Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saint Clément Ier
home iconDécryptage
line break icon

"Les Arméniens continuent de fuir le Haut-Karabakh"

Antoni Lallican / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Timothée Dhellemmes - Publié le 12/11/20

Chargée de mission pour l'Œuvre d'Orient, Eglantine Gabaix-Hialé vient de passer onze jours en Arménie où des déplacés affluent quotidiennement pour fuir les combats dans le Haut-Karabakh. L’atmosphère oscille entre le soulagement de voir un carnage prendre fin et la déception d’avoir été défait sur le plan militaire. "Pour l’instant, c’est l’incertitude totale et les Arméniens ne savent pas s'ils vont pouvoir retourner chez eux", souffle-t-elle. 

Aleteia : Comment les Arméniens ont-ils réagit à l’annonce du cessez-le-feu ?
Eglantine Gabaix-Hialé : J’étais à Erevan lorsque le cessez-le-feu a été annoncé, en pleine nuit, vers 1 heure du matin. Il y a d’abord eu un concert de klaxons, que j’ai pris pour une manifestation de joie, puisque la guerre était terminée. C’est ensuite que j’ai compris qu’il s’agissait d’une contestation virulente. Les manifestants se sont attaqués au Parlement et à d’autres édifices gouvernementaux.

Les Arméniens n’acceptent pas ce cessez-le-feu.

Le lendemain, les gens étaient hébétés. Jusqu’à présent, on leur avait répété que cette guerre était gagnable. Ils étaient choqués de voir qu’ils avaient perdu, et que beaucoup de très jeunes soldats étaient morts pour rien. Ils ont l’impression d’avoir été dupés par le Premier ministre, et que cet accord était en réalité sur la table depuis longtemps. Les Arméniens n’acceptent pas ce cessez-le-feu, même si certains sont soulagés de voir fils et maris revenir. L’atmosphère oscille entre le soulagement de voir un carnage prendre fin et la déception d’avoir été défait sur le plan militaire.




Lire aussi :
Haut-Karabakh : après le cessez-le-feu, une population abandonnée

Que sont devenus les chrétiens qui vivaient à Chouchi, ville stratégique du Haut-Karabakh, toute proche de la capitale, officiellement passée sous contrôle de l’Azerbaïdjan ?
Sur les 150.000 habitants du Haut-Karabakh, 90.000 sont partis, au bas mot. Toute la population civile de Chouchi a été évacuée, sauf les plus âgés ou ceux qui ne pouvaient pas quitter leurs maisons. La plupart des personnes ont fui au tout début de la guerre. Ils sont partis dans des conditions très précipitées, sans rien, à pied. Il n’y a que les femmes et les enfants, puisque les hommes étaient au front. A Gyumri où j’étais, les sœurs de l’Immaculé Conception ont accueillis une quarantaine de réfugiés dans leur orphelinat. Tous les hôtels ont ouvert leurs portes gratuitement. Dans les familles, certains ont été accueillis dans les villages, où il y a une solidarité très forte. Aucun de ces déplacés n’est à la rue.

Les déplacés envisagent-ils de retourner chez eux, dans le Haut-Karabakh ?
Pour l’instant, ils sont sous le choc de cette annonce de cessez-le-feu. La plupart disent qu’ils veulent y retourner. Le problème, c’est de nombreuses maisons sont détruites.

De nombreuses femmes se retrouvent souvent seules, avec quatre ou cinq enfants à charge.

Dans certaines familles, le père de famille est mort au front ou gravement blessé. De nombreuses femmes se retrouvent seules, avec quatre ou cinq enfants à charge. Pour l’instant, c’est l’incertitude totale, elles ne savent pas dans quelles conditions elles peuvent ou non retourner dans le Haut-Karabakh. Encore aujourd’hui, des Arméniens continuent de fuir le Haut-Karabakh, car ils ne veulent pas vivre trop près des Azéris.


RUSSIA-ARMENIA

Lire aussi :
Haut-Karabakh : un cessez-le-feu mais pas la fin du conflit

Comment s’organisent les secours ?
On ne peut pas parler de secours humanitaire à proprement parler, parce qu’il n’y a pas d’organisation internationale sur place. Les églises apostoliques et catholiques font un gros travail, ainsi que la Caritas Arménie. Ce sont surtout les gouverneurs des régions qui prennent en charge les personnes déplacés, en les enregistrant, en leur attribuant des lieux où ils peuvent aller et en gérant toute la distribution de nourriture et des produits de première nécessité. Finalement, tout le monde est pris en charge. Les gens ne sont pas isolés : soit ils dépendent d’une communauté religieuse qui les nourrit, les loge et leur donne de quoi acheter ce dont ils ont besoin pour vivre, soit ils sont pris en charge par la mairie ou le gouvernorat.

Quelle est l’ampleur des dégâts humains et matériels de ces six semaines de conflit ?
Sur le plan humain, les chiffres sont assez imprécis. On parle de 1.300 décès chez les Arméniens, sachant que ceux qui sont morts du côté azéri ne sont pas comptabilisés, puisqu’on ne peut pas récupérer les corps.  Donc c’est à priori sous-évalué. Il y a aussi beaucoup de disparus. Du côté Azéri, on suppose que les pertes humaines sont à peu près équivalentes.


SHUSHA CATHEDRAL KARABAKH

Lire aussi :
Haut-Karabakh : un effroyable bilan humain

Tags:
armenieguerreHaut-Karabakh
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement