Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 04 décembre |
Sainte Barbe
home iconSpiritualité
line break icon

C’est la Toussaint, contemplons le sourire des saints

© DR

Mère Teresa.

Henri Quantin - Publié le 28/10/20

La joie des saints est une joie attirante. Si leur sourire n’est jamais complaisant, car il déteste le mal, il est le signe du bonheur que Dieu veut pour chacun d’entre nous.

« Il n’y a qu’une tristesse, c’est de n’ÊTRE PAS DES SAINTS. » Que tirer de la fameuse formule de Léon Bloy, si ce n’est cette conclusion évidente : seuls les saints sont heureux ? Sommes-nous prêts à croire que Dieu veut notre bonheur et que la sainteté est plénitude et non recoin austère ou piège pervers ? « Je ne suis pas un saint », dit-on parfois. Derrière l’apparente humilité se cache souvent une complaisance pour nos travers, nos bien-nommés « péchés mignons ».




Lire aussi :
La « to do list » pour devenir saint

« Je ne suis pas un saint » signifie alors « je suis un type cool, qui sait s’amuser, pas une face blême complexée ». Triste image de la sainteté, qui fait de l’union amoureuse à Dieu une menace pour notre bonheur. Aucun péché n’est mignon, car tous défigurent le visage lumineux que Dieu veut pour nous. Étonnante servitude volontaire : nous tenons à ce qui nous asservit et craignons ce qui nous libère.

La joie du frère Luc

Priées de fournir des photos de leur petite sœur Thérèse de Lisieux, les filles Martin avaient cru bon de dissimuler celles où elle souriait. Elles croyaient ainsi faire avancer la cause de béatification de leur sœur, en montrant que c’était une fille sérieuse. Heureusement, le sourire de la sainte du « Tout est grâce » nous a été rendu. Oui, les saints peuvent avoir le sourire. Dans le film Des hommes et des dieux, le visage espiègle du frère Luc, que la mort de Michaël Lonsdale a remis récemment en lumière, le rappelle délicatement à ses frères d’agonie. Avouons que face à cette enfance continuée et à cette offrande de soi pudique et amusée, le volontarisme un peu crispé du frère Christian, tel que le jouait du moins Lambert Wilson, peinait davantage à convaincre de la joyeuse union à Dieu du martyr.


pope John Paul ii

Lire aussi :
Le chemin le plus rapide pour devenir saint selon Jean Paul II

Tout sourire n’est pas saint pour autant. Ernest Hello, l’un des maîtres de Léon Bloy, nous invite à ne pas confondre compassion et complicité : « Le saint véritable a la charité ; mais c’est une charité terrible qui brûle et qui dévore, une charité qui déteste le mal, parce qu’elle veut la guérison. Le saint que le monde se figure aurait une charité doucereuse, qui bénirait n’importe qui et n’importe quoi, en n’importe quelle circonstance. Le saint que le monde se figure sourirait à l’erreur, sourirait au péché, sourirait à tout, sourirait à tous… ». De fait, le sourire mielleux nous veut rarement du bien et le Christ ne sourit guère aux pharisiens.

Tout est possible à Dieu

À nous, alors, de garder le sourire quand un saint véritable nous tire vers le haut, au lieu de flatter nos petits arrangements avec le mal. N’oublions jamais que Dieu veut notre sainteté. « Trop dur pour moi », dira-t-on. Bien sûr, mais pas impossible à Dieu si nous le laissons faire sans résistance. Chantons tant que nous voulons « Je ne suis pas un héros », mais croyons que Dieu est plus grand que notre cœur. Maximilien Kolbe, Teresa de Calcutta, Jean-Marie Vianney : aucun n’est né avec un capital-sainteté supérieur au nôtre. Pour ne pas fêter la Toussaint en vain, demandons au Seigneur de faire de nous des saints. Le monde a plus que jamais besoin d’hommes et de femmes qui savent d’où vient leur sourire.

Découvrez ces saints qui nous ressemblent :


PETITE FILLE PRIANT AU CIMETIERE

Lire aussi :
À la Toussaint, des fleurs, du marbre et de l’amour

Tags:
L'école des saintstoussaint
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
saint sulpice messe
Agnès Pinard Legry
Une nouvelle jauge "contraignante" mais "appl...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Sauvetage Kevin Escoffier Vendée Globe
Timothée Dhellemmes
"Ta vie était plus importante que notre Vendé...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement