Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 05 décembre |
Saint Gérald
home iconSpiritualité
line break icon

Faut-il éviter de parler du péché ?

faut-il éviter de parler du péché

© Caroline

Jeanne Larghero - Publié le 14/11/20

Le refus de voir son péché, qui ramène tout à soi, est un évitement de sa capacité à aimer totalement et librement, grâce à la miséricorde de Dieu.

Le mot même de « péché » a une cote de popularité assez basse. Il véhiculerait un imaginaire sulfureux et accusateur : les prédicateurs fous qui tonitruent des « repentissez-vous » dans de grands tournoiements de manches, les vieilles dames au confessionnal qui, dans les dessins de Sempé, listent minutieusement les péchés… de leur mari, et, en toile de fond peu réjouissante, les flammes de l’enfer. Il est évident que moins on entend parler du péché, moins on comprend le sens du sacrement de Réconciliation : pourquoi aller présenter à la miséricorde du Seigneur ce dont on nierait l’existence ?

Une réalité quotidienne

On pourrait imaginer que les confessionnaux se sont vidés parce que nous serions devenus parfaits : plus rien à raconter d’autre que nos bonnes actions ! Et comme nous sommes parfaits et que nous n’aimons pas nous vanter… ne dérangeons pas un prêtre inutilement ! Malheureusement cette hypothèse séduisante ne semble pas des plus réalistes. La violence est à nos portes, elle trace sa route dans nos familles, les salles de classes, dans les quartiers de nos villes ou sur les parvis de nos églises, elle prend racine où bon lui semble et frappe où on ne l’attend pas, mais à chaque fois une chose est sûre : on y retrouve une décision et une main humaine. Le péché, quel que soit le nom qu’on lui donne, reste une réalité quotidienne pour les individus et pour les sociétés.


PRIEST, CONFESSION, MAN

Lire aussi :
Confession : doit-on dire au prêtre tous ses péchés ?

Or si l’Évangile lui-même accorde une grande place au péché, ce n’est pas pour dresser la liste des interdits à ne pas transgresser, menaces et punitions à l’appui. Non, c’est même l’exact opposé : Jésus est le Sauveur. Il donne par sa croix et sa résurrection la victoire définitive sur le péché du monde : c’est toujours la grâce, la miséricorde de Dieu, sa puissance de guérison, son pouvoir incontestable sur les forces du mal en nous et en dehors de nous, qui occupent le centre du tableau. Il est question du péché pour que jamais nous n’hésitions à tourner notre cœur vers Jésus qui pardonne, nous remet debout, restaure notre confiance en nous, nous libère de nos idées noires, nous fait reprendre courage et énergie, nous redonne accès à la paix intérieure que chantent les psaumes.

La vérité devient « ma vérité », la justice est érigée en « ma justice », voilà la source de tout péché.

Il ramène tout à soi

Ainsi, l’évitement d’une telle question nous prive de l’accès à notre propre cœur, là où se joue un mystère insondable. Il y a en nous une zone secrète, et nous le pressentons souvent, d’où procède le bien et le mal, une zone où notre liberté rejoint notre capacité d’aimer. C’est au sein de cette zone intime que le « je m’aime » que nous devrions tous pouvoir dire, se retourne en « je n’aime que moi ». L’amour sain, spontané et naturel que nous devons nous porter et qui nous rend capable d’aimer les autres s’enroule sur lui-même, et nous brouille la vue. Ce repliement sur soi n’empêche pas forcément d’être très actif, et même activiste ! Mais il ramène tout à soi : contrairement à la charité ouverte et généreuse, il recherche toujours au fond son intérêt, son plaisir, son exaltation. La vérité devient « ma vérité », la justice est érigée en « ma justice », voilà la source de tout péché.

Alors, n’hésitons pas faire entrer la lumière, à restaurer par la confession cet élan véritable du cœur qui nous pousse à aimer : connaître notre péché et oser en parler est la voie qui nous apprend à nous aimer pour de vrai, à nous aimer comme Dieu nous aime.


CONFESSION

Lire aussi :
Comment le sacrement de la confession fortifie la foi

Tags:
confessionpéchés
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
La rédaction d'Aleteia
Benoît XVI : "Le Seigneur m’a retiré la parol...
EMMANUEL MACRON
Henri Quantin
Les catholiques sont des "citoyens exemplaire...
groupe de louange
La rédaction d'Aleteia
Humour : et vous, "parlez-vous le catholique"...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement