Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 08 mars |
Saint Jean de Dieu
home iconTribunes
line break icon

Amour et consentement

Sharomka / Shutterstock

Henri Quantin - Publié le 20/01/21

Tout est-il permis pourvu qu’il y ait consentement ? Le consentement dans l’amour ne donne pas tous les droits, a fortiori quand ce consentement n’est pas libre.

Donner son avis suppose-t-il toujours de choisir son camp ? Avouons que le psychodrame qui a provoqué le renvoi d’Alain Finkielkraut de la chaîne LCI me laisse incertain, tant l’accusé a autant tort que raison. « Y a-t-il eu consentement ? » Tels sont les mots qui ont provoqué le scandale. Voulant apporter un peu de contradiction dans l’affaire Olivier Duhamel, le tout-puissant politologue de Sciences Po accusé par sa belle-fille du viol de son frère quand il avait 14 ans, Alain Finkielkraut a cru bon de rappeler qu’un adolescent n’est pas un enfant. La justification de sa question n’est pas sans fondement : « À chaque fois que vous voulez faire une distinction, ça apparaît comme une absolution. À chaque fois que vous recherchez la spécificité, on vous accuse à peu près de complicité de crime. »

Les égarements du philosophe

Il est vrai que la meute qui pourchasse les propos déviants ignore toute nuance et passe rarement par l’écoute de l’objection. Présence précieuse de Finkielkraut sur les plateaux de télévision : il perçoit que l’hystérie collective prétend remplacer le prétoire ; il constate l’avancée d’un féminisme et d’un néo-puritanisme qui font de tout mâle un violeur en puissance. Les nouveaux censeurs progressent chaque jour et le catholicisme n’est pas une de leurs moindres victimes. 

Rien de plus faux, en ces affaires, que la maxime « qui ne dit mot consent ». Qui ne dit mot est au contraire pétrifié par la peur et l’incompréhension, au point d’enclencher rapidement un processus de dénégation intérieure : il n’est pas possible que cette personne que j’aime agisse ainsi, donc ça n’est pas !

Égarement de Finkielkraut, tout autant : cet homme si lucide sur les errements de la Modernité ne peut s’empêcher de voir la chienne de garde derrière toute révélation de la violence de la libération sexuelle. Celui qui passe pour un vieux réactionnaire ne peut se défaire d’une nostalgie pour sa période hippie. La même ambivalence apparaît dans son regard sur le catholicisme : Finkielkraut est plein de sympathie pour les analyses des grands intellectuels catholiques de notre temps comme Chantal Delsol ou Rémi Brague et il constate lucidement — et tragiquement, puisqu’il reste athée — que l’homme sans Dieu est plus malheureux que son ancêtre plein de foi. En revanche, il bute une fois de plus sur le sexe : en homme de gauche qu’il demeure, il est ainsi persuadé que c’est Humanæ vitæqui a vidé les églises, alors que les historiens sérieux, comme Guillaume Cuchet, ont établi rigoureusement que la dégringolade de la pratique dominicale avait précédé d’au moins trois ans l’encyclique. Bossuet, Pascal, Bernanos et Simone Weil, oui, mais à condition qu’ils défendent la pilule ! Benoît XVI, d’accord, mais s’il prône la majorité sexuelle à 13 ans. 


PARA NA BRZEGU JEZIORA

Lire aussi :
Et si la sexualité était un chemin vers la sainteté ?

Consentements sous contrainte

Or les adversaires de Finkielkraut ont raison de signaler qu’un véritable consentement ne saurait exister dans une situation d’emprise ou d’autorité. Rien de plus faux, en ces affaires, que la maxime « qui ne dit mot consent ». Qui ne dit mot est au contraire pétrifié par la peur et l’incompréhension, au point d’enclencher rapidement un processus de dénégation intérieure : il n’est pas possible que cette personne que j’aime agisse ainsi, donc ça n’est pas ! Le supérieur général des Chartreux, révélant que le vœu de chasteté donne souvent une acuité sur le sexe que bien des « pratiquants réguliers » n’ont pas, l’indiquait déjà dans les pages de son magistral Risques et Dérives de la vie religieuse (Cerf) : 

« Si un père de famille propose une relation de type sexuelle à son fils, même si celui-ci ne résiste pas, on ne peut évidemment pas dire qu’il consent. Il n’a tout simplement pas les moyens psychiques pour résister, ni même pour comprendre ce qui se passe, et le père peut en profiter. Un prêtre pourrait conduire une femme à vivre une relation sexuelle et se défendre plus tard en disant qu’elle avait consenti puisqu’elle était adulte. En réalité, elle a été comme aveuglée par la certitude intime que ce saint homme ne pouvait pas avoir une intention mauvaise et qu’elle devait se laisser conduire ».

C’est pourquoi la question de Finkielkraut, qui ne méritait sans doute ni lynchage ni renvoi, était au minimum maladroite et déplacée. C’est pourquoi aussi l’idée que tout est permis du moment que c’est « entre adultes consentants » est un peu courte. 

Un « oui » à sanctifier

Si cette affaire sordide a une vertu paradoxale, c’est de révéler a contrario combien l’échange des consentements, au cours d’un mariage, est une chose aussi belle que fragile. Il faut sûrement plusieurs années pour que deux êtres soient pleinement consentants à leur union. Entre maris et femmes, le consentement n’est pas non plus un droit acquis. Jean-Paul II, qui mit en avant la beauté de l’union charnelle, fut aussi un des premiers à dénoncer le viol conjugal. La beauté de l’amour tient à un « oui » sans cesse à sanctifier. Manifestement, bien des tenants de la « libération sexuelle » n’ont rejeté le mariage que pour mieux considérer que l’autre était par principe consentant. Cela leur permettait sans doute de ne jamais se poser de question. 


FAMILY LOVE

Lire aussi :
Parlons d’amour à nos enfants !

Tags:
Amoursexualite
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Bérengère Dommaigné
Tibo InShape récidive avec une vidéo chez les sœurs de Boulaur
2
Rachel Molinatti
Irak : chaque matin, Sara, musulmane, va prier devant la Vierge d...
3
La rédaction d'Aleteia
EN DIRECT – « L’Irak restera toujours avec moi dans m...
4
WEB2-IRAK-IMEDIA
Hugues Lefèvre
Les cinq choses à savoir sur le voyage du pape François en Irak
5
LA BONNE MORT
Père Nathanaël Pujos
Que se passe-t-il au moment de la mort ?
6
Ziggurat of Ur
Caroline Becker
Irak : la visite du Pape, véritable pèlerinage en Terre sainte
7
Guillaume et Dorota Andrieu
Marzena Devoud
« Notre challenge ? Faire découvrir aux fiancés que l’on do...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement