celle d’Abraham, qui s’en remit totalement à Dieu lorsqu’il quitta sur Son ordre le pays de ses pères. Jésus lui-même ne tint jamais à devancer l’heure de sa Pâque, et vécut toujours dans l’obéissance à son Père et aux motions de l’Esprit. Uni à son Père, il s’en remit toujours à Lui pour ce qui touchait le déroulé de son existence salvatrice, scandée de moments important jusqu’à l’Heure décisive par laquelle il réunirait dans l’unité les enfants de Dieu dispersés et rejoindrait la maison paternelle le jour de Pâques

Offrir sa journée à Dieu le soir

« Que ma prière s’élève devant toi comme un encens, et mes mains, comme l’offrande du soir » chante le psalmiste (Ps, 140, 2). Le soir, le croyant rend grâce à Dieu pour les événements qu’il a vécus durant la journée écoulée et les Lui offre comme un sacrifice capable de faire avancer l’évangélisation du monde. L’avantage de cette disposition réside dans la parfaite connaissance où est le chrétien de ce qu’il offre à Dieu. Aussi est-il en mesure de Le remercier en… toute connaissance de cause !

De plus, en soirée, le croyant ne se contentera pas de consacrer seulement à la majesté divine les bons moments ou les grâces reçues, mais il lui donnera également les instants plus désagréables, ou bien encore les défauts ou les manques de charité dont il aura fait montre afin que Dieu l’aide à se corriger et à lutter à l’avenir contre ses tendances égoïstes. Cette remise de soi a posteriori entre les mains de Dieu est riche d’enseignement sur soi. Elle constitue également une bonne école pour apprendre à reconnaître les signes de Sa présence dans notre existence quotidienne, de sorte que nous puissions nous exclamer comme Jacob :

“Dieu était là et je ne le savais pas !” (Gn 28,16).

En revanche, l’inconvénient de cette seconde disposition tient dans le risque de trier ce qui nous aura agréé dans ce que nous aurons vécu, en faisant l’impasse sur des détails ou des désagréments qui ont également leur importance. 

Des prêtres pour Dieu

Peut-on concilier les deux options ? En fait, il faut surtout considérer leur complémentarité. Offrir sa journée le matin pour s’en remettre inconditionnellement à Dieu, c’est accepter à l’avance les bons et les mauvais moments de l’existence.

Quant à choisir le soir pour le faire, après une relecture de notre journée à la lumière de l’Esprit saint, cela revient à la Lui donner pour le salut du monde, à Le remercier pour Ses bienfaits, mais également pour les signes qu’Il nous a envoyés afin que nous corrigions à l’avenir certains de nos défauts, ou que nous saisissions une opportunité de mission ou de service auprès de certaines personnes que nous aurons rencontrées dans la journée.

Ces deux options expriment à leur manière plusieurs aspects du sacerdoce commun des fidèles du Christ. Aussi, quelque que soit le moment que nous aurons choisi, l’essentiel reste de vivre sous le regard de Dieu et de faire de notre quotidien « une éternelle offrande à Sa gloire », ainsi que le dit, en notre nom, le prêtre dans la prière eucharistique de la messe.

Tags:
coin prièreDieuPrière
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement