Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 17 janvier |
Saint Antoine le Grand
home iconSpiritualité
line break icon

Vivre l’Avent quand on est séminariste (et) confiné

© Oeuvres des vocations

Athénaïs Clicquot - Publié le 30/11/20

Appelés à être les pasteurs de demain, les séminaristes, qui bénéficient du soutien de l’Œuvre des vocations, vivent une formation dense tout au long de l’année. Au-delà des cours, le séminaire est aussi l’occasion de discerner sur sa vocation, et la période de l’Avent est un temps idéal pour cela. Cette année, ils sont obligés de s’adapter avec les contraintes du confinement. Des changements qui n'entament pas leur joie de bientôt célébrer Noël.

Occasion idéale de réfléchir au mystère de l’Incarnation, l’Avent est une période très attendue par les séminaristes qui se préparent, tout au long de l’année, à devenir les prêtres de demain. Entre cours de philosophie et de théologie, la formation intellectuelle, spirituelle est dense mais l’Avent, tout comme le Carême, sont des moments propices pour réfléchir à sa vocation.

Alexis, 30 ans, qui entame sa quatrième année au séminaire de Paris, témoigne de cette période essentielle pour discerner : « L’Avent c’est un temps de pénitence, de désert, qui nous conduit jusqu’à la joie de Noël. » Une période importante donc, qui se voit malheureusement un peu chamboulée par le confinement. Entouré de quatorze autres séminaristes et de deux prêtres, Alexis profite de cette assignation à résidence pour vivre plus intensément la vie communautaire. « Privés de sorties plus régulières, nous en profitons pour intensifier les moments de prière qui rythment nos journées », ajoutant que c’est aussi l’occasion d’exercer la charité envers son prochain avec plus de force : « La charité s’exerce en multipliant les attentions. Elle s’incarne dans de multiples détails », souligne-t-il.

À l’approche de Noël, Alexis profite également de ce temps qui lui est donné pour se replonger dans quelques livres où il pioche des histoires inspirantes, notamment des épisodes de la vie de Charles de Foucauld, sainte Thérèse de Lisieux ou encore Paul Claudel, dont certaines expériences fondatrices de leur vie se sont déroulées à la période de Noël.

« Annoncer l’Évangile en direct, ça manque ! »

Si le confinement n’a pas radicalement bouleversé le quotidien, les cours sont maintenus par visio-conférence pour poursuivre la formation académique, Alexis déplore la suspension des activités autour de la période de Noël et le manque d’interaction sociale avec l’extérieur. Lui-même enseigne le catéchisme à des élèves de CM2, et cela fait plusieurs mois qu’il n’a pas eu l’occasion d’échanger en direct avec eux. Mais soucieux de poursuivre l’enseignement, il envoie régulièrement des cours par emails aux parents qui le remercient en retour. « Je vais leur préparer un programme sur la période de Noël très bientôt mais annoncer l’Évangile en direct, ça manque ! », nous confie-t-il.




Lire aussi :
Moi séminariste, ce que m’a appris le confinement

Mission majeure de la période de l’Avent, l’évangélisation de rue, que les séminaristes ont l’habitude d’organiser en décembre, est officiellement annulée et sans doute reportée au mois de mars ou d’avril. Alexis, qui est attaché à cette mission de Noël, y voit l’occasion de se rapprocher du « peuple de Dieu ». Organisée à l’origine sur le parvis de Notre-Dame de Paris, puis à Saint-Eustache depuis l’incendie, cette mission d’évangélisation, qui dure deux jours, est un moment béni pour rencontrer les gens et leur rappeler le message de Noël. « En décembre, les gens sont focalisés sur la liste des cadeaux ou la préparation du dîner du 24 décembre… par notre présence, nous voulons leur rappeler, l’essentiel : la joie et la grâce de Noël. »

« La particularité d’un chrétien, c’est d’avoir un regard d’espérance »

Mais si la mission de Noël est annulée, « le moral est toujours là assure Alexis, et notre retraite de l’Avent est heureusement bien maintenue ! » Un moment essentiel pour se « repositionner », indique le jeune séminariste. Pendant une semaine, ils partent tous ensemble au foyer de la Charité de Tressaint, pour discerner et réfléchir à la venue au monde du Christ.

La naissance du Christ au cœur de l’hiver n’est pas anodine. Le Sauveur apparaît dans une période froide, alors que tout est à l’arrêt, comme aujourd’hui à l’heure du confinement. La symbolique est forte.

Avec le confinement, cette réflexion est d’autant plus riche de sens pour Alexis. « La naissance du Christ au cœur de l’hiver n’est pas anodine. Le Sauveur apparaît dans une période froide, alors que tout est à l’arrêt, comme aujourd’hui à l’heure du confinement. La symbolique est forte. » Comparant le confinement au désert, Alexis y voit l’occasion de laisser Dieu s’adresser à nous : « Le désert, c’est le moment où Dieu s’adresse à son peuple pour le conduire à la vie. La particularité d’un chrétien, c’est d’avoir un regard d’espérance. Nous n’avons pas seulement l’espoir que les lendemains soient meilleurs, mais nous savons voir les merveilles que Dieu a fait dans l’histoire et dans notre propre vie. Cette espérance permet de vivre dans la joie. »

Alexis mesure la chance qu’il a de pouvoir assister quotidiennement à la messe au séminaire et assure sa communion spirituelle avec tous les chrétiens. « Nous ne faisons pas la messe pour nous, on la célèbre pour le peuple de Dieu. Quand on prie, on associe spirituellement les fidèles chrétiens qui sont privés de messe. C’est l’une de nos missions et nous la faisons le plus dignement possible », conclut-il.

En partenariat avec l’Œuvre des vocations 

Tags:
Confinementseminaire
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
WOMAN,PRAYING,PRAYER
Claire Guigou
Six clés pour comprendre l'ouverture aux femm...
FIV
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : les évêques invitent à quatre ve...
Rachel Molinatti
La vidéo de ce couple d'octogénaires va faire...
COUPLE, LOVE, SMILE
Edifa
Comment faire renaître la flamme de l’amour d...
D'CRUZ FAMILY
Cerith Gardiner
Ensemble, ils ont 1.042 ans : le secret de la...
Rachel Molinatti
Neige à Madrid : il sculpte un immense Christ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement