Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 23 mai |
Saint Didier de Vienne
Aleteia logo
Décryptage
separateurCreated with Sketch.

La novlangue à la conquête de la bioéthique ?

FIV

© RusAKphoto - shutterstock

Christine Pellen - Gènéthique - publié le 20/11/20

Les mots ont un sens. Une évidence ? Quand il s’agit de bioéthique, le vocabulaire s’emploie à remettre le concept de novlangue au goût du jour.

Dans son roman intitulé 1984, George Orwell invente la « novlangue ». Un langage pour empêcher la pensée. Parmi les exemples célèbres, on trouve : « La guerre c’est la paix », « la liberté c’est l’esclavage », ou encore « l’ignorance c’est la force ». Les concepts sont inversés, la réflexion rendue impossible. Dans le domaine de la bioéthique, le champ lexical est un vaste domaine d’observation. Des termes changent alors que la réalité demeure et les mots semblent utilisés à contre-emploi. Certains apparaissent quand d’autres sont effacés.

Des mots nouveaux, des contresens

Ainsi en est-il de la filiation. La « gestation pour autrui », expression habituellement utilisée pour désigner la pratique par laquelle on demande à une femme de porter un enfant qui ne sera pas le sien, est venue remplacer la « maternité de substitution ». Même réalité, point de vue différent. L’accent n’est plus mis sur le rôle de mère que l’on délègue, mais sur le processus biologique à visée « altruiste ». Et la « femme porteuse », réduite à un utérus, vient remplacer la « mère porteuse » qu’une affection peut encore relier à l’enfant. Et finalement, on réfute un très controversé « droit à l’enfant » pour mettre en avant un « droit à faire des enfants » (Jean-Louis Touraine) qui n’est plus négociable.


PREGNANT WOMAN

Lire aussi :
Pourquoi l’Église refuse-t-elle la pratique des mères porteuses ?

De même que chaque année le dictionnaire intègre de nouveaux mots dans ses pages, les débats autour de la révision des lois de bioéthique créent de nouveaux concepts. À l’occasion de la discussion d’un amendement visant à autoriser plusieurs enfants issus d’un même don de gamètes à se retrouver, Coralie Dubost, rapporteur LREM du projet de loi, avait expliqué qu’elle voulait éviter de parler de demi-frère ou de demi-sœur, leur préférant le terme de « demi-génétique ».

« Médical »

Mais d’autres domaines de la bioéthique ne sont pas en reste. Le terme « médical » signifie « qui a rapport à la médecine », c’est-à-dire à la « science ayant pour objet la santé, [l’]art de prévenir et de traiter les maladies », selon la définition de l’Académie française. Pourtant, on parle d’aide « médicale » à mourir pour des patients dont le décès n’était pas toujours prévu à brève échéance, ou encore d’interruption « médicale » de grossesse. Qu’en penserait Hippocrate ? 


SYRINGE

Lire aussi :
Pays-Bas, Belgique, Suisse… L’incontrôlable « pente glissante » de l’euthanasie

« Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde », écrivait Albert Camus. Et quand la réalité s’efface derrière des sigles — PMA, GPA, IVG, IMG… — est-ce que ce n’est pas notre conception du monde qui s’emmêle ?

Tags:
BioéthiqueEuthanasieGPASociété
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-exister-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement