Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 28 janvier |
Saint Thomas d'Aquin
home iconSpiritualité
line break icon

Noël a été sauvé parce qu’au fond c’est bien Noël qui nous sauve

P Deliss / Godong

Père Grégoire Sabatié-Garat - Publié le 24/12/20

Noël ne saurait être réduit à une fête de fin d’année ou à une simple tradition familiale. C'est là que s'accomplissent les paroles des prophètes et en cette année qui a été traversée par une pandémie mondiale, il est bon de fêter la naissance du Christ.

En cette nuit de Noël, comme j’aimerais pouvoir proclamer la joie et la lumière apportées par le Sauveur ! Mais cette année ce n’est pas si facile. Les chœurs angéliques chantant la gloire de Dieu et la paix universelle offrent une tonalité étrange. A quoi bon se réjouir de la venue de Dieu sur terre il y a 2.000 ans alors qu’un petit virus invisible réussit à mettre le monde à genou ? Cet enfant nouveau-né dont parle Isaïe ne devait-il pas apporter une lumière claire et nette au peuple qui marchait dans les ténèbres ? Pourtant que de ténèbres cette année encore ! Ce « Prince de la paix » ne devait-il pas ôter le joug pesant sur le peuple, comme dit encore Isaïe ? Pourtant que de lassitudes et de découragements deux millénaires plus tard !

Nous voilà un peu abattus et entrer dans la joie de Noël est moins évident que d’habitude. Mais – ô miracle ! – le coronavirus n’aura pas eu raison de cette sainte Nuit de Noël : partout en France cette nuit est célébrée la naissance d’un Sauveur. « Noël a été sauvé », s’est-on réjoui. Noël a été sauvé parce qu’au fond c’est bien Noël qui nous sauve. Pour beaucoup d’entre nous il est aujourd’hui difficile d’élever le regard vers l’astre lumineux. Ne nous en attristons pas car il suffit cette nuit d’abaisser notre regard, de nous mettre à genoux pour regarder l’Enfant emmailloté dans la mangeoire. C’est tout simple et à la portée de chacun. 

Devant la crèche, Dieu visite nos épreuves

Devant la crèche, toutes les épreuves que nous avons traversées, et celles qui nous attendent encore, sont visitées par Dieu lui-même. Devant la crèche, il n’y a plus à chercher des coupables à nos difficultés, il n’y a plus à nous demander si notre vie vaut la peine d’être vécue. Dieu nous rejoint dans l’innocence d’un nouveau-né, le Très-Haut en s’abaissant donne à notre pauvre humanité une dignité nouvelle. Devant la crèche, il ne s’agit plus de faire nos comptes avec Dieu (si tu es Dieu, pourquoi tant d’épreuves ?) mais d’accepter qu’il vienne vivre ces épreuves avec nous et qu’ainsi il puisse nous consoler. 

Pour saisir la nouveauté de Noël, rappelons-nous l’histoire des hommes telle que la Bible nous la raconte. Les prophètes bibliques, comme Isaïe, avaient dénoncé les injustices et la méchanceté des hommes, et même annoncé un Messie qui sauverait l’humanité de ses maux et viendrait instaurer le règne de Dieu. Les auteurs de la Genèse et les sages ont confirmé cela en soulignant que le mal n’entrait pas dans le dessein initial de Dieu : Dieu a fait toute chose bonne (Gn 1), il n’a pas fait la mort et ne se réjouit pas de nos souffrances (Sg 1-2). La logique voulait donc que Dieu nous délivre du mal par sa toute-puissance et montrât ainsi qu’il n’avait pas voulu le mal. Que Dieu montre sa toute-puissance par son abaissement jusqu’à notre humanité, voilà ce qui n’était pas prévisible et vraiment nouveau. En contemplant le mystère de l’Enfant-Dieu, vrai petit d’homme et vrai Dieu tout-puissant, nous pouvons recevoir l’amour fou d’un Dieu qui prend un visage semblable au nôtre pour pouvoir nous rejoindre au cœur même de chacune de nos fragilités.

À Noël s’accomplit vraiment la parole d’Isaïe : « Consolez, consolez mon peuple… Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ; tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu » (Is 40).

La célébration de Noël ne saurait être réduite à une fête de fin d’année ou à une simple tradition familiale, où il conviendrait de se réjouir de la vie de manière un peu naïve. Noël est d’abord une fête de la miséricorde de Dieu et c’est pourquoi, cette année tout particulièrement, il est juste et bon de fêter la naissance du Sauveur ! À Noël s’accomplit vraiment la parole d’Isaïe : « Consolez, consolez mon peuple… Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ; tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu » (Is 40). Nos meilleurs ingénieurs et bâtisseurs réussissent souvent des prodiges : construire un tunnel sous le Mont Blanc, construire des ponts à plusieurs centaines de mètres d’altitude… Avec combien plus de génie et de créativité le Seigneur a trouvé le chemin pour nous rejoindre : en se faisant semblable à nous, il nous devient vraiment accessible. Devant le scandale du mal et des injustices, nous pouvons alors continuer à croire en Dieu car Dieu lui-même vient vivre toutes les épreuves avec nous. Dans le roman de Joseph Malègue Augustin ou le Maître est là, Largilier a des paroles qui nous rejoignent aujourd’hui : « Loin que le Christ me soit inintelligible, s’il est Dieu, c’est Dieu qui m’est étrange s’il n’est le Christ ». Autrement dit, si Dieu ne s’était pas fait homme en Jésus, alors il me serait bien difficile de croire en Dieu.

À Noël nous fêtons la miséricorde de Dieu qui vient jusqu’à nous et c’est pourquoi, cette année plus que jamais, il est juste et bon de fêter la naissance du Sauveur !


parents et enfants devant la crèche

Lire aussi :
À Noël, des géants sur le berceau d’un enfant

Tags:
CoronaviruscrèchenativiteNoël
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement