Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 07 mai |
Bienheureuse Gisèle
home iconTribunes
line break icon

Les catholiques sont des « citoyens exemplaires »

EMMANUEL MACRON

Ludovic MARIN I POOL I AFP

Henri Quantin - Publié le 02/12/20

Pour réparer "le lien abîmé entre l’Église et l’État", le président de la République avait appelé les catholiques à aller "au bout de leur vocation". Henri Quantin, qui vient de faire paraître “Manger Dieu” (Le Livre ouvert), se demande s’il n’y avait pas du Tartuffe dans ce discours. Les catholiques, eux, sont allés au bout de leur vocation…

« La déclaration est tout à fait galante / Mais elle est, à vrai dire, un peu bien surprenante » (Molière, Tartuffe, acte III, scène 3). À Tartuffe, qui lui fait une des plus belles déclarations d’amour de la littérature française, Elmire marque ainsi son étonnement. Lui, le dévot sévère sur les mœurs des autres, devient séducteur enflammé d’une femme mariée, celle de l’homme, en outre, qui l’a généreusement accueilli chez lui. Le langage courant a transformé le nom propre en nom commun — antonomase, disent les amateurs de mots rares — et on dénonce volontiers « un Tartuffe » chez tout homme dont les actions ne sont pas à la hauteur des discours tenus. 

Le discours des Bernardins

Une telle confrontation des paroles et des actes est particulièrement cruelle pour le Président de la République, pour qui relit deux ans et demi plus tard son discours aux collèges des Bernardins. Nous ne pouvons que recommander cette lecture aussi instructive qu’amusante, que nous suggère malicieusement le père dominicain Augustin Laffay. L’exorde est déjà très savoureux : 

« Pour nous retrouver ici ce soir, Monseigneur, nous avons, vous et moi, bravé les sceptiques de chaque bord. Et si nous l’avons fait, c’est sans doute que nous partageons confusément le sentiment que le lien entre l’Église et l’État s’est abîmé, et qu’il nous importe à vous comme à moi de le réparer. Pour cela, il n’est pas d’autre moyen qu’un dialogue en vérité. Ce dialogue est indispensable, et si je devais résumer mon point de vue, je dirais qu’une Église prétendant se désintéresser des questions temporelles n’irait pas au bout de sa vocation ; et qu’un président de la République prétendant se désintéresser de l’Église et des catholiques manquerait à son devoir. »

Voilà qui est fort bien dit ! À l’évidence, les évêques n’ont pas oublié cet appel, au point de rappeler au Président, par la bouche de Mgr Rougé, les conditions d’un « dialogue en vérité » : que la confiance en l’autre soit possible, que la parole soit tenue et que les mots engagent. Car Tartuffe, Beaumarchais l’a perçu dès 1792 dans La Mère coupable, n’est pas seulement un censeur catholique d’Ancien Régime. Il se décline très bien à la mode républicaine et n’est pas plus aimable que son pieux prédécesseur. 

Union sacrée

Au-delà de l’importance du dialogue, dont les évêques ont désormais noté qu’il pouvait inclure le recours au Conseil d’État, le président des Bernardins rendait hommage à l’engagement républicain de bien des catholiques. Il avait même recours au lyrisme de la flamme, sans doute pour mieux unir les lecteurs de Victor Hugo et les adeptes de « Trouver dans ma vie ta présence », qui veulent « tenir une lampe allumée » : « Lorsque vient l’heure de la plus grande intensité, lorsque l’épreuve commande de rassembler toutes les ressources qu’on a en soi au service de la France, la part du citoyen et la part du catholique brûlent, chez le croyant véritable, d’une même flamme. »


MACRON CEF

Lire aussi :
Aux Bernardins, Emmanuel Macron appelle les catholiques à s’engager politiquement

Union sacrée, donc, entre la flamme du soldat inconnu et le cierge pascal ! On pourrait croire que le rapprochement des deux flammes visait avant tout à dissoudre l’union au Christ dans la foi républicaine, mais le plus beau est que le Président déclarait savoir d’où venait la force des catholiques. Il désignait sans hésiter la source qui leur permit souvent de donner leur vie pour leur pays : « Si les catholiques ont voulu servir et grandir la France, s’ils ont accepté de mourir, ce n’est pas seulement au nom d’idéaux humanistes. Ce n’est pas au nom seulement d’une morale judéo-chrétienne sécularisée. C’est aussi parce qu’ils étaient portés par leur foi en Dieu et par leur pratique religieuse. »

Admirable précision, cet hommage à la pratique religieuse, loin de tout spiritualisme diffus et de tout confinement de la foi dans la sphère privée. Réduire le nombre de ceux qui peuvent puiser leur force à la source eucharistique serait à l’évidence faire courir à notre pays un grand danger !

Trois dons à la République

Dans ce même discours aux Bernardins, Emmanuel Macron demanda aux catholiques de faire trois dons à la République : le don de leur sagesse, le don de leur engagement, le don de leur liberté. Résumé magistral, par anticipation, de l’action des catholiques, évêques compris, pour obtenir le retour de la messe. C’est faire preuve de sagesse de ne pas renoncer à la liberté de culte par excès d’hygiénisme sanitaire. C’est témoigner d’un bel esprit d’engagement de se réunir pour prier sur les parvis des églises. C’est porter haut la liberté, enfin, de ne pas se soumettre docilement à un gouvernement abusant de son pouvoir. À l’évidence, les catholiques ont appliqué à merveille le programme que leur traçait leur Président, y compris quand obéir à ses discours supposait de désobéir à ses décrets. Ils sont allés « au bout de leur vocation ». La République leur doit une fois de plus reconnaissance. 

Il reste désormais à Emmanuel Macron à appliquer la partie du programme qu’il s’est lui-même fixé et à ne pas « manquer à son devoir ». C’est à son tour de réparer le lien abîmé entre l’Église et l’État dont il déplorait les méfaits. Pour que la part du catholique et la part du citoyen brûlent d’une même flamme, le Président a tout intérêt à ne pas cracher sur la lumière de Noël après avoir interdit le feu de Pâques. 

Pour en savoir plus : Manger Dieu, pour une eucharistie de première nécessité, par Henri Quantin, Éditions Le Livre ouvert, décembre 2020, 180 pages, 14 euros.




Lire aussi :
Le discours d’Emmanuel Macron aux Bernardins

Tags:
college des bernardinsEmmanuel MacronMesse
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
WHATSAPP
Edifa
Joies et limites des groupes WhatsApp familiaux
2
POPE FRANCIS
Agnès Pinard Legry
Voici comment participer au « marathon de prière » du pape Franço...
3
I.Media
Pourquoi la date de canonisation de Charles de Foucauld n’a...
4
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
5
Mathilde de Robien
Une émotion, une astuce de saint : accueillir la tristesse avec T...
6
TEENAGERS, LOVE, PARK
Edifa
Comment distinguer le flirt de l’amour vrai ?
7
WEB2-ALEXEI NAVALNY-RUSSIA-shutterstock_1662094504.jpg
Agnès Pinard Legry
Russie : le message inattendu d’Alexeï Navalny pour Pâques
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement