Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 24 novembre |
Saints Martyrs du Vietnam
home iconActualités
line break icon

L’Assemblée nationale examine un allongement du délai légal de recours à l'IVG

ASSEMBLEE NATIONALE FRANCE

Lionel BONAVENTURE / AFP

Timothée Dhellemmes - Publié le 08/10/20

Les députés examinent ce jeudi 8 octobre la proposition de loi visant à étendre le délai légal d’accès à l’IVG de 12 à 14 semaines de grossesse. Un sondage de l’IFOP commandé par Alliance Vita dévoile que "92 % des Français pensent qu’un avortement laisse des traces psychologiques difficiles". Le rapporteur du texte espère également supprimer la clause de conscience spécifique à cet acte.

Adoptée en commission des affaires sociales le 30 septembre dernier, la proposition de loi sur l’avortement arrive ce jeudi 8 octobre devant l’hémicycle. Au programme des discussions : l’allongement du délai légal d’accès à l’IVG de 14 à 16 semaines d’aménorrhée (14 semaines de grossesse), la suppression de la clause de conscience spécifique à l’IVG et l’ouverture du droit pour les sages-femmes de pratiquer des IVG chirurgicales jusqu’à 12 semaines d’aménorrhée.

Si l’exécutif a émis quelques réserves, pointant un « souci de méthode », plusieurs membres de la majorité ont d’ores et déjà exprimé leur soutien à cette proposition de loi. Elle émane de la députée du groupe Écologie démocratie solidarité (EDS) et ex-LREM, Albane Gaillot. Le 16 septembre dernier, un rapport parlementaire co-signé par les députées Cécile Muschotti (LREM) et Marie-Noëlle Battistel (PS) préconisait également d’étendre les délais.




Lire aussi :
L’avortement, un mode de contraception comme un autre ?

De son côté, le Collège national des gynécologues-obstétriciens français (CNGOF) est pourtant fermement opposé à une telle mesure. « Loin d’améliorer les droits des femmes dans notre pays », cette proposition de loi va « contribuer à les détériorer », estime-t-il, rappelant que la loi Veil « ne faisait pas de l’IVG un moyen de contraception ». « Le précédent allongement du délai (En 2001, le passant de 12 à 14 semaines d’aménorrhée, NDLR) n’est toujours pas accepté par nombre de ces professionnels qui refusent encore de les pratiquer », souligne encore le CNGOF.

92% des Français considèrent qu’« un avortement laisse des traces psychologiques »

Dans un sondage commandé par l’association Alliance Vita et publié le 7 octobre, l’IFOP révèle que 92% des Français considèrent qu’« un avortement laisse des traces psychologiques difficiles à vivre pour les femmes ». Alors que 232.200 avortements ont été pratiqués pour 753 000 naissances en 2019, la majorité des Français (51%) considèrent que « la situation est préoccupante car avorter reste un acte que l’on préfèrerait éviter ». 73% d’entre eux estiment que la société devrait davantage aider les femmes à éviter le recours à l’IVG.

Les évêques français et plusieurs associations appellent à se mobiliser

« En libéralisant et en banalisant encore plus l’avortement, les députés ne feraient qu’aggraver la détresse des femmes au lieu de les aider à la surmonter », réagissent les Associations Familiales Catholiques suite à ce sondage. Elles appellent à se mobiliser contre la proposition de loi rappelant « avec force » que l’avortement « n’est jamais une bonne solution devant une grossesse imprévue ». De son côté, la « Marche pour la vie » a appelé tous ses sympathisants à envoyer un courriel aux députés ce jeudi 8 octobre, jour de l’examen de la proposition de loi, comme l’explique un cadre de l’association à Aleteia. « Nous dénonçons une course folle à l’avortement. Dans la situation de crise sanitaire actuelle, nous ne comprenons pas que des parlementaires aient le temps de se pencher sur ce genre de sujets. Il y a d’autres urgences », déclare-t-il. Ce mardi 6 octobre, ce sont les évêques français qui invitaient « tous les citoyens, spécialement les catholiques, à faire connaître leur opposition aux dispositions annoncées ».


SIMONE VEIL

Lire aussi :
IVG : ce que disait vraiment Simone Veil dans son discours de novembre 1974

Tags:
Assemblée nationaleAvortementBioéthique
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
Solenn Varennes
Créations originales et grands classiques, no...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
La rédaction d'Aleteia
L'ultime enregistrement de Michael Lonsdale s...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement