Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 20 mai |
Saint Bernardin de Sienne
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Mon enfant dit des gros mots, comment réagir ?

Article réservé aux membres Aleteia Premium
shutterstock_1309144948.jpg

fizkes I Shutterstock

Mathilde de Robien - publié le 27/10/20 - mis à jour le 22/01/24

S’il est normal qu’un enfant répète des grossièretés apprises à l’école, il s’avère important de réagir, d’autant plus lorsque les gros mots dépassent la sphère des « copains » ou de la fratrie et visent les parents.

Même si vous, parents, demeurez exemplaires en matière de gros mots (ce qui n’est pas toujours évident), inévitablement, arrive un jour où vos charmants enfants rapportent de l’école des injures dont vous ignoriez parfois l’existence, selon le niveau de grossièreté… Jusque-là, pas d’inquiétude : « Apprendre des gros mots dans la cour de récréation, c’est normal ! », explique à Aleteia Laure Dezert, psychologue clinicienne en région parisienne spécialisée en parentalité, elle-même mère de famille. « Dire des grossièretés à l’école est une manière de s’intégrer dans le groupe. Celui ou celle qui ne dit pas de gros mots est considéré comme une sainte nitouche. Les parents doivent avoir cette dimension en tête : un enfant, qui plus est un adolescent, n’a aucune envie de se faire ostraciser ». Ceci étant dit, s’il est habituel et prévisible qu’un enfant apprenne et répète des gros mots, incombe aux parents la responsabilité de les réguler, voire de sanctionner, selon une juste autorité.

Bannir les gros mots : bien plus qu’une question de politesse

Dire ou ne pas dire de gros mots n’est pas qu’une simple histoire de politesse. Certes on dira d’un enfant qui s’exprime correctement qu’il est poli et bien élevé, mais cette attention au vocabulaire va beaucoup plus loin. Elle participe à la construction sociale de l’enfant et à sa place dans la lignée des générations. Construction sociale dans la mesure où dès son plus jeune âge, l’enfant vit en groupe, d’abord au sein de sa famille, premier lieu où s’acquiert le respect de l’autre. Ne pas traiter son frère ou sa sœur de tous les noms, c’est un premier pas vers le respect de la dignité de son prochain.

En réagissant aux gros mots, il s’agit aussi de faire comprendre à l’enfant la différence des générations : « On ne peut pas dire la même chose à ses copains d’école, à ses frères et sœurs, et à ses parents, souligne Laure Dezert. Si un parent peut reprendre un enfant qui insulte son frère en lui disant simplement ‘il y a d’autres façons de parler à ton frère’, une réaction forte est en revanche nécessaire si un enfant insulte son père ou sa mère ». Une manière d’affirmer la place du père, ou de la mère, et son autorité en tant que parent, non pas selon une logique autoritaire ou patriarcale, mais en vue à la fois du bien de l’enfant et du bien commun.

Vers la recherche du bien commun

Gros mots et bien commun. Quel est le rapport entre ces deux notions ? Pour Laure Dezert, il y en a bien un. Ne pas accepter de gros mots venant de son enfant, c’est une manière de servir le bien commun. Le bien commun est en effet la recherche du bien de l’ensemble du groupe en même temps que celui des individus. En sanctionnant, ou tout du moins en réagissant aux grossièretés lancées par son enfant, non seulement on le fait grandir, mais on défend également la position de l’adulte et de l’autorité qui lui revient. « On fait grandir son enfant, qui, par la frustration, va dépasser le stade pulsionnel, et accéder à un autre niveau, plus constructif, tout en restaurant la notion de respect et de juste autorité, qui fait cruellement défaut aujourd’hui », précise la psychologue.

Par la notion de juste autorité, elle entend celle définie par Fabrice Hadjadj, celle qui redonne au père son rôle de père tout simplement parce qu’il est père (et non expert). En effet, pour le philosophe, le lien éducatif se fonde sur une “autorité sans compétence”, malgré ses failles et ses faiblesses. “L’autorité sans compétence a une valeur en soi, et même une valeur sans prix”, expliquait Fabrice Hadjadj à l’occasion du Grenelle de la Famille. “D’une part, le père y montre qu’il n’est pas le Père, qu’il est lui-même un fils, et donc qu’il doit avec son fils se tourner vers une autorité plus haute que la sienne. D’autre part, puisque son autorité ne vient pas d’une compétence, mais d’un don, le père ne peut pas faire de l’enfant sa créature, et essayer de le valoriser sur sa propre échelle de valeur : il doit l’accueillir comme un mystère. Et c’est cela l’autorité la plus profonde”.

Lisez cet article
gratuitement
En créant votre compte gratuitement vous pourrez accéder à l'ensemble des articles d’Aleteia, sans aucune limitation, ainsi que rédiger des commentaires.
Lire gratuitement en s'inscrivant
Déjà membre ?

Tags:
ÉducationEnfants
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP-2.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement