Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconSpiritualité
line break icon

Dieu habite le plus petit de nos actes

WASHING DISHES

Shutterstock

Jean-Michel Castaing - Publié le 19/12/20

Pour un chrétien, il n’existe pas d’existence "ordinaire". Toutes nos actions ont leur poids d’éternité. La vie en Dieu ne connaît pas d’endroit réservé.

Il n’est pas toujours facile de faire le lien entre notre foi et nos actes de tous les jours. Combien de fois n’avons-nous pas pesté contre nos tâches quotidiennes qui nous semblaient une lancinante corvée faisant obstacle aux affaires spirituelles ? Jugées d’après ce critère, la majorité des heures de la journée ne s’apparentent-elles pas à une perte de temps et du gâchis ? Nous estimons que le monde est mal fait. Dieu nous presse de nous pencher sur les questions sérieuses de l’éternité et du salut, et voilà que nous sommes obligés de vaquer à longueur de temps aux affaires courantes, au ménage, à la vaisselle, aux besoins primaires des enfants ! Est-ce vraiment ainsi que Dieu a voulu notre quotidien ? Si la Providence divine gouverne le déroulé de nos jours, quelle place revient aux besognes répétitives auxquelles nous sommes astreints, dans la perspective globale de notre destinée surnaturelle, objet de notre espérance ? Est-il possible de les accorder avec notre vie en Jésus-Christ ? En un mot, l’unification de notre existence est-elle réalisable, de sorte que nos actes, souvent triviaux et ennuyeux, s’accordent avec nos préoccupations spirituelles afin de fortifier, grâce à cette synergie, notre être intérieur ?

L’infini habite-t-il le fini ?

C’est ici que la théologie nous offre quelques indications, sinon pour trancher la question, du moins pour y apporter quelques lumières. Il s’agit de savoir si l’infini peut habiter le fini, le trivial, le quotidien. Pour un chrétien, la réponse réside dans la personne de celui qui, étant Dieu, s’est fait homme pour venir habiter parmi nous et partager notre condition : Jésus-Christ. En lui, le divin n’a pas dédaigné exécuter les gestes les plus simples de l’ordinaire. L’identité, à la fois divine et humaine, de celui qui les accomplissait, les lestait du même coup d’un poids d’éternité et de salut. Jésus a passé trente années de sa vie dans l’obscurité. Pourtant, cette période de son existence fait partie intégrante de sa mission de Sauveur.


WOMAN, WINDOW,

Lire aussi :
Qu’est-ce qu’une vie réussie dans le Christ ?

Il en va pareillement pour nous. Les petits gestes du quotidien contribuent aux aussi à élever le monde, à l’offrir à Dieu comme un sacrifice d’agréable odeur. Notre existence n’est pas saucissonnée avec, d’un côté, les moments consacrés au « spirituel » (retraites, messes, ou bien encore bénévolat philanthropique exercé dans un dessein explicitement chrétien), et d’un autre côté le devoir d’état avec ses mille et une corvées journalières dont on se passerait volontiers, ou bien encore l’effort d’endurer les tuiles intempestives ou le mauvais caractère d’untel ou d’unetelle. Tous ces menus sacrifices entrent également dans le grand-œuvre de la rédemption du monde que Dieu, dans Sa miséricorde, nous donne d’accomplir afin que nous contribuions à notre propre rachat et, plus globalement, à celui du monde.

Foi, espérance et charité du quotidien

La foi ne concerne pas seulement les articles du Credo, mais porte aussi sur la portée du moindre de nos actes. Et comme nous croyons que le plus petit effort fait avec amour participe au salut du monde, cette foi débouche sur l’espérance. Les trois vertus théologales s’unissent pour transfigurer le quotidien. Nos existences sont vécues de la sorte en trois dimensions. Par la foi, nous croyons que tout dans notre existence a été voulu par Dieu. Par l’espérance, nous pensons que notre destinée éternelle, mais aussi celle du monde, est engagée dans la moindre de nos actions. Enfin, l’enseignement du Christ et sa promotion des « petits » nous apprend que ce n’est pas la grandeur de celles-ci qui importe, mais l’amour que nous y mettons.

Les quatre dimensions du Verbe

De plus, la promotion chrétienne du quotidien se trouve étayée par les quatre titres du Verbe divin, seconde Personne de la Trinité : Créateur, Incarné, Sauveur et glorieux. Verbe incarné : ce qui s’est passé (dans l’histoire). Verbe préexistant : ce qu’il faut croire (éternité du Fils). Verbe sauveur : ce qu’il faut faire (conjointement à sa Pâque rédemptrice). Verbe glorieux : ce qu’il faut espérer. Par le Verbe incarné, le chrétien croit à la consistance des actes concrets qu’il accomplit tous les jours. Par le Verbe créateur, il sait que son existence se déroule sous le regard de Dieu. Par le Verbe sauveur il contribue, à son niveau, à la rédemption du monde. Enfin le Verbe glorieux finit par le convaincre que sa destinée éternelle est engagée dans ses actes, de même que Jésus a rejoint la maison de son Père après avoir passé sa vie à faire le bien sur la terre (Ac 10,38). Cette quadruple dimension du Verbe (préexistant, historique, sauveur et eschatologique) devient un formidable vecteur d’unification de nos existences parce que ce que nous vivons tout au long des jours consolide ce que nous croyons, espérons et aimons. Pour toutes ces raisons, soyons assurés que chacune de nos journées, même la plus terne, la plus routinière, possède une valeur de grand prix aux yeux de Dieu.


SUNSET

Lire aussi :
Nous avons tous un rôle à jouer pour le Salut du monde !

Tags:
FoiPrièrequotidien
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement