Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 30 juillet |
Sainte Juliette
home iconBelles Histoires
line break icon

Le jour où une religieuse installait Internet au Vatican

WORLD WIDE WEB

SHUTTERSTOCK

I.Media - Publié le 20/01/21

Au début des années 1990, sœur Judith Zoebelein se voit confier par le pape Jean Paul II une lourde tâche : faire entrer le Vatican dans l’ère numérique. Vingt-cinq ans après l’ouverture de la première page web du Vatican, le site de l’Église catholique en Allemagne katholisch.de a interrogé cette pionnière discrète qui a changé l’histoire du plus petit État du monde.

En 1991, sœur Judith Zoebelein, une religieuse franciscaine américaine, arrive au Vatican pour « s’occuper des ordinateurs ». C’est une proche du nouveau préfet de l’Administration des biens du siège apostolique (APSA), le cardinal Rosalio Castillo Lara. La diffusion des ordinateurs individuels auprès du grand public et des entreprises est encore confidentielle – surtout en Italie – et le haut prélat confie à la religieuse américaine la mise en place de normes pour uniformiser l’emploi du matériel informatique au Vatican.

En 1994, « Internet a pris son essor », notamment via les courriels. Quelques responsables du Vatican commencent à s’y intéresser, raconte-t-elle. C’est le cas notamment de Joaquín Navarro-Valls, le charismatique directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, qui propose alors de mettre le Vatican « en ligne ». L’idée est présentée au pape Jean Paul II, « un grand visionnaire », selon la religieuse. Le pontife accepte « immédiatement », y voyant une grande opportunité d’évangélisation. Le jour de Noël 1995, la première page web du site officiel du vatican, vatican.va est alors mise en ligne.

© Shalom World

Tout s’accélère ensuite, les pages poussant alors « comme des champignons », chaque dicastère du Saint-Siège ajoutant, à l’initiative de la religieuse, sa pierre à l’édifice. Sœur Zoebelein travaille alors presque seule, avec l’aide uniquement d’un technicien en charge des serveurs. Elle charge des contenus et développe la mise en page. C’est ainsi à elle qu’on doit le fonds « parchemin » encore utilisé par le site du Vatican aujourd’hui. Elle explique l’avoir choisi pour représenter les « 2.000 ans d’histoire de l’Église ».

Capture d'écran
Capture d'écran du site du Vatican, le 20 janvier 2021.

Internet, « une passerelle pour le diable » ?

Sœur Zoebelein explique qu’elle s’est particulièrement appliquée à faire communiquer les deux parties essentielles de son travail : la technique et l’humain. Cependant, elle rencontre quelques réticences au sein de la Curie romaine, comme ce monsignore qui lui déclare qu’un « réseau est une passerelle pour le diable ». Mais elle a le soutien des principaux chefs de la Curie, et surtout du pape, qui, en 2001, décide de promulguer directement en ligne une exhortation apostolique, Ecclesia in Oceania.

Sœur Zoebelein a aussi mis en place l’adresse e-mail du successeur de Pierre, qui rencontre un immense succès dès son départ. Atteint par une grippe le 24 décembre 1995, le pontife voit sa boîte mail inondée de conseils et remèdes pour l’aider à se rétablir. « Le Pape a toujours été une personne mystérieuse, intouchable et distante, explique la religieuse américaine, puis est arrivé Internet, et soudain, il est devenu quelqu’un qui semblait beaucoup plus accessible ». Au début, le Pape se fait transmettre tous les courriels. Cependant, le nombre devient trop grand et une sélection est alors effectuée, les autres étant néanmoins stockés « sur CD-ROM » par les archives du Saint-Siège.

Une spiritualité de la technologie

Interrogée sur le rapport du Pape actuel aux réseaux sociaux, la sœur franciscaine considère que le pape François est lucide sur les écueils du numérique, quitte à être très critique envers les acteurs qui ont pris un « virage pour le pire ». Mais elle-même se refuse à diaboliser le numérique : elle « fait également partie de la Création » à travers l’homme, insiste-t-elle, certaine que « Dieu a aussi une place dans Son plan pour la technologie ». D’ailleurs, elle serait favorable à ce que Carlo Acutis, récemment béatifié, soit le patron officiel d’Internet. Ce jeune garçon, déclare-t-elle, « a vécu et respiré Internet » pendant toute sa vie, et a une vraie compréhension de la « spiritualité de la technologie ».


WORLD WIDE WEB

Lire aussi :
Facebook, KTO, La Croix… en 30 ans, le web a bien changé




Lire aussi :
« Internet est un don de Dieu mais c’est aussi une grande responsabilité »

Tags:
internettechnologieVatican
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement