Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 28 novembre |
Sainte Catherine Labouré
home iconSpiritualité
line break icon

"La prière n'est pas un calmant" rappelle le pape François à l'audience

Antoine Mekary | ALETEIA

I.Media - Publié le 21/10/20

"La prière n’est pas un calmant pour atténuer l’anxiété de la vie", a déclaré le Souverain pontife lors de l’audience générale, ce mercredi 21 octobre. Établissant la prière comme "le centre de la vie" et le "le salut de l’être humain", l’évêque de Rome a précisé qu’elle ne devait pas être enfermée derrières les barrières des églises mais inonder toute la vie du chrétien.

La pontife argentin a poursuivi son cycle de catéchèses sur la prière des Psaumes dans la salle Paul VI du Vatican où il est apparu sans masque. Comme la semaine passée, il n’est pas allé saluer la foule de pèlerins pour des raisons sanitaires. Il a de nouveau expliqué qu’il voulait éviter que la foule se masse à son passage, risquant, in fine, de propager le coronavirus.

« Le pire service que l’on puisse rendre à Dieu et également à l’homme, est de prier avec lassitude », a affirmé le pontife dans sa catéchèse sur les Psaumes. Il a par ailleurs souligné que la prière ne devait pas être instrumentalisée. Elle « n’est pas un calmant pour atténuer l’anxiété de la vie » ni une action « faite seulement pour être admirée par les autres », a-t-il insisté, ajoutant que, « de toutes façons, une prière de ce genre n’est sûrement pas chrétienne ».

Au contraire, pour le successeur de Pierre, la prière est « le salut de l’être humain » et doit devenir « le centre de la vie ». Citant le « Notre Père », le pape François a affirmé que le Psautier était aussi une grande école pour apprendre à prier. Certes, les Psaumes n’utilisent pas toujours des paroles « raffinées et gentilles ». En réalité, ils portent « les cicatrices de l’existence ». Mais la prière du chrétien peut puiser et se nourrir dans celle du peuple d’Israël.

Dieu ne supporte pas l’athéisme.

Le 266e successeur de Pierre a ensuite mis en garde contre la tentation de cantonner la prière derrières les portes des églises. Il a ainsi exhorté les chrétiens à faire commencer leur prière « dans la pénombre d’une nef, mais ensuite, [de la faire se terminer] dans les rues de la ville ». Et vice versa  : « elle peut germer pendant les occupations quotidiennes et arriver à son accomplissement dans la liturgie ».




Lire aussi :
Les deux prières du pape François à découvrir dans Fratelli tutti

Enfin, le pape François a rappelé le lien qui doit absolument unir la prière et la charité. La prière des Psaumes doit aider le chrétien à ne pas tomber dans la « tentation de l’impiété », c’est-à-dire, « de vivre, et peut-être également de prier, comme si Dieu n’existait pas, et comme si les pauvres n’existaient pas ». Car « Dieu ne supporte pas l’athéisme de celui qui nie l’image divine qui est imprimée dans chaque être humain ». Insistant en ce sens, le pape a estimé que ne pas percevoir la marque de Dieu en chaque homme est « un sacrilège », « une abomination », « la pire offense que l’on peut faire au Temple et à l’autel ».

Il ne faut jamais faire taire un enfant qui pleure à l’église.

À l’issue de la catéchèse, le pape François a salué les pèlerins de langue française, et en particulier les pèlerins venus de Toulouse avec leur archevêque, Mgr Robert Le Gall. Devant eux, il a confié que « la prière des Psaumes est l’école de la vie avec Dieu et de la responsabilité vis-à-vis des personnes pauvres et vulnérables ».

En s’adressant aux Polonais, il a rappelé que sera célébrée demain la mémoire liturgique de saint Jean Paul II, en l’année jubilaire du centenaire de sa naissance. « Lui, un homme d’une profonde spiritualité, contemplait chaque jour le visage lumineux de Dieu dans la prière liturgique et la méditation des Psaumes », a-t-il témoigné.

Avant de commencer sa catéchèse, le pape François avait attiré l’attention de la foule sur les gestes d’une maman allaitant son enfant en pleurs. « Dieu agit avec nous comme cette mère », avait-t-il alors souligné en félicitant cette dernière pour son « témoignage ». La tendresse d’une mère est le symbole de « la tendresse de Dieu pour nous », avait-il commenté avant d’ajouter : « il ne faut jamais faire taire un enfant qui pleure à l’église, car c’est la voix qui attire la tendresse de Dieu ».




Lire aussi :
Le remède infaillible du pape François contre la pandémie

Tags:
Audience généralePape FrançoisPrièrepsaumesVatican
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement