Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 23 novembre |
Saint Clément Ier
home iconActualités
line break icon

Communion : à Lyon, on cherche encore la "bonne formule"

HOSTIE COMMUNION

Bérengère Dommaigné - Publié le 17/11/20

Tandis que les messes publiques demeurent interdites, des paroisses catholiques s’organisent pour que les fidèles aient accès à la communion eucharistique le dimanche. À Lyon, le diocèse a laissé la liberté aux prêtres de l’organiser à leur guise, avec plus ou moins de succès. Pas simple pour eux de répondre à cette attente, entre le "dû" et le "besoin".

Lancée lors du premier confinement, la chaîne YouTube de cette paroisse lyonnaise a été réactivée rapidement pour ce deuxième confinement. Et depuis deux semaines maintenant, le curé tente de répondre à la demande des paroissiens de participer malgré tout à l’Eucharistie le dimanche. « Lors des annonces à la fin de la première messe en ligne, nous avons invité nos paroissiens à venir dans l’après-midi, pour vivre un temps d’adoration, de confession, et avoir la possibilité de communier », explique ce curé d’une paroisse populaire. Et dimanche, tout au long de l’après-midi, des paroissiens venus séparément ou en famille ont pu communier, dans la chapelle attenante, après la lecture de l’Évangile et la récitation du Notre Père.

Que l’église ne devienne pas « un drive »

Une « formule » qui a touché Caroline, venue avec son mari et ses deux filles. « Nous avons suivi la messe le matin derrière l’écran, puis profitant de notre heure de sortie l’après-midi, c’était un bel objectif de balade d’aller en famille prier et communier, une sorte de temps supplémentaire tourné vers Jésus en ce beau dimanche ensoleillé ». La semaine suivante, le curé a fait une autre proposition à ses paroissiens « youtubers » en leur disant de venir dès la fin de la diffusion en ligne, ouvrant pour l’occasion les quatre églises de sa paroisse.


Comunion masquée - Covid

Lire aussi :
Communion, messe, célébration à la maison… ce que je peux faire (ou pas)

Mais cette fois, ce sont les prêtres qui sont moins convaincus, par le peu de présence dans certaines églises ou par la difficulté d’organisation dans d’autres. « J’avoue avoir été moins à l’aise, car même si les gens restaient très respectueux, ils venaient juste communier puis repartaient rapidement pour le déjeuner », confie un autre prêtre, qui ne souhaite pas que l’église devienne « un drive ». Car tous les prêtres s’accordent sur une chose, on ne peut pas dissocier la communion de la communauté. « Communier, c’est les autres », témoigne encore ce curé qui rappelle comment Pier Giorgio Frassati, qui communiait chaque jour, allait systématiquement voir ensuite  un pauvre ou visiter un malade.

Du côté du diocèse de Lyon, les consignes ont été très claires, grande liberté est donnée à chaque prêtre. Certains choisissent d’organiser, en fonction de leurs paroissiens, des aménagements adaptés et respectueux, d’autres ne proposent rien dans leur église mais se déplacent notamment pour aller visiter les malades et les personnes âgées. 

Si une certaine liberté est donnée aux prêtres pour la communion, l’une des principales inquiétudes qui surgit dans cette période délicate reste la division des catholiques. Comme le souligne ce prêtre lyonnais, « notre plus gros souci reste la division de l’Église. Comme curé, je dois tout faire pour que mes paroissiens ne se jugent pas entre eux, critiquant la démarche des uns ou l’inertie des autres. Personne n’a la bonne réponse, chacun fait comme il peut, mais tous, nous devons avoir à cœur de porter profondément l’unité et non la division ». 


web2-eucharistic-adoration-godong-fr002697a.jpg

Lire aussi :
Adoration eucharistique : dix étapes pour accéder à la communion spirituelle

Tags:
CommunionMesseReconfinement
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Messe publique en France - Lyon
Agnès Pinard Legry
Reprise des messes : ce que l'on sait du futu...
Henri Quantin
Face à l’épidémie, êtes-vous thespien ou bocc...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement