Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 04 décembre |
Sainte Barbe
home iconSpiritualité
line break icon

Communier en dehors de la messe, c'est possible !

TATJANA SPLICHAL | DRUŽINA

Agnès Pinard Legry - Publié le 10/11/20

L’Église catholique prévoit depuis longtemps un rituel qui permet aux fidèles d'avoir accès à la communion quand ils sont empêchés d'assister à la messe. Eléments d’explication avec Bernadette Mélois, directrice du Service national de pastorale liturgique et sacramentelle (SNPLS) de la Conférence des évêques de France.

Alors que les messes publiques sont suspendues pour tenir compte de la situation sanitaire, de nombreux prêtres et fidèles s’interrogent sur la possibilité de donner et recevoir la communion. Dans son Rituel de l’eucharistie en dehors de la messe, l’Église prévoit bien un « rite bref » qui permet aux fidèles de recevoir la communion eucharistique lorsqu’une célébration communautaire n’est pas possible. « Une situation dans laquelle nous nous trouvons actuellement », explique à Aleteia Bernadette Mélois, directrice du Service national de pastorale liturgique et sacramentelle (SNPLS).

Le déroulement de ce rite bref « permet de donner la communion aux fidèles et établit le lien qu’il y a entre la célébration sacramentelle eucharistique et le fait de donner la communion en dehors de la messe dans la mesure où les circonstances ne permettent pas de s’y rendre » souligne-t-elle. Une façon de prolonger par la communion une célébration de la parole de Dieu que Aleteia vous propose chaque dimanche, célébration domestique vivement encouragée par l’Église dans les circonstances actuelles.


EUCHARYSTIA

Lire aussi :
Le rituel pour recevoir la communion en dehors de la messe

La communion est donc « possible », mais pas à la façon d’un « click and collect ». On retrouve dans le rite qui dure quelques minutes à peine « certains éléments importants de la célébration de la messe, notamment la lecture de la Parole de Dieu et le Notre Père », souligne Bernadette Mélois. Y a-t-il des conditions pour accéder à ce rite ? « Non, il tient en lui-même », reprend-t-elle. Si certains prêtres s’interrogent sur le fait de donner la communion après un temps d’adoration, Bernadette Mélois rappelle qu’il s’agit du rituel officiel de l’Église, c’est-à-dire que « ce rite régule la distribution de la communion en dehors de la messe, il donne les normes, le cadre liturgique pour le faire ». Un cadre qui est donc à privilégier.

Une « vraie » communion, mais pas de distribution à la chaine

À ceux qui se demandent s’il s’agit d’une ‘vraie’ communion, la réponse est oui. « C’est une communion sacramentelle », assure la directrice. « Étant donné que les conditions actuelles, la crise sanitaire, ne permettent pas aux fidèles de pouvoir participer à la messe et recevoir la communion, l’Église prévoit de pouvoir donner la communion sacramentelle avec ce rite ».

Ce rite bref se célèbre généralement avec un ou deux communiants. Il est possible d’être un peu plus nombreux mais certainement pas au-dessus de dix personnes. « Si le groupe est un peu plus important on passe à une célébration communautaire et ce n’est, actuellement, pas possible ». Le prêtre peut le célébrer deux fois dans la journée, par exemple, l’idée étant « que ce rite ne soit pas pratiqué à la chaine, il ne s’agit pas d’une distribution automatique », reprend Bernadette Mélois. Si certaines personnes voudront communier, d’autres préféreront le jeune eucharistique. De la même manière certains privilégieront uniquement une célébration domestique à la maison tandis que d’autres la feront suivre d’un déplacement à l’église pour recevoir la communion dans le cadre de ce rite. L’essentiel est « de ne pas perdre de vue que l’Église prévoit ce rite pour manifester l’amour que l’on porte au sacrement de l’eucharistie mais que ce rite n’est pas non plus une obligation ».


Comunion masquée - Covid

Lire aussi :
Communion, messe, célébration à la maison… ce que je peux faire (ou pas)




Lire aussi :
Messe à la télévision ou célébration à la maison ?

Tags:
Communioneucharistieliturgie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Sauvetage Kevin Escoffier Vendée Globe
Timothée Dhellemmes
"Ta vie était plus importante que notre Vendé...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement