Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 02 décembre |
Sainte Bibiane
home iconTribunes
line break icon

Constitution : les lois de la République sont-elles supérieures à la conscience ?

Jo Bouroch / Shutterstock

Le Sénat, à Paris, le 11 juin 2019.

Louis Manaranche - Publié le 29/10/20

Dans le but de lutter contre le communautarisme, le Sénat a adopté une proposition de loi visant à inscrire dans la Constitution « la prééminence des règles de la République ». Mais qu’en sera-t-il de l'inviolabilité et la souveraineté de la conscience ?

« Nul individu ou nul groupe ne peut se prévaloir de son origine ou de sa religion pour s’exonérer du respect de la règle commune. » Le Sénat a fait montre d’un esprit républicain clair et conséquent par l’adoption de cet amendement qui pourrait bientôt faire partie de notre Constitution. Il est heureux que soit explicitement rappelé que la loi est universelle et vise un bien commun à tous, sans exception. Nulle communauté n’existe en tant que telle dans la République si ce n’est celle des citoyens, libres et égaux en droits et en dignité.

Si les chrétiens peuvent regretter que, dans l’histoire de la République et tout particulièrement depuis la persécution originelle menée contre les fédéralistes sous la Terreur, le principe de subsidiarité ait été quelque peu malmené, ils ne peuvent en revanche que consoner avec l’idée que le juste n’est pas le fruit d’une simple négociation, voire d’un rapport de force, sur des fondations particulières.

La souveraineté de la conscience

Pour autant, il y a un point de vigilance à ne pas perdre de vue : celui d’une authentique liberté de conscience. À l’école de Thomas More ou encore de Jeanne d’Arc, hérauts de la conscience libre face aux autorités temporelles et spirituelles, les chrétiens savent que celle-ci n’est pas violable. Rien n’oppose a priori la liberté de conscience au respect scrupuleux de la loi civile, mais, en certains domaines sensibles que tous connaissent, il peut y avoir une réelle difficulté.

Il convient alors que la République reconnaisse à chaque citoyen la possibilité de faire valoir l’inviolabilité et la souveraineté de sa conscience face aux options éthiques les plus sensibles. Il n’y a là aucun communautarisme, ni aucune revendication religieuse : toute protestation de la conscience libre ne peut s’exprimer que dans le cadre et les limites de la raison commune à tous, dans le respect d’une saine laïcité. En contrepartie, il convient de ne pas discréditer l’appel à la conscience comme l’expression contournée et hypocrite d’une loi religieuse qui réclamerait la primauté sur la loi civile. Il y aurait là une brèche dans le pacte républicain qui pourrait fragiliser durablement celui-ci…




Lire aussi :
« Les lois de la République font-elles le poids face à la Loi divine ? »

Tags:
consciencePolitiquerepublique
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Mgr Marc Aillet
Reprise des messes : César n’est pas Dieu
Soizic et Marin de Vasselot
Claire de Campeau
Le Fournil Bethléem : la reconversion d'un co...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement