Aleteia
Mardi 27 octobre |
Bienheureuse Emeline
Belles Histoires

Christophe et Estelle : "La simplicité de la mission nous ramène à la simplicité de la vie" (5/5)

@de la Foye

Christophe et Estelle de la Foye

Claire de Campeau - Publié le 17/10/20

À l’occasion de la semaine missionnaire, Aleteia vous invite à découvrir chaque jour le portrait d’un couple qui se met au service de son prochain de manière radicale. Christophe et Estelle de la Foye ont quitté leur confort rennais pour s’engager au sein de l’association Genèses, aidant des jeunes à trouver leur vocation.

Christophe de la Foye, 40 ans, ancien paysagiste, a quitté Rennes il y a trois ans pour venir s’installer en Bourgogne avec sa famille. Il est engagé au sein de l’association Genèses, dont il est aujourd’hui directeur. Une mission vécue en famille, avec le soutien inconditionnel de son épouse, Estelle, créatrice de robes de mariée. Rencontre avec un couple missionnaire qui s’est retrouvé, par les circonstances de la vie, chamboulé dans son confort et bouleversé dans son quotidien.

Accueillir et accompagner des jeunes en recherche de sens

« Ce n’était pas vraiment un choix pour moi, je l’ai suivi malgré moi, parce que nous sentions que cela était nécessaire », confie Estelle de but en blanc. Ayant tous deux grandi à Rennes, le ménage y a ses repères et y est très engagé au sein du scoutisme, de la paroisse, des écoles… D’un naturel très social, ils sont entourés de leurs familles et de chers amis. Leur vie semblait toute tracée, bien tracée. Depuis 2017, à l’aube de leurs 40 ans, ils ont pourtant établi leurs quartiers au cœur de la Bourgogne pour rejoindre l’association Genèses. Fondée par Augustin Meaudre, elle a pour objectif de « donner un cap et un élan à des jeunes complètement désorientés, souvent recroquevillés dans des paradis artificiels, chimiques ou virtuels… qui aujourd’hui ont tous repris la route. » Ces jeunes demeurent quatre mois dans un foyer en pleine campagne, alternant travail physique ou intellectuel et tâches quotidiennes. Des jeunes en service civique, des bénévoles et des volontaires viennent aider à l’encadrement.

Christophe reprend la direction de Genèses en 2019, convaincu par ce nouveau projet de vie, qu’il ne considère absolument pas comme un travail mais bien comme une vocation, une renaissance au service des autres : « Nous sommes là pour les faire grandir, les relancer, leur faire comprendre qu’ils ont reçus des talents, qu’ils ne sont pas seuls. » Ses journées se suivent et ne se ressemblent en rien : prière avec les jeunes, management, direction de la maison et des encadrants, formation et accompagnement des jeunes, mais aussi gestion de crises… En six ans, 75 jeunes ont été accompagnés. Christophe a pu suivre leur évolution après leur passage au foyer : 80% d’entre eux ont retrouvé un travail stable ou sont actuellement en formation.

Choix d’une nouvelle vie

Pourquoi un tel changement de vie ? En 2015, un violent accident de trente piqûres de frelons asiatiques a bouleversé l’existence de Christophe. L’année qui suit est particulièrement difficile, Christophe n’arrive plus à travailler, le traumatisme de l’accident est persistant. Il le ressent intrinsèquement : il a besoin de donner davantage de sens à son existence. C’est ainsi qu’il se retrouve à la tête d’un foyer d’une dizaine de jeunes hommes désorientés, arrivés comme Christophe « en panne », un peu perdus dans leur vie et ayant besoin d’un nouvel élan et d’un soutien. Son entreprise de paysagisme n’est pas laissée à l’abandon. Il en confie les rennes à un ancien drogué et exclu du monde du travail qu’il avait embauché quelques années plus tôt.




Lire aussi :
Comment une mission humanitaire convertit-elle le cœur ?

Estelle, de son côté, devient AESH (Accompagnants des Élèves en situation de handicap) au sein d’un établissement scolaire à Paray-le-Monial. La jeune femme confie : « Au début, cela n’a clairement pas été un choix pour moi, je l’ai suivi dans son projet car j’ai senti qu’il en avait plus que besoin. C’était une rupture délicate : toute notre famille est rennaise, et nous partions à plus de 700 kilomètres. Heureusement, nous avons été très chaleureusement accueillis une fois sur place. J’ai pu constater, en six ans, les fruits incroyables de l’association et j’ai compris que nous avions pris la bonne décision. »

Une mission familiale

La mission de Christophe est une mission de couple et plus encore, une mission familiale. Mariés depuis 17 ans, ils se soutiennent dans ce nouveau pan de leur existence. Christophe reconnaît sa chance et est très reconnaissant : épouse et enfants ont accepté de le suivre, le soutiennent dans ses horaires décalées et son investissement très prenant auprès des jeunes du foyer. « On a souvent la tête dans le guidon en mission, c’est difficile de lever le nez, de remettre les priorités sur la vie familiale, la vie sociale… Être marié m’aide beaucoup en ce sens. Estelle m’aide à équilibrer ma vie, elle me donne souvent son avis ce qui permet de doubler le regard sur une situation ou un problème donné. Estelle me fait revenir aux simplicités de la vie : pourquoi sommes-nous là, pourquoi me suis-je engagé ? ».

Les moments de prières sont précieux. L’idée d’avancer à deux vers le ciel rassure Christophe, encore très marqué d’avoir frôlé la mort en 2015. « On s’est renforcé avec ce choix de vie missionnaire. Nous nous comprenons beaucoup mieux, nous restons plus sereins face aux joies et aux difficultés de tous les jours. La simplicité de la mission nous ramène à la simplicité de la vie ».

Christophe et Estelle ont également remis en question certaines valeurs qui leur étaient chères : ces forces qui les caractérisaient à Rennes – sens de l’accueil, du service, dynamisme social – allaient-elles résister à ce bouleversement radical de vie ? Heureusement, la réponse à ces interrogations légitimes était plus que positive ! Les enfants du couple semblent également avoir beaucoup appris de l’expérience de vie de leurs parents. Les quatre filles, bien qu’ayant quitté à regret leurs amies à l’époque, se sont très bien adaptées à leur nouvelle vie. L’aînée, à 15 ans, a même créé un groupe au sein de son école « Les étoiles » avec quelques amies : « Etant parties du principe qu’elles ont beaucoup reçu, elles ont souhaité donner à leur tour, de leur temps et de leur personne, explique Christophe. Elles vont distribuer des gaufres, chanter dans des maisons de retraite, donner de la joie autour d’elles. » L’initiative ne manque pas de rendre très heureux le père de famille, heureux d’avoir, à travers cette mission et cette vocation qui s’est imposée à lui, porté des fruits au sein de sa propre famille. Famille qui reste le noyau central de sa vie, le battement principal de son cœur. « Aujourd’hui les enfants n’ont plus du tout envie de partir ! », confie Estelle. Les jeunes de l’association font un peu partie de la famille. La troisième de la fratrie ne s’y est pas trompée un dimanche, à la sortie de la messe, en s’exclamant à leur vue : « Oh, tiens, il y a les enfants de papa ! » Les projets de Christophe de la Foye et d’Augustin Meaudre pour Genèses ne s’arrêtent pas là : une section pour femmes s’est ouverte et devrait permettre l’accueil de femmes dans un nouveau foyer, dès janvier 2021.

Christophe et Estelle ont accepté de faire confiance à la Providence, de ne pas tout contrôler dans leur existence et de dire oui à l’inconnu, oui aux chemins de Dieu, malgré les difficultés et les doutes. Un duo uni et aimant, ayant su remplacer le mot travail par celui de mission, le confort par la simplicité, et recueillir chaque jour les fruits de cette nouvelle vie offerte aux autres, à commencer par leur propre cellule familiale. Christophe résume ainsi leur situation actuelle : « Nos deux parcours de vie se rejoignent. On a accepté de changer de vie, on a eu très peur, comme des moules accrochées à leur rocher. Avec cette mission, on s’est confronté à nous-mêmes, sans aucun regret. »




Lire aussi :
Bernadette et Franco, couple missionnaire à Lourdes à la tête d’une « énorme famille » (4/5)




Lire aussi :
Pierre et Marie-Pascale, couple missionnaire aux Mureaux : « La mission réunit nos vies » (3/5)


Bertrand et Marie-Hélène Aupècle, L'Arche du Caillou blanc

Lire aussi :
Bertrand et Marie-Hélène, couple missionnaire : « Sans la prière, on aurait calé en cours de route » (2/5)




Lire aussi :
Thibault et Florence, couple missionnaire à Aubervilliers : « Faire chaque petite chose avec un grand amour » (1/5)

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
Couplejeunesmissionvocation
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Camille Dalmas
Derrière la phrase du Pape sur les homosexuel...
Marzena Devoud
Le rituel matinal du pape François avant de s...
Avion-chapelle
Agnès Pinard Legry
Aménagée dans un avion, cette chapelle est un...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
dessin caricature
Guillaume de Prémare
Terrorisme islamique : l’impasse du droit au ...
belle mère et belle fille
Jeanne Larghero
S’embrouiller avec sa belle-mère en trois leç...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement