Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconBelles Histoires
line break icon

Sœur Angélique Namaika, au service des femmes victimes de la guerre

Capture YouTube / Aurora Prize

Domitille Farret d'Astiès - Publié le 07/01/21

Cette religieuse a créé un centre d'aide en République démocratique du Congo (RDC) où elle prend soin des femmes, dont beaucoup ont été victimes de de la Lord’s Resistance Army (LRA).

En 2019, elle a reçu le prix Stop Hunger, créé par Sodexo. En 2013, le Haut-Commissariat pour les réfugiés (UNHCR) lui a décerné le prix Nansen. Religieuse de la congrégation des augustines, congolaise, sœur Angélique Namaika fait partie de ces missionnaires discrètes qui font bouger le monde sans en avoir l’air. Elle a en effet aidé plus de 22.500 femmes congolaises, la plupart étant des victimes des violences commises par la Lord’s Resistance Army (LRA), un groupe armé ultraviolent, soi-disant chrétien, créé en 1988 dans le nord de l’Ouganda et qui a ensuite semé la terreur dans les pays voisins.

Son inspiration remonte à loin. Petite fille, elle a été marquée par sœur Tone, une religieuse allemande qui se donnait sans compter au service des malades. Née dans une famille chrétienne, Angélique a appris très tôt le partage grâce à ses parents qui apportaient eau, nourriture et bois de chauffage à leurs voisins plus démunis qu’eux. Dès l’enfance, elle décide qu’elle sera religieuse.

Se reconstruire par le travail

En 2003, la vie de la religieuse prend un autre tournant : elle est nommée à Dungu, dans la province du Haut-Uele (nord-est de la République démocratique du Congo), pour une mission en lien avec le diocèse local. Là-bas, elle est frappée par la situation de nombreuses femmes qu’elle rencontre, qui sont démunies, souvent analphabètes, et décide de leur venir en aide grâce à des propositions de formation variées en couture, cuisine et alphabétisation.




Lire aussi :
Père Antonio Aurelio, missionnaire du globe

En 2005, la LRA fait irruption dans le pays : c’est la panique. Des villages sont incendiés, les habitants massacrés, les femmes violées. Des garçons sont enlevés pour être transformés en soldats, des petites filles en esclaves sexuelles. Des milliers de personnes se retrouvent déplacées. La religieuse aide ceux qui arrivent à Dungu à trouver logement et emploi, mais quand la LRA atteint Dungu, les religieuses sont contraintes de se cacher dans la brousse. Cela lui fait toucher du doigt les difficultés rencontrées par ceux qui sont chassés de chez eux.

En 2008, de retour à Dungu, sœur Angélique décide de se consacrer en priorité aux femmes et filles victimes de la LRA, qui ont souvent été l’objet de violences sexuelles, de mutilations, de travaux forcés… Certaines ont des enfants nés de viols. Elle crée pour cela le Centre de réinsertion et d’appui au développement (CRAD), où elles peuvent se reconstruire en apprenant un métier afin de se délivrer de leurs traumatismes et d’aller de l’avant. Grâce à des financements, la religieuse ouvre en outre un service de pédiatrie, une école primaire pour les enfants des déplacés et un orphelinat. Pour construire l’avenir.


POVERTY

Lire aussi :
Avec sœur Nadège, les femmes d’abord

Tags:
congofemmesguerrereligieusesviolence
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement