Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 25 septembre |
Saint Firmin
home iconSpiritualité
line break icon

Le chapelet aux 26 grains, la dévotion qui rassemble la France et le Japon

Illustration : Alexia de Robien

Chapelet des martyrs japonais

Mathilde de Robien - Publié le 15/01/21

Pontmain et le Japon ont un lien spirituel étonnant, à travers cet ancien chapelet rouge aux 26 grains, composé seulement de deux dizaines, appelé aussi la « Couronne des saints martyrs japonais ».

« Avant même l’arrivée de Monsieur le Curé, on commença à prier et on récita le chapelet des martyrs du Japon », écrit Joseph Barbedette, l’un des quatre petits voyants de Pontmain, dans son récit de l’apparition rédigé à la demande de ses supérieurs lorsqu’il entre chez les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. En effet, porté par cette grande ferveur missionnaire qui s’est répandue en France dans la deuxième moitié du XIXe siècle, l’abbé Michel Guérin, curé de Pontmain, avait distribué ce chapelet bien particulier à tous les habitants du village et instauré, durant la guerre contre la Prusse, la récitation de ce chapelet tous les matins pour demander la paix et le retour des jeunes gens partis au front. Une prière que les Pontaminois connaissaient bien donc, et toute indiquée pour accueillir avec dévotion l’apparition de la Vierge ce 17 janvier 1871. Aujourd’hui, ce chapelet est tombé en désuétude, sauf à Pontmain et au Japon, où la mémoire des 26 martyrs et de l’apparition mariale est encore conservée.

« Couronne des saints martyrs japonais »

Pour comprendre l’histoire du chapelet des martyrs japonais, il faut remonter en 1597, au Japon, où 26 chrétiens (prêtres, religieux, et laïcs, dont des enfants) furent exécutés sur une colline de Nagasaki, sur l’ordre du Taïko (maire du palais) Hideyoshi Toyotomi. Début d’une longue période de persécutions à l’encontre des chrétiens du Japon, qui s’achève au début de l’ère Meiji, dans les années 1860.

Plus de deux siècles et demi plus tard, en 1862, soit neuf ans avant l’apparition de la Vierge Marie à Pontmain, les 26 martyrs de Nagasaki sont canonisés à Rome par le pape Pie IX. La dévotion envers ces 26 martyrs se répand alors dans toute l’Europe, et en particulier en France. En Bretagne, à saint Brieuc, les frères des écoles chrétiennes se targuent d’en posséder quelques reliques. Ils créent « l’Armée des Anges », un groupe d’enfants portant une dévotion particulière aux martyrs japonais. L’abbé Hamet conçoit même un petit chapelet formé de deux dizaines et composé de 26 grains rouges sang. Il le baptise la « Couronne des saints martyrs japonais ».


JAPAN CATHOLIC

Lire aussi :
Les chrétiens cachés du Japon, un miracle catholique

Trois ans plus tard, en 1865, on découvre des chrétiens cachés au Japon, et le Pape bénit « l’Armée des Anges ». Deux événements qui contribuent à faire connaître le chapelet des martyrs japonais. Son usage connaît un bel essor, et se répand jusqu’en Mayenne. C’est ainsi qu’il remonte aux oreilles de l’abbé Michel Guérin, qui s’empresse de distribuer les petits chapelets rouges à ses ouailles et d’en enseigner la prière aux enfants.

Et au Japon ?

Le chapelet fait son apparition au Japon en 1937, introduit par un religieux du Couvent des Chevaliers de Notre Dame à Nagasaki. En 1962, lors du centenaire de la canonisation des 26 martyrs, il connaît une certaine notoriété. Puis il retombe dans l’oubli jusqu’en 2010, date à laquelle il a été réintroduit par un père des MEP (Missions Etrangères de Paris).

Comment prier le chapelet des martyrs du Japon ?

La prière débute par la croix, avec la récitation du Credo. On peut dire ensuite les Actes de foi, d’espérance et de charité : « Seigneur, je crois de tout mon cœur, j’espère de toutes mes forces et je veux aimer comme tu nous as aimés ». Puis le premier grain équivaut à un Notre Père, les trois suivants : trois Je vous salue Marie, puis on continue avec un Notre Père. Viennent ensuite deux dizaines de Je vous salue Marie entrecoupées par un Notre Père.

Photomontage Aleteia / P. Gourdain




Lire aussi :
La prière des enfants à Notre-Dame de Pontmain

Tags:
chapeletjaponPontmainVierge Marie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
2
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
3
Mathilde de Robien
Médecins et intellectuels dénoncent l’idéologie de l’autodétermin...
4
WEB2-COUVENT-MARCASSU-CORSE-Stephanie-Eveilleau.jpg
Raphaëlle Coquebert
Mission Patrimoine : derrière les murs de Marcassu, une communaut...
5
HOUELLEBECQ
Henri Quantin
La pilule de Benoît XVI et la pilule de Houellebecq
6
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
7
WEB2-FAMILLE-LEFEVRE-YOUTUBE.jpg
Agnès Pinard Legry
Le premier single de la famille Lefèvre enfin disponible
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement