Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 23 janvier |
Saint Alphonse de Tolède
home iconAu quotidien
line break icon

"Je n’aime pas offrir de cadeaux à Noël, est-ce normal ?"

WOMAN,COMPUTER,HOME,WORRIED

Shutterstock

Mathilde de Robien - Publié le 10/12/20

Si offrir des cadeaux demeure un réel plaisir pour certains, d’autres y voient une corvée doublée parfois de la peur de tomber à côté. Pistes de réflexion pour que Noël ne soit pas une source de stress.

« Je déteste cette course aux cadeaux que suscite Noël ! Je n’aime pas faire des cadeaux, je ne sais jamais quoi acheter. Dans ma famille, on offre des cadeaux seulement aux enfants, mais dans ma belle-famille, l’échange des cadeaux est une véritable institution, il ne s’agit pas d’arriver bredouille à Noël ! ». Cri du cœur de Pauline, 33 ans, qui reconnaît volontiers que « les cadeaux ne sont pas son langage de l’amour ». Mais si elle, n’a pas besoin de recevoir de cadeaux pour se sentir aimée, d’autres au contraire tiennent à ces marques d’affection. Si les cadeaux ne sont pas son langage de l’amour, peut-être le sont-ils pour ses proches ?

Des langages de l’amour différents

La distinction des cinq langages de l’amour élaborée par Gary Chapman part du postulat suivant : « Ce qui procure le sentiment d’être aimé pour une personne n’est pas forcément le même que pour une autre. » Généralement, deux langages prédominent parmi les suivants : paroles valorisantes, moments de qualité, cadeaux, services rendus et gestes de tendresse. Un constat qui permet de prendre conscience que les cadeaux ne sont pas perçus de la même manière selon les personnes : certains n’y sont pas particulièrement sensibles, ce qui explique parfois leur réticence à en faire, alors qu’ils seront très significatifs pour d’autres. Le simple fait de garder à l’esprit que les cadeaux peuvent être considérés comme de véritables marques d’affection est une bonne motivation : si vous aimez vos proches, montrez-le-leur en adoptant leur propre langage de l’amour.

Identifier la vraie raison

« Les cadeaux ne sont pas mon langage de l’amour » n’est peut-être pas la seule et unique raison qui fait qu’on n’aime pas faire des cadeaux. Si l’on veut être honnête, il est bon de s’interroger sur les vraies raisons de cette réticence. Est-ce par paresse ? Bonne nouvelle, c’est aisément surmontable ! Par manque d’idées ou peur de tomber à côté ? Auxquels cas on peut demander à l’autre ce qui lui ferait plaisir. Est-ce pour une raison financière ? Les cadeaux DIY peuvent être une solution. Est-ce parce que vous n’aimez pas que l’on vous dicte quand faire des cadeaux ? Vous pouvez en faire à un autre moment.

Est-ce par habitude, car dans votre famille, vous n’êtes pas très « cadeaux » ? Détachez-vous de votre éducation et demandez-vous si cela ferait plaisir à l’autre si vous exprimiez votre affection par un cadeau. Par souci écologique, à l’encontre de cette fièvre consumériste ? Visez des cadeaux utiles. Identifier les freins qui vous bloquent réellement permet de prendre conscience de la raison pour laquelle vous n’aimez pas faire de cadeaux et par conséquent de trouver des alternatives, si malgré tout vous avez envie de manifester votre affection.

Noël, ce n’est pas que les cadeaux

D’une part, lorsque le cadeau est contraint, il n’est plus une marque d’affection. D’autre part, la vraie joie de Noël ne réside pas dans les cadeaux mais dans l’accueil de la naissance de Jésus, Sauveur du monde et Prince de la Paix. Deux bonnes raisons pour prendre un peu de recul sur la pression des cadeaux et se recentrer sur l’essentiel : l’amour (et non uniquement son langage, qui peut être faussé) qui nous unit les uns aux autres, et la joie d’être sauvés.


furoshiki

Lire aussi :
Furoshiki de Noël, ou l’art de remplacer le papier cadeau


jésus dans la crèche

Lire aussi :
Et si nous redécouvrions Noël comme la fête du Salut ?

Tags:
cadeauNoël
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WEB2-Farah Shaheen-ACN
Agnès Pinard Legry
Pakistan : Farah, chrétienne de 12 ans, enlevée, violée et réduit...
2
Cerith Gardiner
Mariée pendant la pandémie, elle choisit ses grands-mères comme d...
3
Domitille Farret d'Astiès
Le dernier compagnon de Padre Pio est décédé
4
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : le texte qui arrive au Sénat a bien changé
5
web2-mgr-chauvet-afp-000_1hh3qc.jpg
Caroline Becker
Mgr Chauvet : "Face au drame de Notre-Dame, le Seigneur m'apprend...
6
I.Media
10 ans après son ralliement à l'Église catholique, un ancien évêq...
7
Domitille Farret d'Astiès
Sans-abri, "Neneuil" a eu une fin de vie royale
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement