Aleteia logoAleteia logoAleteia
Samedi 13 avril |
Sainte Ida de Louvain
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Pakistan : le ravisseur de la chrétienne Arzoo Raja bientôt libéré ?

Arzoo

© AED

Arzoo Raja.

Timothée Dhellemmes - publié le 20/12/20

Arrêté par la police et mis en détention pour le rapt et le viol d’Arzoo Raja, une jeune fille chrétienne de 13 ans, le ravisseur a obtenu ce jeudi 17 décembre une libération sous caution, comme l’affirme l’agence Fides. Il est âgé de 44 ans.

Près de sept semaines après son arrestation, Ali Azhar pourrait retrouver la liberté. Le ravisseur de la jeune chrétienne pakistanaise, Arzoo Raja, avait été arrêté le 2 novembre dernier, trois semaines après l’avoir enlevée en plein jour, devant sa maison, à Karachi, dans le sud du Pakistan. Au cours de son procès devant le tribunal de première instance de la ville, les juges ont accepté de fixer une caution pour sa libération, comme l’explique Mohammad Jibran Nasir, l’avocat de la famille d’Arzoo Raja, à l’agence Fides : “La décision du juge est intervenue le 17 décembre, après que les avocats du ravisseur Ali Azhar ont demandé une libération sous caution (…). Nous allons faire appel”. La somme pour obtenir la libération d’Ali Azhar est de 500.000 roupies pakistanaises, soit environ 2.700 euros.

La famille d’Arzoo Raja inquiète pour sa sécurité

Pour les avocats de la famille d’Arzoo Raja, cette décision du tribunal pourrait de nouveau mettre en péril la sécurité de la jeune fille. “Il n’y a pas de justice pour les minorités au Pakistan. Arzoo n’est pas en sécurité maintenant, ils vont certainement lui rendre visite, chez sa famille, et ils peuvent l’intimider. Arzoo et sa famille ont besoin de protection”, a affirmé Dominic D’Souza, un activiste chrétien qui suit le dossier de près.

Au début du mois de novembre, de nombreux chrétiens étaient descendus dans les rues de Karachi, Lahore, Hyderabad, Faisalabad et d’autres villes pour exiger un procès équitable. Peu après l’enlèvement d’Arzoo Raja, le tribunal local avait dans un premier temps validé son mariage forcé, et empêché la police d’arrêter le principal suspect. Au Pakistan, les conversions ne sont pas considérées comme un crime. Il avait fallu une grosse mobilisation pour que la Haute Cour de la province du Sind exige finalement sa libération, et l’arrestation de son ravisseur.




Lire aussi :
Asia Bibi dément une nouvelle fois avoir soutenu la loi anti-blasphème au Pakistan

Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Pave-Aleteia-Ictus-V2.png
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement