Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconBelles Histoires
line break icon

Le périple d'un père de famille contre la mucoviscidose

Emmanuel de Calan

Isabelle du Ché - Publié le 30/12/20

Combattre et vaincre la mucoviscidose, tel est le défi que s’est lancé Emmanuel de Calan, un père de famille, au cours d’un périple à vélo de 1.300 kilomètres.

« En trois semaines, j’ai vécu un condensé de vie », s’exclame Emmanuel, père de quatre enfants, dont deux atteints de la « Muco ». Parti de Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône) le 18 juin 2020, ce jeune directeur commercial, de nature pourtant peu sportive, a choisi la petite reine pour rejoindre Roscoff (Finistère) où il est arrivé le 11 juillet. Ayant récemment perdu son emploi, Emmanuel a profité de ce temps disponible pour relever enfin ce défi qui lui tenait à cœur. Mais il ne voulait pas se lancer sans lui donner un sens. 

La mucoviscidose, maladie invisible

Comme tous les bébés à leur naissance, Samuel, leur deuxième enfant, a été piqué au talon afin de détecter notamment la mucoviscidose. « L’annonce de sa maladie nous a fait froid dans le dos », se souvient Emmanuel. Avec sa femme Sarah, ils sont passés par toutes les émotions. Le couple a fait l’expérience de la complémentarité, se soutenant alternativement l’un l’autre et cheminant ensemble. Cette maladie dégénérative n’empêche pas de vivre : « elle n’enlève rien mais elle enrichit », note le père de famille.

Emmanuel de Calan
Le vélo utilisé par Emmanuel de Calan pour rallier Carry-le- Rouet (Bouches-du-Rhône) et Roscoff (Finistère).

Accompagnés au quotidien par une équipe médicale attentive, Samuel et Joachim – le petit dernier – ont un traitement adapté à chacun. En effet, basée sur la déficience d’un gêne, cette maladie présente beaucoup de mutations différentes. Pour ce père de trente-huit ans, « la “muco” est un piège, car c’est une maladie qui ne se voit pas. Elle est voleuse de temps et d’énergie ». Le temps consacré aux soins et aux examens est en effet pris sur les activités, les jeux, le sport, même s’il n’en empêche aucunement la pratique. 

Créer une chaîne de solidarité

La diagonale cycliste entreprise par Emmanuel de Calan lui a permis d’atteindre trois objectifs. Tout d’abord, faire connaître la maladie à un large public. Quoi de plus efficace en effet que de parcourir les rues sur une bicyclette décorée de fanions de couleur vive ?




Lire aussi :
« Le handicap, c’est monter dans un avion pour Venise et atterrir à Amsterdam »

Le choix des villes étapes ensuite n’est pas dû au hasard. Dans chacune, une rencontre était prévue avec le CRCM (Centre de Ressources et de Compétences de la Mucoviscidose) afin d’échanger sur les différentes façons d’accompagner et de soigner les malades. Tel était le deuxième objectif.

Emmanuel de Calan
Emmanuel de Calan avec sa femme et ses enfants.

Enfin, ce périple a permis la rencontre de personnes atteintes elles aussi par cette maladie pour mieux comprendre ce qu’elles vivent. « J’ai fait des rencontres très enrichissantes, prouvant qu’on peut être heureux avec sa maladie », s’émerveille le père de famille. « Nous avons pu ainsi tisser des liens et sentir que nous ne sommes pas seuls ». Cette solitude avait d’ailleurs beaucoup marqué les jeunes époux à la découverte de la maladie de Samuel. Ils ne veulent pas que ce soit le cas pour les nouveaux parents concernés par la « muco » de leur enfant.

Révéler ses propres fragilités

Cependant, ce triple défi n’aurait-il pas révélé quelque chose de plus profond ? Pour Emmanuel, « la “muco” est un prétexte. Nous sommes tous cabossés et, tant que nous ne connaissons pas d’épreuve, nous risquons de nous sentir tout-puissants ». Cette histoire de vie résumée sur trois semaines a dévoilé que « nos propres fragilités sont des forces ». 




Lire aussi :
Chaque jour, ils se démènent au service des autres

Tags:
aventureenfantmaladiepère
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement